Les philosophes universitaires face à la Loi sur la reconnaissance de l’identité sexuelle (UK Gender Recognition Act)

« Il se passe un phénomène particulier dans le monde universitaire de la philosophie. Hors des murs de l’université a lieu une discussion immense et passionnée sur le conflit apparent entre les droits et les intérêts des femmes non-transfemmes et les droits et intérêts des transfemmes. Et pourtant la quasi-totalité des philosophes universitaires – y compris, étonnamment, les philosophes féministes – reste à l’écart de ce débat. »

Publicités

Pourquoi faut-il que les transactivistes dénigrent les auteur·e·s de récits embarrassants pour la notion d’« identité de genre » ?

« Le fait qu’après avoir produit un reportage relativement équilibré – incluant des points de vue et des questions de transactivistes, en parallèle à des questions et des critiques [bien modestes] du discours convenu sur les « enfants trans » – tout en exprimant énormément de sympathie pour les jeunes qui s’identifient comme trans ou qui souffrent de ce qu’il appelle la « dysphorie de genre », Singal ait quand même été harcelé et attaqué de façon vicieuse, en dit long sur l’idéologie transgenre et ses partisans. « 

À propos de ma compassion

« Ma compassion va aux femmes qui sont violées ou agressées par des hommes se déclarant trans et qui, au lieu d’être soutenues, sont dénoncées si elles « mégenrent » leur violeur – en disant le mot « il ». »