Amour et perte en Nouvelle-Zélande : comment le transgenrisme a détruit ma famille

« (…) Trop de bonnes personnes ont peur d’exprimer leurs sentiments. Tout ce que je peux espérer, c’est qu’un jour cette folie prendra fin; qu’un jour les écailles tomberont des yeux des gens et que toute la situation sera reconnue pour ce qu’elle est : une version contemporaine du conte les « vêtements neufs de l’empereur ». (…) »

TRANS – Quand l’idéologie rencontre la réalité

« …Ce livre aborde une idée qui paraît simple, mais qui a une por-
tée considérable. Cette idée est qu’on devrait considérer les gens
comme des hommes ou des femmes sur la base de leur ressenti
ou de leurs déclarations et non de leur biologie. On appelle cela
l’autodéclaration de genre… »

Le transgenrisme capitalise sur des enfances volées

Par Donovan Cleckley, publié par The 11th Hour Blog Illustration de Stella Perrett (Radical Cartoons) Vous avez enlevé, au nom de Dieu, la la croûte de l’enfant de l’aumône de la famine ; Vous avez pris le prix de son corps Et chanté une messe pour son âme ! –Voltairine de Cleyre, « Les Dieux et…

Le Japon découvre « TRANS » d’Helen Joyce

« (…) Dans le cadre de cette réaffectation, l’individu transidentifié se donne un nouveau nom qui correspond à son genre « correct ». Au lieu de « Jack », il devient « Jill ». L’idéologie trans affirme que le genre est « fluide » et non « binaire », mais les personnes trans insistent pour avoir des noms féminins et masculinisés, fermement conformes aux normes de genre traditionnelles. Ne pas utiliser le nouveau nom et le pronom préféré d’une personne trans est traité comme une insulte de premier ordre. (…) »

Comment la propagande transgenre détruit de jeunes adolescentes

DEBBIE HAYTON: « Qu’il s’agisse d’une déclaration ou d’une question, le titre de ce livre exprime l’urgence nécessaire de cette histoire désespérément triste. Au milieu du débat trans, apparemment une bataille entre adultes matures, les enfants vulnérables sont la proie d’une idéologie malveillante que les survivants appellent une secte. »

Tête-à-queue en Suède à propos des « changements de sexe » chez les mineur.e.s

(…) La nouvelle politique suédoise est cohérente avec les directives récemment révisées de la Finlande, qui ont été modifiées pour donner la priorité aux interventions et au soutien psychologiques plutôt qu’aux interventions médicales, en particulier pour les jeunes sans antécédents de dysphorie de genre dans l’enfance (ce qui est actuellement le cas de figure le plus courant).(…) »