J.K. Rowling subit la ‘cancel culture’ pour avoir pris la défense des femmes.

par la Dre Debra Soh, dans The Washington Examiner, 17 déc. 2021

Celleux qui cherchent à comprendre pourquoi le commun des mortel-le-s est trop terrifié pour protester contre les outrances du militantisme transgenriste n’ont qu’à regarder du côté de J.K. Rowling.

Dans une bande-annonce promotionnelle du prochain film de Rowling, Les animaux fantastiques : Les Secrets de Dumbledore, qu’elle a coécrit et coproduit, son nom apparaît à peine. Cela contraste avec la place prépondérante qu’occupait son nom dans les publicités précédentes de cette franchise.

Rowling a subi une campagne continue de sanctions et de harcèlement depuis qu’elle a ridiculisé (à juste titre) l’expression « personnes qui ont leurs règles » l’année dernière dans les médias sociaux. Selon les transactivistes, sa plus récente transgression a été de critiquer la police écossaise qui classe les délinquants en fonction de leur auto-identification de genre. Cela signifie qu’un violeur masculin qui s’identifie comme une femme verra son crime enregistré comme ayant été commis par une femme.

Pourquoi les violeurs voudraient-ils être classés dans la catégorie des femmes et donc logés dans des prisons pour femmes ? Pour le deviner, il n’est pas nécessaire d’avoir travaillé avec des délinquants sexuels incarcérés, comme je le fais. Bien sûr, il est important de tenir compte du fait que certains délinquants peuvent légitimement éprouver une dysphorie de genre au moment de commettre un délit et que les transfemmes incarcérés courent un plus grand risque de préjudice s’ils sont logés avec des détenus masculins.

Mais le fait que toute remise en question des politiques d’auto-identification de genre soit considérée comme totalement inacceptable montre à quel point ceux qui réclament ces politiques opèrent dans une réalité alternative. Au cours des 18 derniers mois, 12 détenus masculins écossais condamnés pour des crimes sexuels ou violents ont été transférés dans des prisons pour femmes parce qu’ils s’identifiaient comme femmes. Parmi ces délinquants, un seul avait subi une transition.

La cruelle réalité de ces décisions n’incombe pas à celleux qui réclament ces pratiques, mais aux détenues. Le fait de classer les crimes en fonction de l’expression du genre du coupable obscurcit la vérité, créant une confusion qui met en danger tous les membres de la communauté.

Certains pourraient dire que l’affluence de Mme Rowling lui offre un certain niveau de protection. Je peux vous dire d’après mon expérience que le harcèlement qui accompagne cette forme particulière d’activisme n’est pas quelque chose que je souhaite à quiconque.

De plus, le fait d’être qualifiée d' »anti-trans » et de féministe radicale trans-exclusive (ou « TERF ») par les médias et d’être désavouée par certains membres de l’équipe de la franchise envoie le message à toustes que contester cette idéologie, même avec compassion ou sensibilité, est inacceptable. Beaucoup se disent sûrement : « Si même Rowling n’est pas à l’abri de telles agressions, quelle chance ai-je d’y survivre ?« 

Debra Soh est spécialiste des neurosciences sexuelles, animatrice du podcast « Dr. Debra Soh » et l’autrice de The End of Gender : Debunking the Myths About Sex and Identity in Our Society.

Version originale: https://www.washingtonexaminer.com/opinion/j-k-rowling-is-being-erased-for-defending-women?

Traduction: TRADFEM

Dr Debra Soh
https://www.thriftbooks.com/w/the-end-of-gender-debunking-the-myths-about-sex-and-identity-in-our-society_debra-soh/26135426/item/44257624/?

5 réflexions sur “J.K. Rowling subit la ‘cancel culture’ pour avoir pris la défense des femmes.

      • J’ai dû mal m’exprimer. Je ne lie pas le terrorisme patriarcal, par exemple celui qui vise Rowling, qui peut prendre la forme d’un terrorisme en ligne, avec la question de l’anonymat. Le patriarcat n’a pas besoin de l’anonymat pour terroriser les femmes, parce que les dominants ont tous les outils à disposition pour terroriser en leur nom propre. Ils ne risquent pas grand-chose en général à attaquer une femme qui veut s’exprimer. Rowling est d’ailleurs harcelée entre autres par des gens à visage découvert, qui savent qu’ils peuvent le faire sans risque.

        Sans l’anonymat, seuls les hommes blancs, et je parie, surtout bourgeois, prendront la parole en public (sauf exception, pour certaines militantes courageuses ou les femmes protégées par leur statut social, comme Beauvoir). Ce qu’ils font déjà, anonymes ou non. Par contre, les femmes risquent trop gros à prendre la parole en leur nom. Sauf exception, ou sauf si elles soutiennent les dominants, elles ne prennent la parole qu’anonymes, car le risque social est important, encore plus pour elles que pour un homme militant. Ce n’est pas la suppression de l’anonymat qui réglera le problème de le terrorisme subi par les femmes en ligne. Au contraire, cela pourrait rendre le terrorisme plus concret, si on connaît le nom, l’adresse, le métier de la militante. Les femmes politiques en font régulièrement les frais (Alice Coffin, ou dernièrement Sandrine Rousseau), et deviennent des cibles physiques pour les patriarcaux extrémistes. Sans anonymat, beaucoup de femmes s’auto-censureront. Cela limitera peut-être certains propos, mais par ailleurs cela limitera aussi la prise de paroles des femmes, et donc la possibilité pour le mouvement féministe d’être connu plus largement, hors des cercles militants. L’anonymat est un bon outil pour la circulation des idées des dominés et des dominées.

        Aimé par 1 personne

        • Pensons aux militants du Ku Klux Klan à qui leurs cagoules prêtent une force collective que beaucoup n’auraient pas à visage découvert. « Nous sommes légion. » (Marc 5, 15)
          Comme toute arme, son sens change selon qu’elle est maniée par l’oppresseur ou l’opprimé.

          J’aime

        • Certes, on pourrait multiplier les exemples. Pensons par exemple aux résistants durant la II guerre mondiale, que l’anonymat protégeait.

          Mais mon avis reste que l’anonymat est plus utile aux dominés qu’aux dominants. Parce que les dominants ont d’autres armes à leur disposition.
          Si on enlève l’anonymat, on enlève un outil majeur de lutte aux dominés, tandis qu’on enlève qu’un outil parmi d’autres aux dominants.

          Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.