L’invention du «transboy»

Sous prétexte de « tolérance », des transactivistes cherchent à abolir les droits des femmes et des enfants, particulièrement ceux des filles que l’on convainc qu’elles sont « nées dans le mauvais corps » si elles osent s’affirmer. Lire Heather Brunskell-Evans à ce sujet.

Joanne K. Rowling refuse de se laisser lyncher

MEGHAN MURPHY: « …Il semble évident qu’il n’y a pas de victoire possible face à ce public-là; aucun niveau de politesse, de servilité ou de rationalisation ne pourrait prévenir la virulence et la misogynie balancée à ces femmes qui luttent contre l’idéologie de l’identité de genre. Soit tu y vas à fond soit tu t’abandonnes entièrement… »

Que faire lorsque l’on regrette sa transition sexuelle?

« …aujourd’hui, le pouvoir d’un lobby transgenre prétendument progressiste signifie que nous ne pouvons pas remettre en question le fait qu’une fille choisisse de mutiler ce qu’on appelle le « mauvais corps » où elle serait née. Il est temps d’arrêter d’écouter les lobbyistes et de commencer à écouter plus attentivement les gens comme Max. Nous le faisions certainement à Manchester, quand elle a dit à une salle pleine de gens : « Il est fort possible que si j’avais obtenu une thérapie spécialisée, je n’aurais jamais vécu de transition. »

Pourquoi faut-il que les transactivistes dénigrent les auteur·e·s de récits embarrassants pour la notion d’« identité de genre » ?

« Le fait qu’après avoir produit un reportage relativement équilibré – incluant des points de vue et des questions de transactivistes, en parallèle à des questions et des critiques [bien modestes] du discours convenu sur les « enfants trans » – tout en exprimant énormément de sympathie pour les jeunes qui s’identifient comme trans ou qui souffrent de ce qu’il appelle la « dysphorie de genre », Singal ait quand même été harcelé et attaqué de façon vicieuse, en dit long sur l’idéologie transgenre et ses partisans. «