Merci au site « Le Partage » pour cette traduction d’un essai de J.K. Rowling

« … je ne m’attendais pas à l’avalanche de lettres et d’emails qui me tomba dessus, dont l’écrasante majorité étaient positifs, reconnaissants et encourageants. Ils provenaient d’un ensemble très divers de personnes aimables, empathiques et intelligentes, dont certaines travaillent dans des domaines liés à la dysphorie de genre et aux personnes transgenres, toutes profondément préoccupées par la manière dont un concept sociopolitique influence la politique, la pratique médicale et la protection de l’enfance, par les nuisances potentielles que cela induit pour les jeunes et les homosexuels, par la manière dont cela participe à l’érosion des droits des femmes et des filles… »

Contre la censure et le cyber-sabotage, la journaliste Meghan Murphy persiste et signe

« (…) l n’est jamais facile de se battre et ce ne sera jamais facile. Vous subirez des conséquences. Vous risquez de perdre des amis, d’être congédiée, d’être blessée, menacée, censurée, injuriée, diffamée ou pire encore. Cela a toujours été vrai et le sera toujours. Ce que j’ai vécu n’est pas le pire de ce qu’ont vécu d’innombrables activistes, journalistes ou dissident-e-s à travers l’histoire. Mais c’est une lutte, et cela peut être effrayant, et c’est une activité risquée. Je ne fais pas cela parce que c’est facile, je le fais parce que c’est la chose juste à faire, et parce qu’apparemment il me manque le gène qui me permet de rester silencieuse face aux mensonges et aux attaques contre nos droits.(…) »

Julie Bindel – Le nouveau harcèlement imposé sur les campus

« L’une des grandes réussites du féminisme contemporain tient aux campagnes de sensibilisation du public à la reconnaissance du harcèlement sexuel en milieu de travail. Les universités ont encouragé les dénonciations et les procédures de plaintes anonymes afin que les femmes puissent signaler en toute sécurité ce type de ciblage. Mais lorsque les femmes universitaires font l’objet d’insultes infâmes telles que « TERF », tout bascule ; il est considéré comme raisonnable de traquer et d’humilier publiquement ces femmes.(…) »

Le ministère de la Trans-Vérité

« Un vent froid d’autoritarisme souffle sur notre société prétendument progressiste, libérale et démocratique. Quand dire la vérité devient un discours de haine, quand l’oppression devient l’éthique, quand des non-faits deviennent la Vérité, nous avons toutes et tous intérêt à garder les yeux ouverts.

Lettre ouverte au Nouveau Parti Démocratique de la Colombie-Britannique concernant la conduite de M. Oger, qui en occupe la vice-présidence

« (…) Au Canada, nous nous attendons à ce que nos représentant·e·s politiques ne s’engagent pas dans l’intimidation publique des femmes ou dans des campagnes de harcèlement coordonnées contre les personnes avec lesquelles ils/elles sont en désaccord, et nous nous attendons à ce qu’ils/elles s’abstiennent de menacer leurs commettant·e·s. Le NPD de la Colombie-Britannique devrait informer la personne qui occupe sa vice-présidence – et les femmes en général – que l’intimidation et la censure ne sont pas des valeurs de ce parti. (…) »