Un projet de loi instituant la reconnaissance du changement de sexe par simple autodéclaration est présentement en voie d’adoption en Écosse, malgré des critiques nourries, dont la lettre ci-dessous.

« ….Nous soutenons que l’ambition internationale d’améliorer la sécurité et le respect des personnes ayant une identité transgnre ne doit pas se faire au détriment des droits des femmes à la sécurité, à la vie privée et à la dignité sur la base du sexe, y compris l’accès à des services efficaces tenant compte des traumatismes qu’elles ont pu subir… » (29 signataires écossaises)

Analyse réaliste des prétentions « égalitaires » du lobby des pères pour ce qui est des pensions et prestations dues aux enfants

« (…) Les hommes qui bénéficient d’une attention et d’une sympathie démesurée sont toujours les hommes que l’on force à payer cette pension, et l’on voit les groupes de « défense des droits des pères » s’essouffler à monter en épingle des cas particuliers d’hommes dont on allègue qu’ils « se retrouvent avec seulement 16 livres sterling après avoir payé la pension alimentaire », malgré le fait que moins de 50% des pères non résidents paient quoi que ce soit pour leurs enfants. (…) »

Nos raisons d’agir pour que la prostitution ne devienne pas un « travail » comme un autre

« Le sexe est désormais qualifié de « travail ». Les proxénètes, qui vendent des femmes à des acheteurs pour utilisation à leur gré, sont appelés des « gérants d’affaires ». Les acheteurs sont des « clients », les femmes prostituées sont des « travailleuses du sexe », les étrangères amenées par la traite dans l’industrie du sexe sont des « travailleuses migrantes » et les femmes et jeunes filles du Royaume-Uni qui sont conditionnées à ce service sont décrites comme « faisant un choix de vie ». »