Les dangers des « soins d’affirmation du genre »

Si l’on s’intéresse de près au langage des activistes auprès desquels l’administration Biden s’est rangée, on découvre un cours magistral sur la façon de manipuler le langage pour normaliser une intervention médicale risquée et invasive sur une catégorie de personnes, les enfants, qui sont généralement considéré·es comme incapables de donner leur consentement dans d’autres contextes.

Hé les gens, c’est de la stratégie !

« …Nous sommes littéralement en guerre pour nos enfants. La guerre est une question de stratégie. Il s’agit de gagner des batailles, et les enjeux ici ne pourraient pas être plus élevés. Imaginez que vous êtes dans la France occupée par les nazis. Vous êtes dans la résistance, et vous devez faire sauter les lignes de chemin de fer, afin d’empêcher l’ennemi d’avancer. Si vous n’avez pas de diplomate germanophone dans votre équipe, vous ne savez pas quelles lignes ferroviaires faire sauter. Nous ne pouvons pas nous permettre d’être puristes ici. Nous avons un ennemi commun, et il serait préférable de se concentrer sur la bataille réelle, et non sur les personnes autorisées à la mener. Nous avons besoin de personnes différentes… »

Les enfants trans – il est temps d’en parler. Version française d’une vidéo documentaire réalisée par Stella O’Malley

Pour introduire ce documentaire sur des questions liées au phénomène du transgenrisme, récemment réalisé par Stella O’Malley pour la chaîne de télévision Channel 4 au Royaume-Uni, qui l’a diffusé ce mercredi 21 novembre 2018, et que vous trouverez sous-titré en français, ci-après, nous vous proposons la critique formulée à son sujet par Suzi Feay pour le Financial Times.

29 ans après le massacre de l’École Polytechnique, voici 1112 DES FEMMES ET ENFANTS TUÉES PAR DES HOMMES EN TANT QU’HOMMES (OU PAR DES INCONNUS), AU QUÉBEC, DEPUIS LE 6 DÉCEMBRE 1989

Si les masculinistes tentent de présenter les hommes comme collectivement « en détresse », c’est pour faire oublier à quel point les femmes (et enfants) sont démesurément agressées en tant que telles, par autant d’hommes soucieux de préserver sur elles un contrôle social masculin, qui leur tient lieu d’identité. 

Pourquoi faut-il que les transactivistes dénigrent les auteur·e·s de récits embarrassants pour la notion d’« identité de genre » ?

« Le fait qu’après avoir produit un reportage relativement équilibré – incluant des points de vue et des questions de transactivistes, en parallèle à des questions et des critiques [bien modestes] du discours convenu sur les « enfants trans » – tout en exprimant énormément de sympathie pour les jeunes qui s’identifient comme trans ou qui souffrent de ce qu’il appelle la « dysphorie de genre », Singal ait quand même été harcelé et attaqué de façon vicieuse, en dit long sur l’idéologie transgenre et ses partisans. « 

« Ceci est une expérience. »

« L’enfant transgenre est une nouvelle identité remarquable, émergente depuis le début du siècle. Les médias présentent surtout des garçons photogéniques s’identifiant-comme-filles. .. Ce qu’on remarque moins, c’est la croissance spectaculaire des filles s’identifiant-comme-garçons; le nombre de patientes au traitement déclaré au National Health Service (NHS) a quadruplé au cours des quatre dernières années… »