Lesbiennes et féministes contre les drag-queens (par Audrey A. et Nicolas C.)

Une jeune féministe d’aujourd’hui pourrait facilement tomber dans l’écueil de croire que les affrontements entre les féministes et les militants pro-genre sont quelque chose de récent, parce que — contrairement aux mouvements de libération des hommes — le féminisme se manifeste par « vagues », lesquelles essuient à chaque fois un très fort retour de bâton patriarcal qui efface la majeure partie du travail des combattantes de la vague précédente. S’il est vrai qu’aujourd’hui le mouvement des hommes qui aiment se faire passer pour des femmes [les hommes autogynéphiles] a gagné énormément de pouvoir, surtout depuis ces dernières années (au point que ces hommes dictent désormais leurs revendications politiques et leurs politiques effectives même aux hommes gays, qui avaient jusqu’alors toujours dominé l’organisation des gays et des lesbiennes), cette lutte était pourtant menée par des lesbiennes depuis près d’un demi-siècle. Dans la vidéo ci-après, Jean O’Leary prend la parole lors du rassemblement des fiertés de 1973 au nom de l’association Lesbian Feminist Liberation (LFL) ; elle s’insurge contre les hommes qui caricaturent les femmes ; elle parle de la réduction au silence des lesbiennes dans le mouvement gay. Vous remarquerez que deux hommes, sur scène, vêtus de robes et de chapeaux, « performent » théâtralement la « féminité » pendant qu’elle parle. L’un est l’activiste drag-queen Lee Brewster, et l’autre, la « Sylvia » à laquelle O’Leary fait référence (dont l’héritage moderne, la « Sylvia Rivera Law Project » était le sponsor de la vidéo de 2014 que Laverne Cox [un homme qui prétend être une femme] a réalisée pour soutenir le violeur et meurtrier d’enfants Luis Morales, alias « China Blast »). Rivera et Brewster laissent transparaître leur rage toute masculine lorsqu’ils sautent sur scène et crient : « C’est grâce à ce que les drag-queens ont fait pour vous que vous pouvez rentrer dans les bars, et ces salopes nous disent d’arrêter d’être nous-mêmes ! » (…)

Ce texte est particulièrement intéressant pour ses traductions des réflexions de la philosophe Sheila Jeffreys, qui situe dans son contexte la montée de ce volet particulier de l’idéologie antiféministe.

Une réflexion sur “Lesbiennes et féministes contre les drag-queens (par Audrey A. et Nicolas C.)

  1. Excellent texte qui accompagne la vidéo.

    Je retiens :
    – la formule claire pour définir vite et clairement le travestissement (l' »expression de genre », selon la novlangue actuelle ?) : « des hommes … qui parodient l’oppression et la souffrance des femmes « . C’est exactement ce qu’est le transgenrisme : une parodie de l’oppression vécue par les femmes

    – cette explication, nouvelle pour moi, du vocabulaire récent, et des mots « queer » et « non binaires » pour remplacer le mot « lesbienne » : ce sont des versions politiquement inoffensives (pour l’ordre patriarcal) du mot « lesbienne ». Le glissement de vocabulaire est un glissement du sens, et une femme « queer » ou « non binaire » donne effectivement l’impression que, sur un malentendu, ça pourrait marcher… tandis qu’une femme « lesbienne » affirme haut et fort que non, pas de malentendu possible

    – cette citation de Butler, encore une fois à côté de ses pompes (ce qui serait drôle si elle n’était pas érigée en mascotte du mouvement sexiste transidentitaire, tout comme la prose de certains politiques serait tordante si elle ne donnait lieu à des politiques réelles et concrètes) : le genre serait, selon Butler, une « propriété transférable ». Elle transforme donc une oppression en une propriété… qui, en plus, « n’appartient à personne », suivant la suite de la citation : ce qui ne veut donc plus rien dire, sauf à changer le sens du mot « propriété ».

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.