TRANS, d’Helen Joyce – Quand l’idéologie se heurte à la réalité

« (…) La plupart des gens soutiennent les « droits des trans » – en supposant que ce qui est réclamé est quelque chose de similaire au mariage homosexuel et au droit de vote des femmes., qu’il s’agit de permettre aux personnes transgenres de vivre pleinement leur vie, sans discrimination, harcèlement ni violence, et de s’exprimer comme elles le souhaitent.
De tels objectifs sont louables, mais ils ne correspondent pas aux revendications du transactivisme dominant.
(…)
Pour s’attaquer à tous les maux que je décris – la destruction des droits des femmes, la stérilisation des enfants non conformes à leur assignation de genre, la propagation de l’homophobie post-moderniste et la corruption de la recherche médicale et scientifique – il faudra prendre un engagement renouvelé en faveur de deux intérêts partagés par tous dans une démocratie laïque et libérale : la liberté de croyance et la liberté d’expression. (…)

Une avocate américaine démonte la stratégie transgenriste, une menace existentielle aux droits des femmes

« La défense des droits humains a toujours procédé des récits véridiques des violations de ces droits, avec une grammaire morale publique et partagée pour dire les agressions, pour changer les lois (adoptées et mises en application) et stopper les abus de pouvoir. Si la grammaire devient privée, le mensonge, obligatoire, et si les textes n’imposent pas de limites à l’exercice du pouvoir, nous ne pourrons poursuivre ni la défense des droits humains, ni celle des droits des femmes. »

Objections à l’étiquette « cis »

« (…) il y a une différence fondamentale dans l’usage des mots « hétéro » et « cis ». Le mot « hétéro » a un sens définissable, qui est « hétérosexuel : personne attirée par le sexe opposé ». Même si l’homosexualité n’existait pas, l’hétérosexualité aurait toujours une définition significative — il n’est pas nécessaire de croire en l’homosexualité pour que l’hétérosexualité existe.

Pour sa part, le terme « cis » dépend d’un système de croyances qui lui donne un sens, et c’est ce qui en fait plus qu’un descripteur neutre (…) »

Nobody’s « Cis »

« (…)

The whole cis project collapses at this point, and so does the trans project. It’s not popular to say so, but where this leaves us is a place where trans people are folks who just really want to be the opposite sex and be perceived by others as the opposite sex. Or if not the opposite sex, then some hybrid or imaginary sex other than the one they were born to. No universal inner truth. No mystical essence. Just a heartfelt wish, one that requires our sympathy, if not our agreement that it can be realized.(…) »

Personne n’est « Cis »

« (…) Tout le projet idéologique d’une identité « cisgenre » s’effondre à cette étape, comme celui d’une identité transgenre. Ce n’est pas très populaire de le dire, mais cela conduit à reconnaître que les trans sont simplement des gens qui souhaitent être du sexe opposé et être perçus par les autres comme étant du sexe opposé. Ou si ce n’est pas le sexe opposé, alors un sexe hybride ou imaginaire autre que celui avec lequel ils et elles sont nés. Pas de vérité intérieure universelle. Pas d’essence mystique. Juste un souhait sincère, qui requiert notre sympathie, mais non notre assentiment qu’il peut être réalisé. (…) »

UNE HOMOPHOBIE TACITE PROPULSE LE MOUVEMENT IDENTITAIRE DU GENRE FACE AUX ENFANTS

« …parmi les enfants qui présentent des signes de dysphorie de genre, nous ne sommes pas encore en mesure de dire qui fera partie de la catégorie de ceux qui se désisteront (soit la majorité) par opposition à la minorité qui persisteront et qui bénéficieraient réellement d’une transition sexuelle. Pour déterminer la réponse à ce dilemme, il nous faut résolument accepter les données scientifiques et ne pas oublier que les homosexuel·le·s méritent également amour et acceptation. »

« I thought I was transgender »

“I thought I was transgender” by Émilie Dubreuil, Société Radio-Canada, May 13, 2019, unofficial translation   In adolescence, they wanted above anything to change their sex. They started the process, but along the way, some of them realized they hadn’t done so for the right reasons, so they returned to their natal sex. Their personal…