« L’empire transsexuel » enfin réédité

« J’ai aussi exposé, dans ce livre, le fait qu’en dépit du soulagement que pouvaient offrir les hormones et les chirurgies à ceux qui souffrent d’un cas sévère d’allergie à la rigidité des uniformes socio­sexuels de la société patriarcale, ces traitements n’avaient rien à offrir aux millions de femmes qui, elles, ne pensent pas être dans le mauvais corps, mais dans la mauvaise société. « 

IMPÉRIALISME PÉNIEN (partie 4)

Une enquête britannique réalisée en 2017 a révélé qu’un homme de la génération Y (millenials) sur quatre (27 %) avait envoyé une « dick pic » (une photo de sa bite) à une femme, tandis que 53 % des femmes du même âge en avaient reçu une.

LE DROIT SEXUEL MASCULIN (PARTIE 3)

« (…) L’aspect des relations sexuelles hétérosexuelles que j’examine ici, c’est la mesure dans laquelle les femmes sont poussées, par tout un ensemble de forces, à permettre que leur corps soit utilisé lors de rapports sexuels dont elles ne veulent pas, et la manière dont l’étendue du désespoir des femmes est dissimulée par le langage du consentement.(…) » (Sheila Jeffreys)

LE DROIT SEXUEL MASCULIN (partie 2)

« Derrière tous les arguments avancés par les décideurs politiques et le système judiciaire, qui justifient cet état de fait en prétextant que ces affaires sont difficiles à traiter, se cache une adhésion systémique à l’idée selon laquelle ces types de comportement masculin seraient essentiellement naturels. » (Sheila Jeffreys)

PENILE IMPERIALISM (IMPÉRIALISME PÉNIEN), INTRODUCTION

 » Les gains obtenus par les militants des droits des hommes reposent sur le mythe selon lequel les hommes qui adoptent ce qu’ils considèrent comme des comportements féminins sont motivés par une sorte d’essence de genre ou d’« identité de genre » dont ils ont hérité et qui fait d’eux une catégorie de personnes opprimées. » (Sheila Jeffreys)

Penile Imperialism : Travestissement et effacement des femmes

« Le mot « sexe », comme référence au sexe biologique, a également été vidé de son sens par des activistes qui affirment que le sexe est attribué arbitrairement à la naissance, ce qui signifie qu’il peut être modifié à volonté par un homme s’il décide d’être une femme plus tard au cours de sa vie. » (Sheila Jeffreys)