Germaine Greer: Pourquoi le changement de sexe est un mensonge

par Germaine Greer, The Independent Magazine, 22 juillet 1989

Le jour de la sortie de La Femme Eunuque en Amérique, une personne vêtue de draperies flottantes s’est précipitée vers moi et m’a pris la main. « Merci beaucoup pour tout ce que vous avez fait pour nous, les filles ! » J’ai souri, j’ai hoché la tête et j’ai fait un pas en arrière, essayant d’extraire ma main de l’énorme patte poilue et annelée qui l’avait agrippée. Le visage qui fixait le mien était recouvert d’un épais maquillage de crêpe à travers lequel la barbe poussait déjà, en concurrence futile avec une perruque Dynel d’une immense luxuriance et deux paires de faux cils. Contre les côtes osseuses que l’on pouvait compter à travers sa robe-foulard fragile se balançait un emblème de la libération des femmes en acier poli.

J’aurais dû dire, « Vous êtes un homme. La femme eunuque a fait moins que rien pour vous. Allez vous faire voir. » Le travesti me tenait dans une poigne de violeur tandis qu’il se positionnait habilement à côté de moi, de façon à pouvoir afficher un sourire de pin-up aux photographes qui, pour des raisons liées au magazine Life et à ITV, me traquaient. Il a essayé de monter dans la limousine, mais quelqu’un s’est débarrassé de lui, probablement en claquant la porte sur ses doigts. Lorsque la voiture est partie, j’ai trouvé sur mes genoux le gros paquet d’écrits photocopiés que de tels prédateurs ont invariablement sur eux.

À partir de ce moment-là, chaque fois que je mettais le nez devant le Chelsea Hotel, il apparaissait comme venu de nulle part. Bien qu’il ait certainement considéré qu’il était psychologiquement une femme, car j’avais quelques centaines de pages de gribouillages extatiques pour le prouver, il se comportait exactement comme un homme prédateur. Il était aveugle et sourd à toute preuve d’antipathie, tout à fait inconscient de l’existence d’une personnalité distincte de lui, avec ses propres préoccupations. Il a même masqué ses intentions d’invasion et d’exploitation par la ruse banale de m’offrir des cadeaux coûteux, non désirés et importuns.

L’étiquette exigeait que je me plie à cette parodie grossière de mon sexe en l’acceptant comme une femme, jusqu’à lui permettre d’aller aux toilettes avec moi. Des démarches bureaucratiques étaient en cours pour lui donner, ainsi qu’à ses semblables, le droit à une identité féminine, voire à un passeport féminin. Nous ne serions pas surprises de voir des bureaucrates accepter l’idée que la femme n’est rien d’autre qu’un mâle castré, en contradiction flagrante avec la biologie qui nous dit que la masculinité n’est rien d’autre que la détérioration d’un chromosome de l’ensemble féminin. Il est toutefois étrange qu’un groupe de féministes combatif et bruyant n’ait pas rejeté cette idée avant qu’elle ne soit discrètement et sournoisement mise en œuvre. Si vous voulez tellement être une femme que vous êtes prêt à vous mutiler, et si le médecin qui vous a mutilé vous écrit une lettre disant que le changement est permanent, alors l’État bienfaiteur déclarera que vous êtes ce que vous n’êtes pas, une femme. Le grand public, malgré l’évidence de ses yeux et de ses oreilles, acceptera le bluff. Ils pourraient, avec autant de justification, changer les dates de naissance dans les passeports des femmes qui sont sous oestrogène de remplacement ou qui ont subi des liftings, mais il est peu probable que cela se produise. L’âge est considéré comme réel, la féminité non.

