Hadley Freeman : « Une ‘atmosphère de peur’ règne dans la couverture du transgenrisme au journal The Guardian. »

« …ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi la direction a peur de faire face à ce ressac. Ce n’est pas seulement le Guardian. Cela s’est produit dans beaucoup d’endroits progressistes, ce sentiment de peur qui nos empêche de prendre parti contre certaines des revendications des activistes du genre. » (Hadley Freeman)

Des fonctionnaires du ministère britannique de la Justice ont été averti-es que parler de « protection des femmes » pouvait être considéré comme « transphobe ».

« Cela revient à dire au personnel que toute pensée critique à l’égard de cette idéologie est offensante. Cela crée à la fois un environnement hostile pour le personnel qui n’adhère pas à l’idéologie du genre, et rend impossible pour lui de parler clairement et honnêtement des prisonniers, lors de l’évaluation des risques qu’ils présentent, afin de protéger les autres personnes incarcérées. » (Maya Forstater)

« N’écrivez que si vous devez absolument le faire »

Phyllis Chesler: « C’est comme si le monde des non-écrivains savait qu’un écrivain aime écrire, qu’il ou elle ne peut pas ne pas écrire, et que ce monde n’allait certainement pas payer quelqu’un pour faire ce qu’il ou elle aime faire dans un monde où les gens sont payés, soit trop peu, soit trop, pour faire ce qu’ils détestent faire. »

Autodafé antiféministe en Espagne

Lu sur FB – nous cherchons un compte rendu féministe plus détaillé de cet incident, à traduire. « Il y a quelques semaines, j’ai entendu la nouvelle d’un autodafé des livres d’Amelia Valcárcel (https://twitter.com/ameliavalcarcel) à l’Université Complutense de Madrid par des transactivistes et leurs complices. On a malheureusement vu de nombreux autodafés précéder celui-ci dans l’histoire…

Je fais l’objet d’une enquête du British Columbia College of Nurses parce que je crois que le sexe biologique est réel

Il y a des siècles, les scientifiques étaient parfois persécutés par l’église pour avoir rejeté les saintes écritures. De nos jours, ce sont des idéologues laïques qui exigent que la science cède face au dogme. Et bien que le phénomène soit devenu assez courant, c’est toujours un peu choquant de voir une organisation de soins rejeter des vérités simples sur la biologie humaine. (Amy Eileen Hamm)

Mais où sont toutes les féministes?

Nous sommes juste là, en train de nous faire effacer par vous. par Meghan Murphy, Blog FEMINIST CURRENT, 24 mai 2022 (Environ 700 manifestant.e.s se sont rassemblés devant la bibliothèque publique de Toronto en 2019 pour protester contre ma conférence.) À l’époque où les féministes ont commencé à essayer de mettre en garde la société…