Les hommes qui paient pour du sexe en Allemagne et ce qu’ils nous apprennent sur l’échec de la prostitution légale.

Bilan de six pays sur le commerce du sexe du point de vue de personnes socialement invisibles, les freiers (acheteurs de sexe)

Autrices: Melissa Farley, Inge Kleine, Kerstin Neuhaus, Yoanna McDowell, Silas Schulz, Saskia Nitschmann

Le 8 novembre 2022, à Berlin.

x

Résumé
Cette recherche a été réalisée dans six pays (Allemagne, Cambodge, États-Unis, Écosse, Royaume-Uni et Inde) auprès de 763 freiers (acheteurs de sexe), dont 96 en Allemagne, interviewés durant 1,5 heure. Lors de ces entretiens anonymes, les acheteurs de sexe ont fourni des informations franches sur la prostitution et la traite qui reflétaient des décennies de témoignages de personnes survivantes de la prostitution.

En utilisant les nombreuses données quantitatives et qualitatives recueillies par cette recherche, nous voulons faire la lumière sur certaines questions cruciales concernant la prostitution. La prostitution légale rend-elle la prostitution plus sécuritaire? Est-ce que la prostitution légale réduit la violence contre les femmes dans la prostitution? La prostitution légale réduit-elle le trafic sexuel? La prostitution légale réduit-elle le contrôle du crime organisé sur le commerce du sexe? Les acheteurs de sexe sont-ils plus susceptibles de déclarer la traite de personnes si la prostitution est légale?

Certains affirment que la prostitution légale prévient ou réduit le viol. L’achat de services sexuels est-il associé à la coercition sexuelle, y compris le viol?
Oui. Les hommes de six pays qui ont déclaré les taux plus élevés d’achat de services sexuels ont également déclaré s’engager de manière significative dans plus d’actes de coercition sexuelle, y compris le viol.

Que nous ont appris les acheteurs de sexe sur la traite, le proxénétisme et le crime organisé?
55 % des acheteurs de sexe allemands ont admis avoir observé ou payé un proxénète ou un trafiquant. Selon les acheteurs de sexe, les proxénètes en Allemagne commettent régulièrement des actes de violence qui répondent aux définitions internationales de la torture. Par exemple :
Il y en a un qui a vraiment battu une de ses femmes. Vraiment dur. Avec le
poing, deux ou trois fois au visage, et il l’a jetée contre le mur.
Quand les femmes ne payaient pas assez le proxénète, on leur a arraché les ongles, ou les proxénètes ont saisi leurs drogues, ou ils ont battu les femmes et les ont réduites en bouillie. Les femmes avaient peur et ne
disaient rien. Alors, qu’elles avaient le nez ensanglanté, elles n’ont jamais reçu de soins médicaux.

Les acheteurs de sexe allemands signalent-ils la traite aux autorités?
Très rarement. Les acheteurs de sexe allemands reconnaissent avoir été témoins de trafic sexuel à des taux nettement plus élevés que les acheteurs de sexe d’autres pays occidentaux, mais ils signalent la traite de personnes beaucoup moins souvent aux autorités que les autres acheteurs de sexe. Seulement 1 % des 96 acheteurs de sexe allemands avait signalé
des soupçons de traite aux autorités.

Les acheteurs de sexe sont-ils conscients des dommages psychologiques causés aux femmes par la prostitution?
Oui. Les acheteurs de sexe nous ont rapporté de nombreux exemples détaillés de détresse psychologique. En observant avec précision les symptômes dissociatifs des femmes, les acheteurs de sexe ont dit aux enquêteurs qu’ils croyaient que la capacité de se détacher ou de s’« éteindre » différenciait les prostituées des autres femmes. Un freier a expliqué,
« Vous remarquez parfois qu’elles ne le font pas volontairement, elles semblent absentes. »
« Le proxénète fait le viol psychologique de la femme. »
« Peut-être qu’elle se sent vendue et en danger. »
« Son corps doit être là pour tout le monde : c’est absolument dommageable pour elles. »
« J’ai vu des ecchymoses et de l’apathie. »
« Elle avait un corps et une âme émaciés. Elle ne pouvait plus rien ressentir. »
Comprenant que le paiement de l’argent était le moyen de coercition à la prostitution, un freier a expliqué, « L’argent exclut la possibilité que ce soit volontaire. »

Les acheteurs de sexe allemands (et autres) sont-ils racistes dans leurs choix concernant les femmes à utiliser dans la prostitution?
Oui. La moitié des acheteurs de sexe dans cette recherche ont sélectionné une femme prostituée sur la base de stéréotypes raciaux ou ethniques. Une liste des préférences ethniques ou raciales des acheteurs de sexe allemands indique qu’ils choisissent les femmes sur la base du caractère clair ou foncé de leur peau, utilisant une hiérarchie raciste des couleurs de peau. La même tendance raciste était apparente aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Cambodge.

