Des féministes protestent contre une vague d’antiféminisme qui déferle depuis peu sur la Corée du Sud.

par Ashley Ahn, pour National Public Radio (Vermont), le 3 décembre 2022

Des Sud-coréennes participent à un défilé féministe lors d’une manifestation pour marquer la Journée internationale des droits des femmes à Séoul, le 8 mars 2019. L’antiféminisme est hausse en Corée du Sud, attisé cette année par le nouveau président Yoon Suk Yeol.

Les féministes de Corée du Sud prévoient de mener des manifestations nationales contre la violence sexiste ce week-end, les premières à avoir lieu simultanément dans plusieurs grandes villes depuis la pandémie.

Il s’agit d’une réponse à la vague antiféministe qui a déferlé sur la Corée du Sud, créant une guerre des sexes tendue où le discours sur les droits des femmes est devenu tabou et où des hommes affirment qu’ils sont désormais les victimes de discrimination sexuelle.

La pandémie avait mis un terme à la plupart des rassemblements publics, mais avec l’assouplissement des restrictions cette année, les féministes reviennent dans les rues en plus grand nombre.

En octobre, des milliers de personnes venues de tout le pays ont afflué à Séoul pour protester contre le projet du président Yoon Suk Yeol de supprimer le ministère de l’Égalité des sexes et de la Famille. Des groupes civiques, syndicaux et sociaux, dont l’association Korean Women’s Associations United, ont uni leurs forces pour réclamer au gouvernement de faire progresser les droits des femmes.

L’organisation féministe Haeil (un mot qui signifie « tsunami » en coréen) coordonne des manifestations organisées dimanche dans les villes de Séoul, Gwangju et Busan.

Le mouvement féministe sud-coréen a progressé au cours des cinq dernières années, créant l’un des mouvements #MeToo les plus réussis d’Asie. Le mouvement a fait tomber d’importantes personnalités publiques accusées d’inconduite sexuelle, dont le maire de Busan, la deuxième plus grande ville de Corée du Sud.

Mais aujourd’hui, certains hommes pensent que les choses sont allées trop loin.

Une administration qui attise des sentiments anti-féministes

Yoon Suk Keol a remporté la présidence au début de l’année en accusant les féministes de misandrie et en faisant appel aux jeunes hommes qui ont l’impression de devoir supporter le poids de l’insécurité économique croissante et du rétrécissement du marché du travail en Corée. Les politiques visant à accroître les opportunités économiques pour les femmes et à combler l’écart de rémunération entre les sexes ont alimenté un ressentiment des jeunes hommes envers les femmes.

Les antiféministes ont investi les médias sociaux et les communautés en ligne pour répandre leur conviction que les féministes coréennes sont des hommes radicaux qui détestent les hommes. Une chaîne YouTube comptant plus de 500 000 abonnés télécharge des vidéos qui présentent les féministes comme des radicales « malades mentales » qui encouragent le machisme féminin.

Au cours des derniers mois, Yoon a continué à promouvoir son programme antiféministe, en insistant sur le fait qu’il mettra en œuvre ses plans de campagne visant à abolir le ministère de l’égalité des sexes et de la famille. Ce ministère a été créé en 2001 pour fournir des ressources aux filles victimes de violences sexuelles et domestiques et pour veiller à ce que les politiques ne soient pas discriminatoires en fonction du sexe.

Yoon a reproché aux fonctionnaires du ministère de traiter les hommes comme d' »éventuels criminels sexuels » et d’aggraver les inégalités entre les sexes.

« L’abolition du ministère de l’Égalité sexuelle vise à renforcer la protection des femmes, des familles, des enfants et des personnes socialement désavantagées », a-t-il déclaré aux journalistes en octobre.

Ce que c’est que d’être une femme en Corée du Sud

Des consommateurs passent devant des magasins de cosmétiques dans le quartier de Myeongdong, à Séoul, en 2019. En Corée du Sud, les femmes sont tenues à un standard de beauté que beaucoup jugent injuste et inapproprié.

Au cours des deux dernières décennies, la Corée du Sud s’est souvent vantée de conserver le plus grand écart de rémunération entre les sexes parmi les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). En 2021, l’écart de rémunération entre les sexes en Corée du Sud était de 31 %, soit plus du double de la moyenne de l’OCDE, qui est d’environ 12 %. À titre de comparaison, l’écart salarial est de 16,9 % aux États-Unis.

Les femmes sud-coréennes doivent en grande partie choisir entre leur carrière et leur famille. Selon l’indice de plafond de verre de la revue The Economist, la Corée du Sud sera le pire pays de l’OCDE pour les femmes actives en 2022. Les politiques strictes en matière de congés de maternité concédés aux travailleuses sont l’une des raisons du taux de fécondité alarmant de la Corée du Sud, qui n’est que de 0,8 enfant par femme – le plus bas du monde, selon la Banque mondiale.

