L’abolition mondiale du critère de sexe

« L’auto-identification sexuelle signifie que toute personne (homme ou femme) peut simplement déclarer appartenir au sexe opposé et que le gouvernement peut valider cette illusion sur demande. Personne, où que ce soit dans le monde, n’a correctement appréhendé les implications de cette situation.(…) »

Les hommes qui paient pour du sexe en Allemagne et ce qu’ils nous apprennent sur l’échec de la prostitution légale.

 »
Les résultats de cette recherche confirment que la décriminalisation de la prostitution ne la rend pas plus sécuritaire, ne réduit pas la violence à l’égard des femmes prostituées, ne réduit pas le trafic sexuel des femmes et des filles, ne réduit pas non plus le contrôle de l’industrie du sexe par le crime organisé et qu’elle ne prévient, ni ne réduit les violences sexuelles, dont le viol. » (Johanne Jutras, traductrice)

(…) Comment une absence d’empathie affecte-t-elle l’objectivation et la déshumanisation des femmes par les acheteurs de sexe en prostitution? (…)

Huschke Mau, du Réseau ELLA, commente une intervention d’Amnesty contre des survivantes de la prostitution

« Amnesty nous a sacrifiées depuis plusieurs années, nous les femmes qui sommes dans la prostitution, quand ils ont exigé une dépénalisation complète du « travail du sexe » et ont EXPLICITEMENT INCLUS DANS CETTE CATÉGORIE LES ACHETEURS, LES TRAFIQUANTS ET LES PROXÉNÈTES. Leur justification était que tout être humain est censé avoir droit à du sexe et que ce serait un acte de DISCRIMINATION que d’interdire aux hommes d’en acheter…
Amnesty, va te faire foutre! »