La loi trans : un « sésame » pour les prédateurs

« Lorsque cette loi a été adoptée, l’image que l’on se faisait du requérant était celle d’une personne qui ne causerait aucun problème dans un vestiaire, des toilettes, un service ou une prison réservés aux femmes, car tout le monde accepterait simplement que cette personne “est” une femme. Les événements de ces derniers jours auraient dû faire comprendre à tout le monde que c’est loin d’être les cas qui se présentent dans la réalité. »

Meghan Murphy: « L’identité de genre invisibilise le patriarcat » AUSSI: Tribune collective sur les agressions contre des lesbiennes

Le 10 mai 2017, Meghan Murphy, féministe radicale, et fondatrice du site canadien Feminist Current a été auditionnée par le Comité sénatorial canadien, aux côtés de Hilla Kerner de l’organisation Vancouver Rape Relief & Women’s Shelter [1] contre le projet de loi C-16 , la législation sur « l’identité du genre » au Canada. Voici une traduction de sa présentation.…

Open Letter: Are “transwomen” women?

« (…) No feminist questions the suffering of people who feel they weren’t “born in the right body”. That said, we must ensure the preservation of our spaces and keep our strategies focused on girls and women. It is the survival of our movement that is at stake, and therefore the survival of our rights and integrity. »