Outre la discrimination sur le lieu de travail, les femmes sont soumises à des critères de beauté que beaucoup jugent injustes et inappropriés. Les femmes qui ne se maquillent pas ou qui ont les cheveux courts sont stigmatisées, explique Yusu Li, membre du groupe féministe Haeil.

Danbi Hwang, une autre membre de Haeil, a déclaré que si les femmes arrivent au travail non maquillées pas, leurs collègues leur demandent : « Est-ce que tu te sens bien ? Est-ce que quelque chose ne va pas ? »

« Les hommes réagissent en attaquant directement les femmes sur leur apparence », dit-elle.

Les femmes sud-coréennes ont choisi d' »échapper au corset » et de rejeter les idéaux de beauté de leur pays.

Le mouvement « Échapper au Corset » a pris d’assaut la Corée du Sud en 2019, un rejet des normes de beauté du pays et de la pression sociale à se conformer aux attentes stéréotypées.

Mais ces attentes sociétales envers les femmes existent toujours. Dans un cas notable, lors des Jeux olympiques de Tokyo en 2021, l’archère sud-coréenne An San – qui a remporté trois médailles d’or à Tokyo – est devenue la cible d’insultes diffusées sur internet par des antiféministes qui prétendaient que sa coiffure la désignait comme une féministe radicale.

Une chasse aux sorcières contre les féministes – ou contre toute femme qui s’exprime sur les questions de genre.

Des personnes participent à un rassemblement en faveur du féminisme à Séoul en février. De nombreuses militantes féministes doivent agir dans l’anonymat par crainte des menaces de mort.

Lorsque même la coiffure d’une personne peut devenir un motif de violences verbales et d’accusations de haine envers les hommes, de nombreuses jeunes Coréennes du Sud craignent de mentionner l’enjeu des droits des femmes.

Ellen Kwon, 25 ans, déclare que de nombreux jeunes Coréens méprisent les femmes qui se passionnent pour l’égalité des sexes.

Mme Kwon, qui a passé la moitié de sa vie en Corée et l’autre moitié aux États-Unis, a déclaré qu’elle ne parlait pas ouvertement des questions de genre avec ses amis coréens.

« Je sais comment les types vont réagir, dit-elle. Je sais qu’ils vont se dire : ‘Voilà encore une fille qui parle de questions de genre’. »

À Séoul, capitale de la chirurgie plastique, la population prend de plus en plus parti contre les procédures de chirurgie cosmétique, dont la publicité inonde les couloirs du métro malgré les protestations des femmes.

En Corée du Sud, le mot « Femi », abréviation de « féministe », est devenue une étiquette péjorative pour toute personne qui s’exprime sur la discrimination sexuelle et l’émancipation des femmes. Hwang, de Haeil, a déclaré que demander à quelqu’un s’il est une « femi » en Corée revient à s’enquérir de sa santé mentale.

« Ce type de rhétorique censure la voix des femmes, surtout lorsqu’elles essaient de soutenir les questions d’égalité sexuelle », déclare Jinsook Kim, professeure à l’Université Emory qui étudie la misogynie et le féminisme en ligne. « Beaucoup de femmes ne peuvent pas parler des questions de genre dans les espaces publics, et elles n’en parlent même pas à leurs proches, car elles ne savent pas ce que ces personnes en pensent. »

Pour cette raison, de nombreuses féministes interviennent en ligne, de manière anonyme. Beaucoup de celles qui ne le font pas reçoivent régulièrement des menaces de mort, ce qui pousse certaines à quitter le pays.

En l’absence de personnalités publiques défendant ouvertement les droits des femmes, les jeunes Coréennes ont du mal à trouver leurs propres modèles, déclare Mme Kim.

Dans le monde de l’entreprise, les femmes n’occupent qu’environ 21 % des postes de direction et seulement 5 % des postes de cadres dans les sociétés sud-coréennes. La politique reflète une composition similaire. Au sein du corps législatif, seuls 19 % des sièges sont occupés par des femmes. Et, selon Mme Kim, il y a très peu d’enseignantes féministes qui donnent des cours dans les universités coréennes.

« Il est difficile de dire qu’il y a de l’espoir quand on regarde la situation globale », déclare Li, de l’organisation Haeil. « Mais ce qui me donne de l’espoir, ce sont mes camarades féministes, mes amies, le fait de voir des femmes comme moi qui ont les cheveux courts et ne sont pas maquillées, et les manifestations pour les droits des femmes qui montrent que nous ne sommes pas seules. »

Version initiale: https://www.npr.org/2022/12/03/1135162927/women-feminism-south-korea-sexism-protest-haeil-yoon?

Traduction: TRADFEM

Prière de faire circuler.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.