Les personnes qui croient que les féministes brûlent des soutien-gorge croient également que quelqu’un, généralement moi, a soutenu qu’il n’y a pas de différence entre les sexes. L’argument, mon argument en tout cas, est que la différence réelle a été obscurcie par une série de différences factices. La femellitude a été déformée en féminité ; la féminité est devenue une féminité permanente. L’un des principaux mécanismes de cette transformation est la suppression de la sexualité féminine, remplacée par une notion de la libido féminine comme image miroir du désir masculin, comme simple réceptivité. Les autres relations érotiques des femmes, avec leurs bébés en particulier, sont niées, ou supposées imiter le paradigme masculin, et donc être envahissantes et fixées sur le plan génital.

Il existe certainement des hommes qui veulent sérieusement, passionnément et constamment être ce qu’ils considèrent comme des femmes, et ils peuvent tout aussi bien l’être. La plupart d’entre eux envient le droit des femmes à l’exhibitionnisme sexuel ; la plupart d’entre eux ont une vision encore plus stéréotypée de la féminité que ce qui est communément admis, et se souviennent des années 50, lorsque les seins pointaient comme des canons de fusil, que les tailles étaient cintrées à l’infini, que les jupons froissaient de manière invitante et que le maquillage coulait. De tels hommes peuvent se considérer comme des filles, mais c’est une toute autre affaire lorsque les femmes elles-mêmes sont contraintes par la coutume de suivre le mouvement, comme j’ai consenti, il y a 20 ans à New York, à appeler ma persécutrice « sœur ».

En supportant les attentions de cette caricature de moi-même, j’ai fait preuve de la même bonne nature insensée qui permet aux belles-mères de continuer à être la base de l’humour anglais, qui donne à Benny Hill son audimat, qui remplit les clubs d’hommes d’affaires lorsqu’il y a un imitateur féminin. Vous ne verrez plus de Nigger Minstrels et vous ne verrez certainement plus de vrais hommes noirs les regarder, mais vous verrez des femmes rire obligeamment à la vue d’hommes à moitié nus avec des nichons en forme de balles de tennis attachés sur la poitrine, qui se trémoussent les fesses en imitant l’éjaculation (imaginaire) sans fin des femmes. Il existe plus d’un type de viol, plus d’un type d’attaque meurtrière contre l’estime de soi des femmes. Le travestissement masculin n’est en aucun cas la preuve d’une psyché féminine, mais plutôt la dernière attaque contre l’altérité féminine, en la réduisant à un chiffon, un os et une mèche de cheveux.

J’ai sur mon bureau trois lettres d’un « transgresseur de genre », qui croit qu’il peut passer d’un sexe à l’autre à volonté, et qui fournit la série habituelle de photos de lui en femme pour le prouver. Ses lettres exposent en détail ce qu’il attend de moi, à savoir que j’accepte sa vision de l’univers, que je l’autorise à une intimité immédiate et que je lui permette de décrire mes sentiments. J’ai attiré sur moi les deuxième et troisième lettres en reconnaissant la première et en lui disant que je n’étais pas intéressée. J’aurais dû dire : « Le caractère éphémère du sexe est un mensonge. Tu es un homme. Va te faire voir. » Parce que je ne l’ai pas fait, je me suis à nouveau exposée aux mêmes vieux hoo-ha agressifs, insensibles, arrogants et profondément masculins.

Germaine Greer

Version originale:

On why sex change is a lie

Germaine Greer

The Independent Magazine, July 22, 1989

On the day that The Female Eunuch was issued in America, a person in flapping draperies rushed up to me and grabbed my hand. ‘Thank you so much for all you’ve done for us girls!’ I smirked and nodded and stepped backwards, trying to extricate my hand from the enormous, knuckly, hairy, be-ringed paw that clutched it. The face staring into mine was thickly-coated with pancake makeup through which the stubble was already burgeoning, in futile competition with a Dynel wig of immense luxuriance and two pairs of false eyelashes. Against the bony ribs that could be counted through its flimsy scarf dress swung a polished steel women’s liberation emblem.

I should have said, “You’re a man. The Female Eunuch has done less than nothing for you. Piss off.” The transvestite held me in a rapist’s grip while he deftly positioned himself next to me, so that he could flash an pen-mouthed pin-up smile to the photographers who for reasons connected with Life magazine and ITV happened to be dogging my footsteps. He tried to get into the limousine, but somebody got rid of him, probably by slamming the door on his fingers. When the car moved off I found in my lap the fat packet of photocopied writings that such predators invariably have about them.

