Le système prostitutionnel est patriarcal, capitaliste, colonialiste, raciste et violent

Par Maria Rossi, sur son blogue

Le système prostitutionnel [on omet toujours d’indiquer la présence de proxénètes, de trafiquants et d’acheteurs dans le commerce du sexe] est une structure patriarcale, capitaliste, colonialiste, raciste et violente.

Patriarcale, parce que la sexualité exprimée dans la prostitution ne tient pas compte du désir féminin et est phallocrate, axée uniquement sur la satisfaction des instincts masculins. Ferdinanda Vigliani écrit dans Lessico della differenza, sous la rubrique Prostitution : « Comme dans la culture patriarcale le sujet Homme siège libre et absolu au cœur de la philosophie, le sujet  phallus de l’homme siège au centre de la sexualité [de la prostituée]. La similitude ne peut pas ne pas sauter aux yeux. »

Ce n’est pas tout.

La prostitution établit officiellement la légitimité et la reconnaissance publique du droit de tous les hommes de disposer librement du corps  des femmes. La féministe marxiste Carole Pateman observe à cet égard :

« Dans la prostitution, les femmes sont impliquées différemment de l’implication de l’ego dans d’autres occupations. Le lien nécessaire entre la sexualité et le sens de soi signifie que, pour se protéger, une prostituée doit prendre ses distances par rapport à son utilisation sexuelle. […] Lorsque le corps des femmes est mis en vente comme marchandise sur le marché capitaliste, les termes du contrat initial ne peuvent être oubliés ; la loi du droit sexuel masculin est publiquement affirmée et les hommes sont publiquement reconnus comme les maîtres sexuels des femmes. Voilà ce qui ne va pas avec la prostitution. » (Carole Pateman : Le contrat sexuel, Éd. La Découverte, 2010, pages 286 et 287-288)

photo prostituées italiennesLe système prostitutionnel se trouve au confluent entre le patriarcat et le capitalisme en ce qu’il génère des profits exorbitants et intensifie l’exploitation et, par conséquent, l’extraction d’une plus-value de la femme-marchandise ; il se base sur l’organisation industrielle du commerce du sexe et renforce simultanément le domaine phallocratique, contribue au maintien de l’ordre bourgeois et, en même temps, du système machiste. La prostitution implique la transformation en marchandises d’êtres humains, le plus souvent des femmes (plus de 90 % des personnes qui la pratiquent sont des fillettes, des filles ou des femmes) et implique non seulement leur réification, mais aussi leur insertion dans des relations de soumission, de subordination et d’exploitation. La marchandise dans le système prostitutionnel est la matérialisation du lien social, c’est-à-dire des relations entre les êtres humains réduits à des choses, à des objets sexuels. La mondialisation néolibérale – comme l’observe le sociologue marxiste Richard Poulin dans de nombreux textes – a encouragé et favorisé l’irruption du système de la marchandise dans le champ de la sexualité.

Le système prostitutionnel est profondément lié à la mondialisation néolibérale, qui a généré de nombreux effets négatifs : l’expansion de la pauvreté déterminée par l’imposition de programmes d’ajustement structurel dans les pays du Sud, l’extension du libre-marché à l’Europe de l’Est et l’adoption à l’Ouest de politiques d’austérité ; il a également provoqué l’augmentation, aidée par une révolution de l’information, de la criminalité financière et de la traite des êtres humains comme sources d’accumulation du capital.

Les politiques néolibérales ont conduit à une augmentation significative de la pauvreté, qui a particulièrement touché les femmes, conduisant beaucoup d’entre elles à la prostitution.

Dans les pays africains la mise en place du libre-marché a produit la crise de l’agriculture de subsistance et l’échec de nombreuses petites activités commerciales (tissus, vêtements, denrées alimentaires), généralement réalisées par des femmes, ces domaines ne pouvant plus résister à la concurrence des produits issus des pays du Nord.

Dans les pays d’Europe de l’Est, la transition vers une économie de marché s’est accompagnée d’une privatisation des services publics et s’est traduite par une augmentation massive de l’indigence et du chômage, qui a principalement touché les femmes. En fait, la mondialisation a accentué le phénomène de la féminisation de la pauvreté : 70 % des 1,3 milliard de personnes vivant dans des conditions de pauvreté absolue sont des femmes.

En exacerbant les inégalités à l’échelle mondiale, la mondialisation néolibérale a produit une nouvelle division internationale du travail (NDIT) qui offre à la majorité des femmes migrantes la possibilité d’exercer seulement deux activités : le travail domestique et la prostitution.

