Les personnes trans ne sont pas une minorité opprimée

« …si le gouvernement a abandonné ces politiques controversées, ce n’est pas parce qu’il s’oppose aux soi-disant droits des trans. C’est parce que ces politiques entrent en conflit avec les droits de la société en général. Prenez, par exemple, les appels des transactivistes en faveur d’un droit à l’auto-identification du genre – cela saperait les droits des femmes, y compris leur droit à des espaces non mixtes, qui est crucial pour leur sécurité et leur droit à la confidentialité. »

Graham Linehan: « Ne les laissez pas criminaliser l’approche thérapeutique »

« (…) Voilà ce que signifie le modèle d’affirmation. Dès le premier contact en ligne, tous les adultes entourant l’enfant – les parents, l’ami qui a accepté de lui injecter des bloqueurs de puberté pour eux (leur évitant ainsi d’avoir à se rendre dans un cabinet médical), et le gentil médecin à l’autre bout de Skype, n’ont cessé de l’affirmer. Non pas affirmer l’enfant, mais affirmer la nécessité du traitement.(…) »

Les transfemmes sont-elles des femmes?

« (…) Colporter le mythe selon lequel les transfemmes sont des femmes et les humains peuvent changer de sexe n’est ni vrai, ni utile, ni bienveillant. On peut revendiquer et obtenir les droits des personnes trans en fonction de leurs mérites, tout comme certains aspects des droits des femmes l’ont été par le passé. »

Au Royaume-Uni, la BBC rompt enfin avec le lobby Stonewall

« (…) En s’affranchissant aujourd’hui du lobby Stonewall, la BBC, institution précieuse, a-t-elle ouvert la voie à d’autres organismes publics ? Aucune autre organisation de lobbying, en particulier celles qui refusent même de discuter des différences d’opinion sur des questions d’importance publique, ne devrait plus jamais s’en approcher d’aussi près. »

L’invention du «transboy»

Sous prétexte de « tolérance », des transactivistes cherchent à abolir les droits des femmes et des enfants, particulièrement ceux des filles que l’on convainc qu’elles sont « nées dans le mauvais corps » si elles osent s’affirmer. Lire Heather Brunskell-Evans à ce sujet.

En traitant Martina Navratilova d’«intolérante», le lobby transgenre démontre à quel point il est lui-même devenu intolérant et extrémiste

James Kirkup: « Est-il *transphobe* de penser qu’il existe des différences physiques fondamentales entre un homme et une femme ? Il lui a suffi de le dire pour que Navratilova soit qualifiée d’intolérante et pire encore : un défenseur des droits des transgenres a même suggéré qu’elle devrait être « exécutée ». »