Suzanne Moore réfléchit au silence actuel du journalisme de gauche au Royaume-Uni.

« (…) C’est pourquoi les femmes de gauche finissent par écrire dans des journaux de droite. Notre « maison », voyez-vous, n’était pas un espace sûr. La maison, comme trop de femmes le savent, est l’endroit où se trouve la haine.  Nous ne connaissons que trop bien l’expérience de devoir quitter la « maison » pour dire nos vérités. Le féminisme est heureusement portable ; la capacité de parler des droits des femmes et des filles ne peut pas être détruite par des hommes qui réécrivent l’histoire et des jeunes femmes ayant une expérience de vie (…) »

LETTRE OUVERTE adressée aux hommes de gauche

REBECCA MOTT: « …être en prostitution pratiquée derrière des portes closes, c’est être placée dans une pièce avec une série d’étrangers autorisés. La liberté de choix, ce sont les prostitueurs qui l’ont. Chacun peut choisir d’être aussi violent qu’il le désire ou faire semblant d’être le chic type. Il sait en effet que sa violence n’aura aucune conséquence, et qu’il n’y aura aucune ingérence extérieure.  »