En 1996, Silvia Federici écrivait :

« (…)  la nouvelle division internationale du travail est le véhicule d’un projet politique férocement anti- féministe  et, loin d’être un moyen d’émancipation des femmes, l’expansion des relations capitalistes intensifie l’exploitation des femmes. En premier lieu, la nouvelle division internationale du travail ressuscite des formes d’esclavage qu’on aurait imaginées disparues avec la fin des empires coloniaux. En outre elle repropose l’image de la femme objet sexuel et reproducteur (…)La nouvelle division internationale du travail signifie que de nombreuses femmes du Tiers- Monde doivent travailler comme domestiques ou prostituées, chez elles ou à l’étranger, parce qu’elles n’ont pas d’autre choix à disposition (…)

Le caractère antiféministe de la NDIT est si évident que nous pouvons nous demander dans quelle mesure il est le fruit de la « main invisible » du marché ou d’une planification délibérée comme réponse aux luttes que les femmes ont engagées et dans le tiers-monde et dans les métropoles contre la discrimination, le travail non payé et le « sous-développement » sous toutes leurs formes. Quoi qu’il en soit, il est évident qu’en Europe et aux États-Unis, les féministes doivent s’organiser contre les solutions forcées que la NDIT impose aux femmes (…) >>  (Sylvia Federici, « Reproduction et lutte féministe dans la nouvelle division internationale du travail », PÉRIODE, avril 2014.)

Les politiques d’austérité adoptées par les États occidentaux ces dernières années ont produit la paupérisation de la population qui a conduit à l’augmentation de la pratique de la prostitution ; elle a augmenté en Grèce de 150 % entre 2011 et 2013.

La normalisation de la prostitution permet aux États de l’utiliser comme un substitut à l’État providence, un revenu garanti et un moyen de taxer les femmes dans les classes les plus pauvres. Julia O’Connell Davidson le soutient dans le livre Prostitution, Power and Freedom :

« La vérité est que les gouvernements – et les capitaux nationaux et internationaux – bénéficient de la prostitution. Elle fonctionne comme une sorte de système d’« aide sociale » de rechange dans de nombreux pays du monde et réduit donc le niveau des dépenses publiques nécessaires pour assurer la reproduction du travail et fournit également un moyen de normaliser des salaires inférieurs au seuil de subsistance. Dans les pays où la prostitution dans les maisons closes est légale, l’État bénéficie également d’avantages fiscaux. Dans la prostitution liée au tourisme, les avantages pour les États nationaux et les capitaux nationaux et internationaux sont encore plus évidents. » [p. 260 de la version italienne]

Le système de prostitution est hiérarchique et raciste. On trouve à son étage le plus bas les femmes autochtones, les Roms, les filles asiatiques et celles de couleur. « La femme noire, écrit le sociologue marxiste Emilio Quadrelli, est pour les clients un animal sauvage qui est temporairement apprivoisé »

« C’est incroyable – dit Jenny –  comment, en général, vous pensez à nous comme des êtres qui viendraient de sortir de la forêt. Peut-être devriez-vous vous souvenir du colonialisme, de la décolonisation, etc. Pour vous, d’un autre côté, l’Afrique semble être un mystérieux continent inconnu et sans histoire. Nous parlons toutes l’anglais, certainement beaucoup mieux que vous. Quand vous venez avec nous, vous aimez particulièrement l’idée d’aller avec quelque chose de sauvage, de purement naturel, vous venez avec nous car vous avez l’impression d’aller avec un animal. Savez-vous combien de fois vous nous demandez de ne pas vous mordre ou vous égratigner ? » 

« Parfois, – raconte Louise –  ils me serrent comme si j’étais une vache. Ils viennent avec nous en pensant aller avec une bête féroce. Vous savez combien d’idiots me disent une fois dans la voiture dans un endroit sombre : « Maintenant, tu ne vas pas me manger, seras-tu cannibale ? » Si vous lui faites comprendre que cela pourrait même arriver, ils sont encore plus excités. Ensuite, beaucoup sont convaincus d’être de grands amants, assez grands pour maîtriser une bête en chaleur comme nous. » 

Par ailleurs, les femmes asiatiques sont perçues comme exotiques, dociles, soumises et ainsi de suite.

Le système prostitutionnel représente une nouvelle forme de domination et de colonisation des corps des femmes étrangères et implique leur réduction à la réalité biologique-sexuelle.

