« Save the Tomboys » prend pour cible l’idéologie du genre

« La plupart des lesbiennes du monde entier s’opposent aux abus sexuels, aux expérimentations médicales et aux thérapies de conversion – tout ce que représente les lettres ‘TQ+’ dans l’acronyme « LGBTQ+ ». Jusqu’à présent, nos voix ont été noyées par les lobbyistes, les organisations à but non lucratif et les sociétés qui s’arrogent l’acronyme ‘LGBTQ+’. »

La misogynie : Qu’est-ce que c’est, et pourquoi ne veut-elle pas mourir ?

De la fin des années 1990 jusqu’en 2004, j’ai travaillé dans des universités en tant que chercheure sur le commerce du sexe, le viol et la violence conjugale. Après avoir écrit régulièrement des commentaires pour les journaux afin de mettre en valeur mon travail militant, j’ai réalisé que je serais bien plus heureuse en le faisant à plein temps et je suis devenue journaliste.

MAID (sur Netflix)

Recension de Texan Tish Tillis Donc MAID est sur Netflix… et c’est probablement l’une des séries les plus importantes de l’histoire. Yep. Je l’ai dit.Pourquoi est-il si important de parler de la violence conjugale ? C’est important parce que même si les femmes sont les victimes, la violence conjugale est terriblement stigmatisée, même en 2021.…

Parution d’ANTISPORTIF, qui sera présenté par une de ses autrices à Lyon dans deux semaines

Les militants radicaux genristes se servent actuellement d’une théorie pseudo-scientifique de la biologie humaine pour s’emparer du monde du sport et subvertir le concept établi de longue date du fair play – en forçant des femmes et des jeunes filles à risquer leur sécurité et en les écartant au profit d’athlètes masculins, sous prétexte d’ « inclusivité ».

Levée de fonds pour le film « My name is Andrea »

L’une de nos productrices a écrit : « En repoussant les limites de la narration non romanesque, le film montre (plutôt que raconte) la nature épique de la misogynie culturelle et nous interpelle sur les raisons pour lesquelles nous rejetons certaines femmes, sur ce qui nous ouvre à d’autres voix et sur les raisons pour lesquelles la plupart d’entre nous capitulent tacitement devant une culture de violence systémique envers les femmes ».

Tête-à-queue en Suède à propos des « changements de sexe » chez les mineur.e.s

(…) La nouvelle politique suédoise est cohérente avec les directives récemment révisées de la Finlande, qui ont été modifiées pour donner la priorité aux interventions et au soutien psychologiques plutôt qu’aux interventions médicales, en particulier pour les jeunes sans antécédents de dysphorie de genre dans l’enfance (ce qui est actuellement le cas de figure le plus courant).(…) »