Journée internationale de la non-prostitution — Il n’y a pas de prostitution anodine À l’occasion de la Journée internationale de la non-prostitution, vous trouverez ci-joint un document précisant dix bonnes raisons de ne pas décriminaliser l’achat de sexe, le proxénétisme et la tenue de maisons closes au Québec, au Canada et dans le monde. Bonne…

Un mot de Kajsa Ekis Ekman, en tournée en Espagne

,,, Je suis en tournée dans les Asturies et à Majorque ! Dans les Asturies, j’ai organisé un atelier pour les journalistes sur la façon d’écrire, et de ne pas écrire, sur l’industrie du sexe. Nous avons également organisé une table ronde avec les expertes Graciela Atencio de La escuela abolicionista, Amelia Tiganus autrice de…

« Ce ne sont pas des clients, ce sont des violeurs », le cri contre la prostitution dans les rues de Valence.

Demain, 23 septembre, c’est la Journée internationale contre l’exploitation sexuelle et la traite des êtres humains. « Le système économique et social dans lequel nous vivons – le patriarcat – opprime doublement les femmes et les oblige à faire tout ce qui est jugé nécessaire : cela inclut la prostitution. Ce sont eux qui décident, qui choisissent et qui commandent, et les femmes en subissent les conséquences et les risques pour leur corps et leur vie ».

Pourquoi les hommes vont voir les prostituées et ce qu’ils pensent d’elles

« Ces hommes ne considèrent pas les femmes comme des femmes, mais seulement comme des objets, des corps. Ils ne savent pas ce qu’elle ressent vraiment, pourquoi elle se prostitue, ce qu’elle pense vraiment, quelle vie elle a eue avant et si elle veut être ici ou pas. C’est du pareil au même pour eux. Aucun d’entre eux ne se soucie des droits des femmes, de sa volonté et de ses sentiments : c’est ce qu’ils ont tous en commun. Ils paient pour l’inexistence de la dignité des femmes, de son identité propre et de sa volonté. La question est donc la suivante : Pourquoi avons-nous besoin d’une institution qui rend cela possible? »

La prostitution est un enfer particulier que les hommes ont créé pour les femmes.

« Oui, à tous les hommes qui lisent ceci et regardent du porno ou engagent des prostituées, je vous déteste. J’aimerais que dans un monde juste, vous soyez retirés de la société, parce que la personne que j’aurais pu être à ce moment de ma vie n’existe plus ; vous l’avez tuée, et maintenant son cadavre est là ; couvert de toutes les cicatrices, et imprégnée de toute la douleur, il se traîne sans vie, prétendant que la vie est normale. »

Feminist Current a 10 ans – trinquons à une autre décennie d’annulations !

« Voir des femmes qui avaient passé leur vie à travailler pour les femmes être harcelées, menacées, ostracisées, agressées verbalement et expulsées de leurs communautés, partis politiques et groupes d’activistes était inacceptable pour moi. Voir des jeunes hommes et femmes qui n’avaient rien apporté au monde et certainement rien fait pour lutter contre la violence envers les femmes tenter de détruire tout ce que les femmes avaient construit pendant des décennies était inacceptable pour moi. Les femmes qui faisaient du bien étaient réduites au silence, accusées de la chose même qu’elles subissaient : l’effacement, l’intimidation, l’intolérance, voire la violence. »

L’Espagne s’apprête à interdire l’achat de sexe

« (…) Ce que les gens ne voient pas, c’est que la légalisation et la normalisation de la prostitution ne réifient ni ne déshumanisent pas certaines femmes, mais toutes les femmes. Le fait que les hommes aient un accès [monétaire] au corps de certaines femmes renforce leurs agressions et leur humiliation d’autres femmes dans leur vie. (…) »