Pandémie esthétique – À propos de l’impératif d’être jolie chez les adolescentes

« Les recherches d’Engeln portent sur les questions relatives à l’image corporelle des femmes, et plus particulièrement sur les pratiques culturelles qui créent ou renforcent la relation souvent litigieuse que les femmes entretiennent avec leur corps,’

Interview d’Helen Joyce par Brendan O’Neill

« (…) Cette question m’a intéressée, mais elle ne m’a pas suffi à me pousser à la rédaction d’un livre. Ce qui m’a poussée à le faire, c’est la rencontre avec des personnes en processus de détransition. Il s’agit de personnes qui ont été trompées par cette idéologie en pensant qu’elles devaient transitionner pour être heureuses. On leur a dit qu’elles avaient cette âme intérieure bizarre, une âme du sexe opposé au leur, qui expliquait tout ce qui allait mal dans leur vie. Cela arrive souvent aux adolescentes de nos jours, car il est très difficile d’être une adolescente. Quelqu’un arrive et leur dit que la raison pour laquelle elles trouvent cela si difficile est qu’elles sont en réalité un garçon. Elles prennent de la testostérone, subissent une mastectomie et peut-être même une hystérectomie. Et puis elles réalisent que tout cela n’était qu’une chimère. Cela me semble être un scandale médical grotesque et un cas de maltraitance des enfants. C’est ce qui m’a poussée à écrire ce livre. (…) » (Helen Joyce)

Compte rendu d’une session de « formation » de futurEs enseignantEs britanniques par l’organisation Mermaids Inc. (traduction en cours)

« Quand on objecte aux transactivistes certains contre-arguments empiriques, des témoignages personnels ou des données scientifiques réfutant leur dogme de la *non-binarité sexuelle* et leurs grossiers sophismes, les propagandistes de l’organisation Mermaids Inc. (qui préconise des changements de sexe dans les écoles britanniques) répondent des choses comme « you’re going too clever too quick. You need to take a step back. » (c’est-à-dire: « Tu penses trop »).
C’est ce que s’est fait dire quelqu’un de l’organisantion antisexisme Men At Work. »