Convergences et divergences entre le féminisme radical et la théorie queer

 »Nous avons demandé à plusieurs femmes de définir le féminisme radical. Leurs définitions ont toutes eu le point commun suivant : poser comme élément central que le genre est un système d’oppression et que les hommes et les femmes sont deux groupes socialement construits, qui existent en raison précise de la relation de pouvoir inégalitaire entre eux… »

POUR UN FÉMINISME CRITIQUE ET ABOLITIONNISTE DU GENRE

« Nous allons continuer à défendre un féminisme critique et abolitionniste du genre, car le genre est la pierre angulaire de l’oppression sexuelle des femmes et des filles, une stratégie politique patriarcale qu’il faut éradiquer de toute urgence. Le considérer, à l’instar de la théorie queer, comme une catégorie à revendiquer, est une pratique antiféministe. « 

INTERVIEW : Les attaques menées contre les féministes radicales atteignent l’Argentine

FRIA: « Le féminisme radical repose sur une base solide – à la fois sur le plan conceptuel, dans son mode d’articulation théorique, mais aussi en termes de valeurs que nous apprenons de lui, ce qui rend notre lutte pour la libération plus facile à porter. Nous devons donc nous y accrocher pour éviter que la lutte pour la libération des femmes ne soit diluée et cooptée par d’autres luttes qui prétendent être nos luttes mais ne le sont pas. Ce qui est clair pour nous, c’est que les mouvements qui produisent le plus de résistance sont les mouvements réellement révolutionnaires. »