Une préférence pour le sexe impersonnel accompagne-t-elle l’agression sexuelle?
Oui. Dans les six pays, une grande majorité d’acheteurs de sexe (77 %) a déclaré une préférence pour des relations sexuelles impersonnelles. Or cela s’avère l’un des nombreux facteurs interactifs utilisés pour prédire l’agression sexuelle. Les acheteurs de sexe qui ont signalé une préférence pour des relations sexuelles impersonnelles nous ont dit qu’ils pourraient violer une femme s’ils pouvaient s’en tirer indemnes. De plus, ils ont déclaré avoir davantage d’antécédents d’actes de coercition sexuelle.

Le manque d’empathie des acheteurs de sexe affecte-t-il la déshumanisation des femmes prostituées?
Oui. Le manque d’empathie est un antécédent pour déshumaniser une femme, ce qui facilite alors l’agression sexuelle par des hommes. Les hommes qui achètent du sexe ont tendance à avoir une faible empathie. Les acheteurs de sexe dans cette recherche ont donné de nombreux exemples de leur objectivation des femmes :
« C’est comme prendre une tasse de café, quand tu as fini, tu la jettes. »
« C’est comme louer un organe pendant 10 minutes. »

Qu’avons-nous appris des acheteurs de sexe sur les mythes de la prostitution, les mythes du viol, la masculinité hostile et les agressions sexuelles?
Les mythes sur la prostitution sont des notions culturelles sur celle-ci qui ne sont pas vraies, mais qui justifient l’achat de sexe par les hommes. Les mythes sur le viol sont également des notions culturelles qui ne sont pas vraies, mais qui le justifient. Les freiers allemands étaient davantage portés à accepter les mythes sur la prostitution et sur le viol. L’acceptation des mythes du viol est associée à l’agression sexuelle. Au lieu de constater que la prostitution diminue le nombre de viols, nos résultats suggèrent que le contraire est probablement vrai. Dans les six pays, nous avons constaté que l’utilisation fréquente par les hommes de femmes prostituées était corrélée à leur probabilité de les violer. Les acheteurs de sexe allemands et les hommes acheteurs de sexe de cinq autres pays, qui ont obtenu le score le plus élevé de notre mesure d’identification à la masculinité hostile, ont
également tendance à signaler une plus grande probabilité de commettre un viol. Comparés aux hommes acheteurs de sexe des États-Unis, du Royaume-Uni et d’Écosse, les freiers allemands croyaient plus souvent que les femmes prostituées sont « inviolables » et que la prostitution prévient le viol. 39 % des acheteurs de sexe allemands se sentaient en droit de faire tout ce qu’ils voulaient à une femme prostituée après avoir payé pour elle.

L’utilisation de la pornographie par les acheteurs de sexe a-t-elle un impact sur l’achat de sexe ou sur d’autres comportements sexuels agressifs?
Oui. L’utilisation fréquente de la pornographie contribue à l’agression sexuelle, ainsi que d’autres facteurs. Dans les six pays, nous avons constaté que les acheteurs de sexe qui ont déclaré une utilisation plus fréquente de la pornographie avaient également tendance à acheter du sexe plus fréquemment. Les acheteurs de sexe qui utilisaient le plus souvent la
pornographie avaient tendance à s’engager davantage dans des comportements sexuels coercitifs, y compris le viol.

