Nos raisons d’agir pour que la prostitution ne devienne pas un « travail » comme un autre

« Le sexe est désormais qualifié de « travail ». Les proxénètes, qui vendent des femmes à des acheteurs pour utilisation à leur gré, sont appelés des « gérants d’affaires ». Les acheteurs sont des « clients », les femmes prostituées sont des « travailleuses du sexe », les étrangères amenées par la traite dans l’industrie du sexe sont des « travailleuses migrantes » et les femmes et jeunes filles du Royaume-Uni qui sont conditionnées à ce service sont décrites comme « faisant un choix de vie ». »