Cessez de distribuer à bon compte des « cartes de sortie de prison » aux conjoints violents

« Seules des poursuites et des sanctions réelles peuvent dissuader les hommes violents et véritablement protéger les victimes. … Si les autorités veulent sérieusement contrer la violence intime des hommes, elles devraient cesser d’offrir à ses auteurs des cartes de sortie de prison à bon compte, uniquement parce que c’est pratique. »

Big Porn

« Le porno, comme toutes les grandes industries mondiales, a des interfaces avec les banques, les cartes de crédit, les médias grand public et les multiples plateformes de médias sociaux », explique l’experte en économie Gail Dines. « Chacune de ces industries a un intérêt économique direct dans la poursuite et la croissance de l’industrie pornographique. » Ce sont simplement les pauvres filles comme Chloé qui y perdent au change.

L’Espagne s’apprête à interdire l’achat de sexe

« (…) Ce que les gens ne voient pas, c’est que la légalisation et la normalisation de la prostitution ne réifient ni ne déshumanisent pas certaines femmes, mais toutes les femmes. Le fait que les hommes aient un accès [monétaire] au corps de certaines femmes renforce leurs agressions et leur humiliation d’autres femmes dans leur vie. (…) »

La misogynie : Qu’est-ce que c’est, et pourquoi ne veut-elle pas mourir ?

De la fin des années 1990 jusqu’en 2004, j’ai travaillé dans des universités en tant que chercheure sur le commerce du sexe, le viol et la violence conjugale. Après avoir écrit régulièrement des commentaires pour les journaux afin de mettre en valeur mon travail militant, j’ai réalisé que je serais bien plus heureuse en le faisant à plein temps et je suis devenue journaliste.

Les femmes ne devraient pas être à vendre

« …Compte tenu de l’abondance de preuves démontrant les désastres de la dépénalisation là où elle a été essayée, il est choquant qu’un certain nombre d’agences de santé publique et d’organisations de défense des droits de l’homme soutiennent une dépénalisation généralisée; c’est notamment le cas de l’OMS, ONU SIDA, Human Rights Watch et Amnesty International… »