Approche du radicalisme : le féminisme, le patriarcat, et les industries de l’exploitation sexuelle

« (…) La pornographie peut donner aux hommes un sentiment de puissance face aux femmes pour quelque temps, mais elle ne leur fournit pas ce dont ils – ce dont chacun de nous – a besoin, qui est d’entrer en relation avec une autre personne. (…) »

La pornographie sape la base du mouvement #MeToo

« La contradiction est évidente : au moment où les hommes commencent à être tenus responsables de l’utilisation de leur pouvoir pour manipuler et agresser sexuellement des femmes, l’industrie de la pornographie continue de socialiser les hommes à adopter précisément ces comportements. »

La masculinité : est-elle toxique, saine ou humaine ?

« La justice matérielle et l’égalité réelle ne découleront pas d’une obsession de remodeler la masculinité, mais plutôt du courage de la laisser derrière nous.

Nous devons apprendre à être des hommes sans nous accrocher à la masculinité. Nous devons transcender le patriarcat, pas le redéfinir. »

Le féminisme radical – un cadeau aux hommes

« Le féminisme radical est un cadeau pour les hommes. » Cette proposition de Robert Jensen, auteur étatsunien de plusieurs essais et professeur émérite de journalisme à l’Université du Texas, a de quoi faire péter les plombs aux masculinistes purs et durs… Il la détaille avec simplicité, franchise sur sa propre vie, logique quant aux torts du…

Robert Jensen: Les hommes sont socialisés à se considérer comme dominants

« …si les gens disent que la pornographie améliore leur vie sexuelle, ma question serait quel est le problème dans votre vie sexuelle qui nécessite une amélioration? Parce que la sexualité est constituée de différentes choses pour différentes personnes, mais pour moi, c’est à la base une interaction humaine. Et je ne suis pas sûr de savoir comment les films améliorent l’interaction humaine… »

Au-delà des gentils et des méchants.

« Si nous décidons de ne pas parler de patriarcat parce que c’est trop gênant, alors arrêtons de prétendre que nous allons mettre fin à la violence et au harcèlement sexuels, et reconnaissons que tout ce que nous pouvons faire, au mieux, c’est gérer le problème. «