From then on, every time I put my nose outside the Chelsea Hotel he would appear as if from nowhere. Though he certainly considered that he was psychologically a female, for I had a few hundred pages of ecstatic scribblings to prove it, he behaved exactly like a predatory man. He was blind and deaf to all evidence of dislike, quite unaware of the existence of a separate personality with its own preoccupations. He even masked his thoroughly invasive and exploitative intent by the commonplace ruse of giving expensive, unwanted and unwelcome presents.

Knee-jerk etiquette demanded that I humour this gross parody of my sex by accepting him as female, even to the point of allowing him to come to the lavatory with me. Bureaucratic moves were afoot to give him and his kind the right to female identity, a female passport even. We might not be surprised to find bureaucrats accepting the idea that the female is no more than a castrated male, in flat contradiction of the biology that tells us that maleness is no more than damage to one chromosome of the female set. It is strange though that a vocal and combative body of feminists did not throw the whole idea out on its ear before it was quietly and sneakily implemented. If you want to be female so badly that you are prepared to mutilate yourself, and if the doctor who mutilated you will write you a letter saying that the change is permanent, then the beneficent state will declare that you are what you are not, a woman. The general populace, despite the evidence of their eyes and ears, will go along with the bluff. They might with as much justification change the birth dates in the passports of women who are on oestrogen replacement or have had facelifts, but this is unlikely to happen. Age is considered real, femaleness not.

People who believe that feminists burn bras also believe that someone, usually me, has argued that there is no difference between the sexes. The argument, my argument anyway, is that the genuine difference has been obscured by a series of phony differences. Femaleness has been distorted into femininity; womanhood has become permanent girlishness. One of the principal mechanisms by which this is done is the suppression of female sexuality,  and its substitution with a notion of female libido as a mirror image of male desire, as mere receptivity. Women’s other erotic relationships, with their babies in particular, are denied, or presumed to imitate the male paradigm, and therefore to be invasive and genitally fixated.

Certainly there are men about who seriously, passionately and consistently want to be what they think of as women, and they may as well be it. Most of them envy women’s right to sexual exhibitionism; most of them have an even more stereotyped view of femininity than is commonly accepted, and hark back to the Fifties, when breasts stuck out like gun barrels, waists were cinched to nothing, petticoats frothed invitingly, and makeup dripped. Such men may call themselves girls, but it is quite a different matter when women themselves are forced by custom to go along, as I consented 20 years ago in New York to call my persecutor “sister”.

In enduring the attentions of that caricature of myself, I displayed the same foolish good nature that allows mothers-in-law to continue to be the staple of English humour, that gives Benny Hill his ratings, that fills the working-men’s clubs when there’s a female impersonator on. You won’t see Nxxger Minstrels any more and you certainly won’t see real black men watching them, but you will see women laughing obligingly at the sight of half-naked men with tennis-ball tits tied on their chests, switching their bums in imitation of women’s (imaginary) endless come-on. There is more than one kind of rape, more than one kind of murderous attack on women’s self-esteem. Male transvestism is in no way evidence of a female psyche, but rather the last attack on female otherness, by way of reducing it to no more than a rag, a bone and a hank of hair.

I have on my desk three letters from a “gender transient”, who believes that he can pop in and out of either sex at will, and supplies the usual slew of tarty pictures of himself as a female to prove it. His letters set out in detail what he wants me to do, namely to accept his view of the universe, to admit him to instant intimacy and to allow him to describe my feelings. I brought the second and third letters on myself by acknowledging the first and telling him I was not interested. I should have said, “Gender transience is a lie. You are a man. Piss off.” Because I didn’t I have exposed myself again to the same old aggressive, insensitive, arrogant, thoroughly masculine hoo-ha.

Germaine Greer

(Transcription par Jeff White)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.