Andrea Dworkin et l’amour des femmes

LARA SALVATIERRA: « Parler de féminisme radical, c’est parler d’Andrea Dworkin. Sa brillante analyse de la déshumanisation des femmes dans le système prostitutionnel a jeté les bases idéologiques et sociales d’autres études sur les femmes par le mouvement féministe. »

UNE HOMOPHOBIE TACITE PROPULSE LE MOUVEMENT IDENTITAIRE DU GENRE FACE AUX ENFANTS

« …parmi les enfants qui présentent des signes de dysphorie de genre, nous ne sommes pas encore en mesure de dire qui fera partie de la catégorie de ceux qui se désisteront (soit la majorité) par opposition à la minorité qui persisteront et qui bénéficieraient réellement d’une transition sexuelle. Pour déterminer la réponse à ce dilemme, il nous faut résolument accepter les données scientifiques et ne pas oublier que les homosexuel·le·s méritent également amour et acceptation. »

En traitant Martina Navratilova d’«intolérante», le lobby transgenre démontre à quel point il est lui-même devenu intolérant et extrémiste

James Kirkup: « Est-il *transphobe* de penser qu’il existe des différences physiques fondamentales entre un homme et une femme ? Il lui a suffi de le dire pour que Navratilova soit qualifiée d’intolérante et pire encore : un défenseur des droits des transgenres a même suggéré qu’elle devrait être « exécutée ». »

Je tiens à partager ceci

Memoree Joelle: « Je tiens à partager ceci parce que tout le monde doit être informé, si ce n’est pas déjà le cas, d’à quel point est devenue envahissante la pression sur les adolescentes pour qu’elles « changent de sexe ». Ceci n’est qu’une histoire, mais il y en a beaucoup d’autres. »

Andrea Dworkin: Fierté lesbienne

Extrait d’une anthologie de Dworkin, traduite par la collective TRADFEM, à paraître en novembre 2017 aux Éditions du remue-ménage et Syllepse. [Allocution prononcée lors d’un rassemblement de la Lesbian Pride Week [Semaine de la fierté lesbienne] à Central Park, à New York, le 28 juin 1975. Publié à l’origine sous le titre « What is Lesbian Pride…