La pornographie sape la base du mouvement #MeToo

« La contradiction est évidente : au moment où les hommes commencent à être tenus responsables de l’utilisation de leur pouvoir pour manipuler et agresser sexuellement des femmes, l’industrie de la pornographie continue de socialiser les hommes à adopter précisément ces comportements. »

Debbie Cameron : Nous devons parler du viol.

« Quand un viol n’est-il pas un viol ? Si l’on se fie aux apparences, la réponse est : «la plupart du temps». Sur plus de 58 000 signalements de viols parvenus à la police anglaise et galloise l’année dernière, seuls 1758 ont donné lieu à une accusation de viol, sans même parler de condamnation.(…) »

Toula Drimonis: Nous avons un problème de racisme.

par Toula Drimonis  le 5 août 2019   Cette chronique a été publiée à l’origine sur le site de Cult Mtl, puis reprise en version française sur RICOCHET. Le déni ne sert à rien ni à personne. Il y a quelques semaines, deux vidéos ont atteint le stade viral au Québec. Dans l’une d’elles, un musulman…

«La prostitution, socle des inégalités» par Géraldine Viredaz

L’UNIL (Université de Lausanne) a accueilli en juin dernier un colloque consacré au féminisme abolitionniste. La prostitution y a été définie comme noyau dur des inégalités de genre. « Un rapport sexuel sans désir de la part de la femme ». C’est ainsi que Patrizia Romito, professeure à l’université de Trieste, définit la prostitution. Pour…

INTERVIEW : Les attaques menées contre les féministes radicales atteignent l’Argentine

FRIA: « Le féminisme radical repose sur une base solide – à la fois sur le plan conceptuel, dans son mode d’articulation théorique, mais aussi en termes de valeurs que nous apprenons de lui, ce qui rend notre lutte pour la libération plus facile à porter. Nous devons donc nous y accrocher pour éviter que la lutte pour la libération des femmes ne soit diluée et cooptée par d’autres luttes qui prétendent être nos luttes mais ne le sont pas. Ce qui est clair pour nous, c’est que les mouvements qui produisent le plus de résistance sont les mouvements réellement révolutionnaires. »

COÏTS – Avant-propos*

« Aussi triste que je sois de le reconnaître, les limites du vieil Adam – et le pouvoir matériel qu’il conserve, surtout dans le monde de l’édition et des médias – ont imposé des limites au discours public (des hommes et des femmes) à propos de ce livre. »

« Bitches don’t hurt » Sexisme et spécisme

Notre amie Suzanne Zaccour a un chic projet pour les vacances des Fêtes! Elle entend analyser sous l’angle de la violence sexuelle notre traitement des animaux non humains. « Bitches don’t hurt«  (Les chiennes ne souffrent pas) est un projet qui prend intelligemment le contre-pied d’une entreprise récente d’idéologues de droite qui ont exploité, entre autres, le…