Titre d’une vidéo de l’empire PORNHUB: « Une Blanche que l’on baise gémit ‘Black  Lives Matter’ »

« (…) Pendant trop longtemps, l’industrie a utilisé le masque de la sexualité libérée pour protéger ses images racistes et son idéologie haineuse, qui ne seraient pas tolérées ailleurs. Au moment où nous voyons des hommes et des femmes Noir-e-s mourir continuellement à cause de cette « peur » fabriquée de toutes pièces, l’industrie du sexe doit être tenue responsable de son rôle dans le profit qu’elle tire de l’utilisation de tropes racistes qui mettent en danger la vie de l’ensemble des Noir-e-s. »

Nos raisons d’agir pour que la prostitution ne devienne pas un « travail » comme un autre

« Le sexe est désormais qualifié de « travail ». Les proxénètes, qui vendent des femmes à des acheteurs pour utilisation à leur gré, sont appelés des « gérants d’affaires ». Les acheteurs sont des « clients », les femmes prostituées sont des « travailleuses du sexe », les étrangères amenées par la traite dans l’industrie du sexe sont des « travailleuses migrantes » et les femmes et jeunes filles du Royaume-Uni qui sont conditionnées à ce service sont décrites comme « faisant un choix de vie ». »

Chers clients,

« Vu notre expérience en tant que survivantes de la traite, nous savons que la véritable histoire ici ne se limite pas à un seul homme. La vraie histoire, c’est vous tous qui pensez qu’il est acceptable d’acheter quelqu’un. »

On ne naît pas prostitueur, on le devient 

…En recentrant l’accent du « débat » traditionnel de la prostituée vers la demande, nous pouvons remettre en question la perception publique de l’acheteur sexuel typique et la banalisation de la prostitution dans la culture des « prostitueurs »…