Mise à jour sur l’intimidation et le harcèlement menés contre une philosophe féministe par l’Université de Bristol

Toutes ces femmes de notre panel académique et la Professeure Stock ont besoin d’un meilleur soutien et de voir leurs droits déjà établis respectés. Pourtant, université après université après université, et même des syndicats, ont plié sous la pression des tyrans qui s’intitulent transactivistes. Dans notre cas, l’université de Bristol est heureuse de gaspiller plus d’un an de temps du  tribunal, y compris les deux heures de l’audience du 17 novembre, en recourant à des faux-fuyants et à des manigances lâches pour justifier le climat toxique qu’elle a déjà créé.

Six croyances irrationnelles et leurs conséquences dévastatrices

« …On nous demande actuellement de croire que des hommes peuvent littéralement se transformer en femmes. Il n’existe aucune preuve scientifique à cet effet – et pourtant on nous demande d’accorder à es hommes la courtoisie du titre de femme. D’aucuns ne peuvent y voir aucun mal, y voyant une façon d’aider un minuscule groupe de personnes souffrantes…. »

Le harcèlement de JK Rowling fait preuve d’une société qui a oublié comment penser

« (…) Et en termes clairs et factuels, JK Rowland a fait part de ses préoccupations quant à l’ouverture de services réservés aux femmes, comme les refuges, à tout homme qui s’identifie comme femme, et de ses inquiétudes quant à l’augmentation drastique du nombre de filles et de jeunes femmes qui tentent de changer de sexe. Cela a rendu des gens encore plus furieux.(…) »