« L’aspect attractif [des prostituées étrangères] n’est ni dû à leur prix ni à leur beauté, mais plutôt et de façon décisive à l’idée du droit de conquête, du droit de domination que ces filles suscitent chez l’utilisateur. » ( Travailleur de rue de la LILA (Ligue Italienne pour la lutte contre l’AIDS (Sida)

La prostitution est aussi une institution coloniale puisqu’elle a été introduite par des colons européens parmi les Amérindiens et les Américains. Avant elle n’y existait pas. Aujourd’hui, 40 % des femmes autochtones du Canada sont pauvres et la moitié des filles sont sans emploi. Elles souffrent de taux de violences et d’agressions sexuelles plus élevés que le reste de la population. Pour ces raisons, elles sont surreprésentées dans la prostitution, surtout celle de rue.

Les Autochtones ne représentent que 3,7 % de la population canadienne, mais les jeunes prostituées autochtones représentent, selon les localités, de 14 % à 85 % du total ou même 90 % dans les villes. Dans le quartier pauvre du Downtown Eastside à Vancouver, où la prostitution de rue a été confinée, la police estime qu’environ la moitié des 400 filles qui la pratiquent sont autochtones. C’est ici que le tueur en série Robert Pickton a choisi ses victimes. [Source : Conseil du statut de la femme, La prostitution : temps d’agir, Québec, 2012, pp.47-48]

En fait, le système prostitutionnel n’est pas seulement fondé sur les inégalités entre hommes et femmes. Il est également structuré par les inégalités de classe et ethniques. La grande majorité des prostituées viennent des classes pauvres et, dans tous les pays, on constate la surreprésentation des femmes appartenant à des minorités ethniques ou à d’anciennes colonies (les autochtones du Canada et de nombreux pays d’Amérique latine, les aborigènes d’Australie, les Maoris en Nouvelle-Zélande, les Roms, les minorités ethniques en Thaïlande, les minorités russes dans les pays baltes, les femmes africaines, etc.)

Le système prostitutionnel est violent. Les femmes qui pratiquent des relations tarifées sont sujettes très fréquemment au viol (57 %), à des agressions physiques (71 %) et à des attaques psychologiques, à des menaces avec des armes (64 %) et à des insultes. Le taux de mortalité associé à l’exercice de la prostitution est très élevé. Une étude prospective menée par John J. Potterat en 2003 aux États-Unis partant de données sur les femmes colligées en 1969 et étendue à une période de 33 ans a montré que les personnes prostituées ont un taux de mortalité très élevé : 459 décès par rapport à une moyenne de 5,9 par 100 000 habitants. Leur âge moyen de décès est de 34 ans. Les causes de mortalité sont les suivantes : meurtre, surdose, accidents, abus d’alcool. La prostitution est l’activité qui implique le plus haut risque d’être assassinée aux mains des clients ou des exploiteurs : 204 cas pour 100 000 habitants par rapport à une moyenne de 29 pour les hommes et de 4 pour les femmes.

L’exercice de la prostitution produit souvent des effets délétères pour la santé, provoquant, entre autres, le syndrome de stress post-traumatique, typique des personnes ayant subi un viol.

Ce sont les raisons qui m’ont amenée à me battre pour l’abolition du système de prostitution.

Il n’existe (…) aucun autre cadre de vie où, comme dans la prostitution, tant de personnes sont brutalisées, violées et assassinées. Comment peut-on accepter cela ? Pourquoi la prostitution est-elle une exception pour tant de gouvernements, d’intellectuelLEs et d’activistes des droits de la personne, qui défendent habituellement le droit fondamental à la dignité humaine ? Pourquoi tant de personnes se taisent-elles ? (citée par Pascale Camirand dans « La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses », Prostitution et société, http://www.prostitutionetsociete.fr/politiques-publiques/enjeux/la-cruelle-chosification-des?lang=fr)

Je me le demande aussi.

Une étude de Melissa Farley révèle que 89 % des femmes prostituées aimeraient s’en sortir si on leur offrait la possibilité de le faire.

Ce sont les voix que personne n’écoute, les voix étouffées et cachées. L’écrasante majorité des femmes qui pratiquent des relations tarifées sont réduites au silence et ne voient pas leurs aspirations réalisées. Aucune de ces voix n’est prise en compte par les États néo-réglementaristes. Seulement 6 % des communes néerlandaises ont mis en place des programmes de sortie de la prostitution à l’intention de celles qui souhaitent le faire. En Allemagne, la travailleuse sociale Sabine Constabel a raconté l’histoire d’une femme qui voulait abandonner la prostitution et s’est adressée trois fois à un centre de counseling. À chaque fois, elle s’est vu remettre le dépliant d’une agence, auprès de laquelle on l’invitait à « optimiser son auto-marketing, suite à quoi elle se sentirait certainement mieux ». http://ressourcesprostitution.wordpress.com/2014/03/23/voie-suedoise-et-impasse-allemande-emma/

Avec le présent site, entièrement consacré à la prostitution et, en partie, à la pornographie, j’entends proposer mes quelques lectures et traductions de lectures, de citations, ainsi que des présentations d’études, une réflexion et peut-être un peu de recherches pour fournir des informations sur la question, à la lumière d’une perspective abolitionniste.

