La naissance de l’empire transsexuel

Une femme a vu venir les nouveaux tyrans transsexuels par Julie Bindel, sur UNHERD, le 16 avril 2019 Dans une série de « textes prédictifs », l’équipe éditoriale de UNHERD a demandé il y a quatre ans à des essayistes de sélectionner un livre qui jetait un éclairage sinistrement prémonitoire sur nos vies d’aujourd’hui. Nous ne cherchions…

Les femmes de la génération des milléniaux n’ont pas été biberonnées au discours débile de l’identité sexuelle. Comment avons-nous pu tomber dans ce panneau ?

Nos corps n’étaient pas censés avoir de signification par Eliza Mondegreen 9 novembre Je suis toujours stupéfaite – lorsque je vais sur un campus ou que je rôde aux abords d’une fête – de voir combien de jeunes femmes se sont fait amputer les seins au cours des dernières années. (Si vous avez du mal…

Graham Linehan: « Ne les laissez pas criminaliser l’approche thérapeutique »

« (…) Voilà ce que signifie le modèle d’affirmation. Dès le premier contact en ligne, tous les adultes entourant l’enfant – les parents, l’ami qui a accepté de lui injecter des bloqueurs de puberté pour eux (leur évitant ainsi d’avoir à se rendre dans un cabinet médical), et le gentil médecin à l’autre bout de Skype, n’ont cessé de l’affirmer. Non pas affirmer l’enfant, mais affirmer la nécessité du traitement.(…) »

Six croyances irrationnelles et leurs conséquences dévastatrices

« …On nous demande actuellement de croire que des hommes peuvent littéralement se transformer en femmes. Il n’existe aucune preuve scientifique à cet effet – et pourtant on nous demande d’accorder à es hommes la courtoisie du titre de femme. D’aucuns ne peuvent y voir aucun mal, y voyant une façon d’aider un minuscule groupe de personnes souffrantes…. »

Attention aux faux mouvements!

« Le mouvement transgenre est un exemple de ce qu’on appelle l’astroturf, ou faux mouvement spontané, une technique de propagande qui présente comme venant de la base des projets politiques élaborés en hauts lieux. »

Les philosophes universitaires face à la Loi sur la reconnaissance de l’identité sexuelle (UK Gender Recognition Act)

« Il se passe un phénomène particulier dans le monde universitaire de la philosophie. Hors des murs de l’université a lieu une discussion immense et passionnée sur le conflit apparent entre les droits et les intérêts des femmes non-transfemmes et les droits et intérêts des transfemmes. Et pourtant la quasi-totalité des philosophes universitaires – y compris, étonnamment, les philosophes féministes – reste à l’écart de ce débat. »