Les dangers des « soins d’affirmation du genre »

Si l’on s’intéresse de près au langage des activistes auprès desquels l’administration Biden s’est rangée, on découvre un cours magistral sur la façon de manipuler le langage pour normaliser une intervention médicale risquée et invasive sur une catégorie de personnes, les enfants, qui sont généralement considéré·es comme incapables de donner leur consentement dans d’autres contextes.

Hé les gens, c’est de la stratégie !

« …Nous sommes littéralement en guerre pour nos enfants. La guerre est une question de stratégie. Il s’agit de gagner des batailles, et les enjeux ici ne pourraient pas être plus élevés. Imaginez que vous êtes dans la France occupée par les nazis. Vous êtes dans la résistance, et vous devez faire sauter les lignes de chemin de fer, afin d’empêcher l’ennemi d’avancer. Si vous n’avez pas de diplomate germanophone dans votre équipe, vous ne savez pas quelles lignes ferroviaires faire sauter. Nous ne pouvons pas nous permettre d’être puristes ici. Nous avons un ennemi commun, et il serait préférable de se concentrer sur la bataille réelle, et non sur les personnes autorisées à la mener. Nous avons besoin de personnes différentes… »

Des centaines de personnes transgenres regrettent d’avoir changé de sexe, selon une militante transgenre

La femme, qui a demandé à être appelée Ruby, raconte : « Jai pensé qu’aucun changement ne serait suffisant au final et je me suis dit qu’il valait mieux travailler à changer ce que je ressentais personnellement plutôt que de transformer mon corps. J’ai vu des similitudes dans la façon dont je vis la dysphorie de genre et dans la façon dont je vis d’autres problèmes d’image corporelle. » (…)

Le Japon découvre « TRANS » d’Helen Joyce

« (…) Dans le cadre de cette réaffectation, l’individu transidentifié se donne un nouveau nom qui correspond à son genre « correct ». Au lieu de « Jack », il devient « Jill ». L’idéologie trans affirme que le genre est « fluide » et non « binaire », mais les personnes trans insistent pour avoir des noms féminins et masculinisés, fermement conformes aux normes de genre traditionnelles. Ne pas utiliser le nouveau nom et le pronom préféré d’une personne trans est traité comme une insulte de premier ordre. (…) »

Des projets de loi enchâssant « l’identité de genre » menacent les droits des jeunes dans tout le monde anglo-saxon

« Ce projet de loi, s’il est adopté, ne sera pas seulement une tache horrible dans l’histoire du Canada, lorsque nous regarderons en arrière avec honte et horreur, et que s’accumuleront les recours judiciaires de personnes ayant subi une transition regrettée, mais il aura pour conséquence de ruiner des milliers de vies – non seulement celles des thérapeutes, médecins et institutions qui promeuvent et proposent ces transitions, mais aussi celles de jeunes de partout au Canada, dont la vie sera marquée à jamais par cette pratique régressive, homophobe, sexiste et dangereuse. »

Joanne K. Rowling refuse de se laisser lyncher

MEGHAN MURPHY: « …Il semble évident qu’il n’y a pas de victoire possible face à ce public-là; aucun niveau de politesse, de servilité ou de rationalisation ne pourrait prévenir la virulence et la misogynie balancée à ces femmes qui luttent contre l’idéologie de l’identité de genre. Soit tu y vas à fond soit tu t’abandonnes entièrement… »

Comment j’ai desservi mes patient•e•s transgenres

« …Alors que je posais des questions sur ses antécédents de santé, il est devenu mal à l’aise, car mes questions mettaient en lumière des incohérences dans son récit (me suggérant des problèmes psychologiques), et il s’est mis en colère, s’est penché dans mon espace personnel en me fusillant de ce regard qui signifie « espèce de salope! ».
Toutes les femmes connaissent ce regard… »

À propos de ma compassion

« Ma compassion va aux femmes qui sont violées ou agressées par des hommes se déclarant trans et qui, au lieu d’être soutenues, sont dénoncées si elles « mégenrent » leur violeur – en disant le mot « il ». »