Bannir les « thérapies de conversion » n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît.

KATHLEEN STOCK: « Pourquoi une identité de genre insolite, et éventuellement temporaire, devrait-elle être automatiquement traitée comme le véritable soi ? Il se pourrait tout aussi bien que la version abandonnée, dans le contexte d’une thérapie, soit plus authentique. »

CE QUE CACHE LE PROJET DE LOI FÉDÉRAL C-4 SUR LES THÉRAPIES DE CONVERSION

THÉRAPIE DE CONVERSION: « …les activistes trans se sont emparés de cette notion pour assimiler à une « thérapie de conversion » tout conseil de prudence et toute résistance à la « transition de genre », un terme fourre-tout comprenant le ‘brainwashing » des jeunes pour les convaincre qu’iels sont « nés dans le mauvais corps », le changement de prénom et de nom, le travestisme, la prescription d’hormones de l’autre sexe et, en bout de ligne, les chirurgies transsexuelles, toutes appliquées à des enfants de plus en plus jeunes. »