Ce travail exige de préciser la signification de ce dernier terme, vu l’incompréhension, la confusion et la désinformation qui règnent à son sujet. Il évoque la grande victoire historique qu’est l’abolition de l’esclavage et n’implique absolument pas la criminalisation des personnes qui pratiquent la prostitution, c’est-à-dire l’application à celles-ci de sanctions pécuniaires ou pénales.

La punition des personnes prostituées comprend notamment le système d’interdiction qui prend la forme des maires qui, au moyen d’ordonnances, imposent en Italie des amendes aux péripatéticiennes au nom de la décence et du décorum, des concepts qui ne sont absolument pas partagés par les féministes abolitionnistes, qui n’attachent aucune importance à la tenue des femmes qui pratiquent des relations tarifées. L’imposition du paiement d’une taxe, à savoir l’implication de l’État dans la prostitution imposée, est un élément typique des systèmes néo-réglementaristes.

Un gouvernement qui adopte une approche abolitionniste met en œuvre des formations et apporte un soutien concret à la recherche d’un autre emploi et, éventuellement, d’un logement pour celles qui veulent abandonner la prostitution, mais prévoit également des structures offrant une assistance sanitaire et psychologique à toutes les personnes pratiquant des relations tarifées, structures dont l’accès n’est pas conditionné par une sortie de la prostitution.

L’instauration d’un revenu garanti, d’une législation favorisant la libre circulation des personnes, la reconnaissance des compétences des personnes migrantes et donc l’offre d’un plus large éventail d’options auraient pour fonction d’empêcher l’entrée dans la prostitution et d’en faciliter la sortie. À partir de maintenant, un revenu d’existence devrait être accordé aux femmes qui se prostituent et qui souhaitent quitter cette industrie.

Le modèle abolitionniste prévoit l’application aux seuls clients de sanctions exclusivement pécuniaires (modèle français) ou même, en cas de récidive, de sanctions penales (mais rarement appliquées) (modèle suédois).

Le principe important que l’on veut énoncer est que personne n’a le droit d’acheter le corps d’une autre personne.

Cependant, la position de ceux qui, plus que sur des lois, misent sur et s’engagent à déclencher un changement de mentalités à travers l’information et l’éducation est également abolitionniste.

De plus, un gouvernement abolitionniste sanctionne toute forme d’exploitation de la prostitution et ne prévoit pas la conversion des proxénètes et entremetteurs en entrepreneurs respectables, contrairement à ce qui se fait dans les États néo-réglementaristes.

 

Version originale italienne:  https://infosullaprostituzione.blogspot.com/2014/05/il-sistema-prostituente-siomette-sempre.html

Deux clarifications sur ce blogue

1) Je pourrais aussi proposer la traduction de quelques textes dont je disconviens de certains mots ou phrases. Dans ce cas, je soulignerai ma dissidence de ces assertions.

2) Je publierai dans cet espace la traduction de témoignages, accessibles sur le web, de prostituées ou de femmes l’ayant été et y ayant survécu. Je ne recourrai pas à l’expédient de raconter d’autres événements biographiques relatés de première main par des gens ; je ne veux pas trahir la confiance de celles qui m’ont, en fin de compte, confié des faits privés de nature sensible, ni surimposer mon point de vue de narratrice-protagoniste à celui de la personne concernée et, par-dessus tout, ne pas susciter de doute sur l’authenticité de ces récits. Je préfère ainsi éviter de créer le soupçon que j’invente des histoires pour manipuler les lecteurs et les inciter à embrasser ma thèse.

Enfin deux mots à propos de moi.

Je m’appelle Maria Rossi et j’ai déjà publié des articles sur la prostitution sur d’autres blogues (Consumabili, Femminile Plurale et Massimo Lizzi). Je suis une communiste convaincue et une féministe d’orientation matérialiste, un courant français que je pourrais définir comme radical-marxiste, en ce sens qu’il s’inspire de Marx et applique, en les réélaborant, des concepts matérialistes à l’oppression des femmes.
J’ajouterais que tout féminisme matérialiste français et canadien est ouvertement abolitionniste.

Traduction: TRADFEM

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.