Rien ne viendra de rien

Affiché par Rebecca Mott sur son blog, le 22 juillet 2019 Se prostituer, c’est être dans le vide. C’est rien qui n’arrive à personne. Nos corps sont interdits d’existence. Notre douleur est réduite au silence. Notre désespoir est rejeté. Même notre souvenir d’avoir été humaine est effacé. Être prostituée, c’est n’être personne. Notre voix est…

Rebecca MOTT, en vacances!

 » Je suis une femme sortie de la prostitution, qui est maintenant abolitionniste. Je suis intéressée par l’exploration de la mémoire fragmentée et d’autres aspects de la vie au sein d’un traumatisme. J’utilise ma vie personnelle comme exemple de la violence normalisée que constitue la prostitution. C’est un énorme problème de droits humains et non un enjeu syndical. »

Entretien avec Rebecca Mott, femme sortie de la prostitution

 »(,,,) L’abolition est toujours ancrée dans la restitution de leurs droits de la personne et de leurs voix aux personnes réduites au silence et opprimées. Cela signifie qu’il faut s’attaquer à ceux qui sont au pouvoir – c’est donc toujours de l’anticapitalisme et de l’antipatriarcat. Les problèmes surviennent quand les voix des opprimées sont tenues pour une valeur symbolique faites pour être symboliques ou réduites au silence. Cela est courant dans les grands groupes abolitionnistes, souvent influents, où les femmes sorties du milieu sont utilisées et jetées, traitées comme des actrices sous-humaines et non comme des êtres humains à part entière.(…) »

LETTRE OUVERTE adressée aux hommes de gauche

REBECCA MOTT: « …être en prostitution pratiquée derrière des portes closes, c’est être placée dans une pièce avec une série d’étrangers autorisés. La liberté de choix, ce sont les prostitueurs qui l’ont. Chacun peut choisir d’être aussi violent qu’il le désire ou faire semblant d’être le chic type. Il sait en effet que sa violence n’aura aucune conséquence, et qu’il n’y aura aucune ingérence extérieure.  »

Subventionnons la conférence à Madrid de Rebecca Mott!

Rebecca Mott, une Britannique sortie de la prostitution, a lancé un appel à dons pour recueillir les frais d’un aller-retour à Madrid où elle a été invitée à une conférence de survivantes pour parler de son itinéraire personnel et de son analyse.
+ HYPERLIENS à ses textes traduits sur notre site.

Rebecca Mott : « Putophobe ! »

Par Rebecca MOTT (le 14 décembre 2015) Je veux écrire sur un mot inventé dont se sert l’industrie du sexe pour réduire au silence les femmes sorties de la prostitution et les abolitionnistes. Il s’agit du mot « putophobie », qui désigne une peur irrationnelle ou une haine des personnes prostituées. Ce mot gagne en popularité chez les…

Rebecca Mott: Ceci n’est pas un débat

par Rebecca Mott (5 mai 2015) Croire en l’abolition de l’industrie du sexe, en tant que femme sortie de la prostitution, c’est savoir que nous n’avons ni le temps ni l’espace de tenir un débat intellectuel sur la prostitution. Les débats se font au sujet d’événements et de sujets stables, où toutes les personnes impliquées…