Une affaire des « droits de l’homme » concernant le commerce du sexe va porter préjudice aux femmes.

« (…) Si les plaignants remportent leur mise, tous les autres pays ayant une loi similaire verront sans doute les lobbyistes pro-prostitution contester cette législation. En revanche, s’ils perdent, cela renforcera la légalité et soulignera les succès du modèle abolitionniste. (…) »

LE PARADIS DU PROXÉNÈTE

« (…) Le commerce légal du sexe autorise les hommes à déshumaniser les femmes, tandis que les femmes prostituées demeurent violées, kidnappées, battues et assassinées à des niveaux supérieurs à la moyenne nationale. (…) »

Ce pour quoi la prostitution ne doit jamais être légalisée – Julie Bindel

« Si la prostitution est présentée comme un travail, il va de soi que les travailleuses ont besoin de droits. Le problème est que l’expression « travailleuse du sexe », inventée dans les années 1980 et de plus en plus utilisée par la police, les travailleurs de la santé et les médias, inclut les pornographes, les danseuses érotiques et les proxénètes, en même temps que celles qui vendent réellement du sexe. »