Le trouble de la personnalité limite (ou « borderline ») est une foutaise misogyne.

Nous devons réfléchir de façon beaucoup plus critique au nombre de filles et de femmes qui s’entendent dire que leurs réactions sont anormales et sont causées par des troubles de la personnalité, plutôt que par les personnes qui les ont maltraitées, opprimées, effrayées et blessées. Pourquoi voudrions-nous contribuer ainsi au blâme des victimes et aux sentiments de culpabilité des femmes et des filles?