Robert Jensen: Les hommes sont socialisés à se considérer comme dominants

Une entrevue de Sravasti Datta, publiée dans The Hindu, le 24 janvier 2018

Le professeur Robert Jensen propose une critique féministe radicale de la pornographie, centrée sur la déshumanisation des femmes.

Robert Jensen
« Je dis souvent qu’il existe trois problèmes dans une société prospère : nous sommes trop médiatisés, nous sommes trop médicamentés et nous sommes sur-commercialisés », dit Jensen.

À une époque où les femmes dénoncent le harcèlement sexuel et les agressions sexuelles, et où des hashtags sur ces enjeux prolifèrent, il y a des activistes et des chercheur·e·s qui ont consacré des années à des recherches sur le féminisme et son importance pour créer une autre façon de percevoir le monde.

Robert Jensen enseigne le journalisme à l’Université du Texas à Austin et il est l’auteur du livre The End of Patriarchy : Radical Feminism for Men (La fin du patriarcat: le féminisme radical pour les hommes. C’est un militant politique actif dans le domaine du féminisme radical depuis trois décennies. Il était récemment en ville (Chennai, dans le sud de l’Inde) pour donner une conférence à l’invitation de l’Institut indien du journalisme et des nouveaux médias.

conf Jensen

Extraits d’une interview:
Qu’est-ce qui vous a d’abord intéressé au féminisme?
J’ai commencé à lire des activistes et des intellectuelles féministes quand je suis retourné faire des études supérieures en 1988. J’avais 30 ans. À ce moment-là, je ne savais rien du féminisme. En fait, j’avais été entraîné, comme la plupart des hommes, à en avoir peur. Mais quand j’ai commencé à lire ces textes, j’en ai trouvé la clarté très convaincante. Mon premier point d’entrée dans le féminisme a été sa critique de la pornographie. Comme la plupart des hommes de notre culture, je m’étais débattu contre ma propre utilisation de matériaux pornographiques. Tout d’un coup, voilà qu’arrivait une analyse parfaitement logique et qui non seulement expliquait le rejet de la pornographie par les femmes, mais m’aidait également à me comprendre en tant qu’homme.

Comment cela vous a-t-il aidé à mieux vous comprendre?
Les hommes sont socialisés à se considérer comme dominants. Et cette attitude s’accompagne de certains avantages à court terme. Nous obtenons les meilleurs emplois. Mais c’est une façon très contraignante de vivre. La masculinité est définie comme la domination et le contrôle. Votre capacité d’empathie est réduite. Le féminisme m’a aidé à comprendre les limites que la masculinité m’imposait.

Le féminisme radical a souvent été repoussé vers les marges. Qu’en pensez-vous?
Le mouvement féministe radical est une composante du féminisme qui est apparue aux États-Unis dans les années 1960 et 1970. Mais il est repoussé vers les marges, presque partout dans le monde, mais particulièrement aux États-Unis, selon mon expérience. C’est particulièrement le cas pour la critique féministe de la pornographie et de la prostitution, qui est une interpellation de la façon dont les hommes achètent et vendent le corps des femmes. Je pense que cette critique est essentielle pour défier la domination masculine. Quand j’ai pris connaissance pour la première fois de cette idée, elle m’a semblé très convaincante. Trente ans plus tard, elle me semble encore plus convaincante, à voir l’intensification de l’exploitation des femmes dans les industries du sexe. Je pense que le féminisme radical a été marginalisé précisément parce qu’il est radical. Et il invite tout le monde à une réflexion critique sur sa vie, y compris les femmes car elles aussi sont socialisées dans une certaine conception de la féminité. Comme tous les mouvements politiques radicaux, il exige beaucoup de nous et exige beaucoup de réflexion critique. Malheureusement, la défense libérale de la pornographie et de la prostitution domine la scène aux États-Unis depuis deux ou trois décennies.

Vous parlez de l’inégalité flagrante dans la pornographie. Pourriez-vous nous parler du lien entre le capitalisme et la pornographie?
La pornographie dans ses premières années était en grande partie un marché clandestin. Mais dans les années 1970, les lois et les normes sociales ont commencé à changer et c’est à ce moment que nous avons vu cette explosion de la quantité de pornographie diffusée. Lorsque la révolution numérique est apparue, cette diffusion s’est encore aggravée. Et c’était aussi maintenant un endroit où faire des profits, et c’est devenu une entreprise comme les autres entreprises du capitalisme. Et l’un des problèmes du capitalisme de consommation, c’est que si vous saturez un marché, alors où allez-vous trouver de nouveaux clients? La pornographie avait au départ un format défini; mais une fois ce format épuisé, les pornographes ont dû trouver de nouvelles façons de présenter la sexualité.

This is pornL’image qu’ont les pornographes du sexe tend à refléter le stéréotype masculin de l’imagination sexuelle, ancré dans la domination et le contrôle. Comme la pornographie veut élargir son marché, ce sont ces valeurs qu’elle exacerbe. Mon amie Gail Dines, probablement la principale critique féministe de ce monde, dit que ce que vous devez savoir au sujet de la pornographie, c’est que c’est essentiellement une entreprise commerciale. Les gens se laissent détourner par sa dimension sexuelle, mais Gail a fait des recherches sur le modèle d’affaires de cette industrie et il a évolué. Les véritables gros joueurs de l’industrie sont les personnes qui contrôlent les sites Web et les canaux vidéos. Les hommes vendent essentiellement des corps de femmes à d’autres hommes pour du plaisir sexuel. Dans la perspective féministe radicale, ce commerce est incompatible avec une société respectueuse. Il n’existera jamais rien qui ressemble à une justice de genre, tant que les corps des femmes pourront être achetés et vendus pour du plaisir sexuel.

cover End of patriarchy

Certains soutiennent que cela dépend de ce que vous regardez et il qu’il existe de la pornographie féministe…
Comme dans toute autre industrie, il se fait un travail constant de relations publiques pour masquer la réalité de cette industrie. Dans quelle mesure une pornographie peut-elle être féministe, compte tenu de la façon dont elle est fabriquée ? Ce sont les questions qui peuvent être posées.

