Laurel Hubbard marque le début de la fin du sport féminin

« (…) Pourquoi, alors, avec toutes ces preuves qui montrent à quel point c’est injuste, des gens comme le Comité international olympique permettent-ils aux hommes de naissance de concourir contre des femmes ? Deux mots : peur et capitulation. Tout recul face au mantra  » les transfemmes sont des femmes  » vous vaut immédiatement une accusation d’intolérance. (…) »