Les acheteurs de sexe sont-ils impliqués dans des activités criminelles en dehors de la prostitution?
Oui. Les acheteurs de sexe ont tendance à se livrer à des activités criminelles non liées à la prostitution. Nous avons comparé tous les crimes pour lesquels des hommes allemands étasuniens avaient été arrêtés ou condamnés. Les acheteurs de sexe allemands ont commis plus de crimes dans l’ensemble que les acheteurs de sexe étasuniens. Les freiers allemands
avaient commis plus de crimes de violence contre les femmes, plus de coups et blessures, plus d’homicides, de vols, de cambriolages, de crimes contre la propriété, de ventes de drogue et de possession de drogue. D’autre part, les acheteurs de sexe aux États-Unis ont signalé davantage d’infractions liées aux armes, de crimes contre l’autorité, de désordre et
d’infractions au Code de la route.

Qu’est-ce qui dissuaderait les hommes d’acheter du sexe?
Les acheteurs de sexe dans les six pays ont indiqué qu’être nommés dans un registre des délinquants sexuels serait un moyen dissuasif très efficace. D’autres moyens de dissuasion incluent l’exposition publique de leur achat de sexe. Serait tout aussi efficace comme moyen de dissuasion d’achat de sexe n’importe quelle durée de détention en prison. Selon chaque
interviewé, un programme éducatif sur la prostitution était le moyen le moins dissuasif pour les amener à cesser d’acheter du sexe.

Sur la base des résultats de notre recherche, nous concluons que la prostitution légale ne rend pas la prostitution plus sécuritaire, ne diminue pas la violence faite aux femmes prostituées, ne réduit pas le trafic sexuel ou la mainmise du crime organisé sur le commerce du sexe. Les acheteurs de sexe sont peu susceptibles de signaler la traite. La prostitution légale ne prévient pas ou ne réduit pas le viol.

Tableau 1 : Témoignages d’acheteurs de sexe sur la prostitution légale en Allemagne:
La prostitution, c’est comme laver des voitures ou travailler dans une boulangerie.
La prostitution est une relation commerciale. L’homme se soulage sur la femme et paie de l’argent pour cela.
Elle a été forcée. Je pouvais le voir à son comportement : elle n’avait aucune volonté. Elle était là comme une machine à sexe. J’ai quand même eu un rapport sexuel avec elle parce que j’avais payé pour ça.
La prostituée est sous l’emprise du proxénète. Elle est sa propriété.
Personne ne le fait volontairement.
Les Roumaines et les Asiatiques sont arnaquées à 100 %.
Elle était comme une bonne petite amie qui m’écoutait.
Si un homme n’est pas satisfait, alors il se comporte avec violence.
La société a besoin d’un exutoire. La prostitution est un exutoire pour toutes les agressions possibles.
Vous leur dites ce que vous voulez. Vous n’avez pas d’émotions. Je sais exactement ce que je veux. J’ai une régulière. Elle sait exactement ce que je veux. J’y vais, je ne lui dis rien, elle sait quoi faire : elle me lèche sur tout le corps. J’éjacule, je pars. Je ne lui parle plus du tout.
C’est comme aller aux toilettes. C’est juste pour répondre à un besoin.
La prostitution est une expérience tellement radicale pour elles, et cela les change beaucoup. Je crois que leur expérience avec le côté méchant des hommes sera ancrée dans leur psyché. Cela les changera pour toujours, cela changera leur capacité à avoir une relation sexuelle normale avec n’importe qui. Elles sont endommagées par la prostitution.
Un proxénète a envoyé une prostituée dans une chambre et lui a crié dessus en tchèque. Je me suis rendu compte que quelque chose n’allait pas, et alors un homme musclé est entré dans sa chambre. Je ne sais pas s’il l’a frappée.
On arrachait les ongles aux femmes si elles ne payaient pas le proxénète, on leur prenait leurs drogues, ou les femmes étaient battues au point de devoir être hospitalisées. Les femmes avaient peur et ne disaient jamais rien. Elles n’ont jamais reçu de soins médicaux.
C’est le proxénète qui commande. Quand il dit « saute », elles demandent à quelle hauteur.
Je crois que la police et l’État collaborent avec les proxénètes et les trafiquants. Les pires sont les juges et les politiciens. Ils ont tellement de pouvoir, ils dissimulent les agissements des proxénètes.
En Allemagne, les lois ne sont pas très efficaces; vous pouvez faire presque tout ce que vous voulez. On dirait que tout le système juridique est en place, mais ce ne sont que des mots.

Source : https://prostitutionresearch.com/wp-content/uploads/2022/11/Sex-buyersEnglish-11-8-2022pdf.pdf


Traduction :Johanne Jutras et Dominique Gaucher, PDF Québec.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.