Mais l’autre question consiste à se demander à quel point la pornographie dite féministe diffère de la pornographie normale? Et souvent ce n’est pas aussi différent que vous l’imaginez. Le simple fait d’étiqueter une production de féministe ne la rend pas meilleure. Mais d’un autre côté, qu’arriverait-il si vous fabriquiez de la pornographie féministe dans des conditions parfaitement égalitaires? Et disons que les images produites échapperaient à la dynamique de domination-subordination. Il demeure une question fondamentale : pourquoi avons-nous besoin d’images? Disons que vous cherchez à favoriser une sexualité saine dans la société. Pourquoi présumons-nous avoir besoin d’images?

L’intimité et la sexualité sont une arène de la vie humaine dans laquelle si vous dépeignez graphiquement l’activité sexuelle, cela change la nature de la sexualité dans le monde réel. D’après ma propre expérience, je dirais que ce n’est pas seulement une question de savoir quel genre de photos existent et comment elles sont fabriquées. La question est de comprendre pourquoi nous vivons dans une société aussi saturée de ce genre de matériel? Qu’est-ce qui manque dans l’interaction humaine? Donc, si les gens disent que la pornographie améliore leur vie sexuelle, ma question serait quel est le problème dans votre vie sexuelle qui nécessite une amélioration? Parce que la sexualité est constituée de différentes choses pour différentes personnes, mais pour moi, c’est à la base une interaction humaine. Et je ne suis pas sûr de savoir comment les films améliorent l’interaction humaine.

Maintenant, il y aura des gens pour en disconvenir, et je ne crois pas que ce soit quelque chose que je puisse imposer. Mais je pense que cela fait partie d’une question plus large sur le rôle des médias de masse dans la société contemporaine. Je demande régulièrement à mes étudiants, qui ont 18 ans: « quelle proportion de ce que vous savez du monde provient d’un écran? De la télé, du cinéma, des smartphones, des jeux vidéo? Je pense que le féminisme ne se limite pas à des critiques spécifiques de la violence des hommes envers les femmes. Il nous aide aussi à comprendre un problème plus profond de ce que j’appelle une « société surmédiatisée ». Je dis souvent qu’il y a trois problèmes dans une société riche : nous sommes sur-médiatisés, nous sommes sur-médicamentés et nous sommes sur-commercialisés.

cov Writing Dissent

Le contre-argument libéral est que la pornographie ne peut pas être abolie…

L’un des arguments en appui à la pornographie est ce qu’ils appellent la théorie de l’« exutoire ». L’utilisation routinière des femmes dans la pornographie et la prostitution conduit au préjugé que j’ai le droit d’utiliser le corps des femmes quand je le veux. Il est clair, dans une perspective de sciences sociales, qu’il n’existe aucun bien-fondé à cette théorie. Mais les hommes l’adorent. Ils répètent ce refrain depuis 40 ans, même s’il est contredit par le bon sens.

Mais après des millénaires de patriarcat, pouvons-nous espérer un monde différent?

Dans travail que j’ai accompli au cours de ma vie politique, contre les guerres américaines, contre le capitalisme américain, contre le patriarcat, contre la suprématie blanche, je ne me suis jamais attendu à des progrès significatifs sur ces enjeux de mon vivant. Mais ce n’est pas la norme pour évaluer si ces efforts sont ou non fonctionnels. Vous préparez le terrain pour une course que d’autres personnes poursuivront. Une autre norme, c’est de se dir: existe-t-il une autre façon de mener une vie significative? Je suis assez à l’aise; il serait facile pour moi de me déconnecter de la lutte. Mais quel genre de vie reste-t-il si l’on se déconnecte délibérément des luttes pour la justice sociale?

quote-toxic-masculinity-hurts-men-but-there-s-a-big-difference-between-women-dealing-with-robert-jensen-79-73-56

Version originale : http://www.thehindu.com/books/books-authors/interview-with-journalism-professor-robert-jensen/article22509093.ece

Traduction : TRADFEM, avec l’accord de l’intervieweuse et de la rédactrice-en-chef de The Hindi.

Vous trouverez d’autres articles critiques de l’industrie de la pornographie ailleurs sur TRADFEM ainsi que sur le portail RESSOURCES PROSTITUTION, par exemple « Le porno est un enjeu de gauche« , co-rédigé par Jensen et Gail Dines, autrice de PORNLAND.

cov Pornland

⇒ Pour suivre notre blog et être informé.e par courriel de chaque nouveau texte mis en ligne, retournez à la page Accueil, déroulez jusqu’à la section « Articles récents » et inscrivez votre adresse courriel juste avant.

Publicités

Une réflexion sur “Robert Jensen: Les hommes sont socialisés à se considérer comme dominants

  1. A reblogué ceci sur Mon petit espace persoet a ajouté:
    La masculinité toxique fait mal aux hommes, mais il y a une grande différence entre les femmes confrontées à la menace constante d’être violées, battues et tuées par les hommes dans leur vie, et les hommes ne pouvant pas pleurer. Robert JENSEN

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s