Bannir les « thérapies de conversion » n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît.

KATHLEEN STOCK: « Pourquoi une identité de genre insolite, et éventuellement temporaire, devrait-elle être automatiquement traitée comme le véritable soi ? Il se pourrait tout aussi bien que la version abandonnée, dans le contexte d’une thérapie, soit plus authentique. »