Le véritable « backlash » anti-femmes n’a jamais pris fin

« (…) Pour ses lecteurs d’aujourd’hui, son livre est une incitation à remettre en question ce qui apparaît sur (toujours plus) d’écrans; Faludi offre un modèle de cette interrogation : un compte rendu exigeant de la façon dont le patriarcat commercialise ses saucisses. »

Notre sang, d’Andrea Dworkin – un compte rendu de Claudine Legardinier

« Au fil des pages, on entend la voix d’Andrea Dworkin, on partage sa colère mais aussi son incroyable vitalité, elle qui ne demande qu’à « vivre une vie humaine qui vaut la peine d’être vécue ». Si jamais certain·es étaient tenté·es de trouver qu’elle « exagère » au vu des évolutions qui ont marqué les dernières décennies depuis ces conférences, qu’ils et elles se souviennent qu’elle ne parle pas ici de la préhistoire, mais de mentalités particulièrement prégnantes et résistantes. »

Première recension de Trans : Quand l’idéologie rencontre la réalité, M Éditeur, 2022

Lorsque des gens croient être en mesure de se transposer dans un autre genre, ils ou elles entrent dans une aliénation de la réalité induite par des informations fausses, en choisissant de nouveaux pronoms, par exemple.

Joyce suggère que de nombreuses jeunes femmes fuyant la pornographie, craignant d’être kidnappées et victimes de la traite à des fins sexuelles, et incertaines de leur orientation personnelle sont les principales victimes des suggestions d’être « nées dans le mauvais corps ».