Espagne Un groupe d’enseignantes met en garde contre les « effets graves » de la « loi trans » dans les écoles.

Un nouveau livre dénonce le fait que des « protocoles trans » instaurés dans les écoles ont conduit à un « processus de détournement » de mineur-es avec des effets irréversibles sur leur santé.

par Laura Fàbrega

Publié dans L’OBJECTIF le 31 octobre 2022

À Madrid, un enfant est utilisé dans une manifestation favorable aux manipulations hormonales.

Quatre spécialistes en éducation dénoncent dans un nouveau livre les « effets graves » que les protocoles « trans » adoptés dans les écoles et dans les soins de santé ont sur la « santé physique et mentale » des adolescent-es. La thèse du livre La coeducación secuestrada (Ed. Octaedro) raconte comment l’introduction dans les écoles de ce type de loi en vigueur dans la majorité des communautés autonomes a eu une série d’effets pervers sur les jeunes. Et ses autrices n’hésitent pas à avertir que la loi nationale que prépare la ministre Irene Montero ne contribuera qu’à accentuer les problèmes, au vu des exemples que l’on peut déjà observer au niveau régional.

Silvia Carrasco, docteure en anthropologie sociale et présidente de Féministes de Catalogne ; Ana Hidalgo, enseignante du secondaire et docteure en études littéraires de l’Université Complutense de Madrid ; Araceli Muñoz de Lacalle, docteure en philosophie et en sciences de l’éducation de l’Université Complutense de Madrid ; et Marina Pibernat, docteure en anthropologie sociale et historienne, sont les quatre expertes qui aborderont, du point de vue de l’enseignement et de la recherche, les problèmes découlant de la surexposition aux « idées transsexuelles ». L’événement est organisé par DoFemCo, Enseignantes féministes pour la coéducation *.

La coéducation séquestrée

« Ce livre est inconfortable et controversé, il rompt avec le récit officiel de l’identité de genre auquel souscrivent le gouvernement et le ministère de l’Égalité », explique à L’OBJECTIF l’une de ses coautrices, Marina Pibernat. Et elle ajoute qu’il s’agit du premier livre qui ose aborder ce qui se passe dans les écoles d’un point de vue scientifique, rationnel et de théorie féministe : « Nous abordons la question de manière très large sur l’impact du transgenrisme à la fois sur les élèves et les enseignant-es, ainsi que sur les familles, les lois et les protocoles« .

« Ce sont des notions religieuses ».
Ces quatre spécialistes en éducation ont réalisé que le système éducatif n’était pas épargné par les « campagnes multimédias et omniprésentes qui diffusent les idées transgenristes ». Ces campagnes sont d’ailleurs développées « à l’intention de toutes les tranches d’âge » et pas seulement pour les adultes. Et il s’agit, selon elles, d’idées hégémoniques dans les médias. « Nous avons vu les cas se multiplier dans les écoles à mesure que ces idées devenaient dominantes« , ajoute Silvia Carrasco.

Elles accusent l’école elle-même d’être l’émettrice de cette fiction de théories queer selon lesquelles on peut changer de sexe, on peut « naître dans le mauvais corps » et selon lesquelles être une femme ou un homme est un simple sentiment. « Nous faisons face à un ensemble de notions transgenristes qui s’apparentent beaucoup plus à des croyances religieuses qu’à des données scientifiques et empiriques. Avec des effets graves sur la santé mentale des jeunes, leur corps et leur santé physique« , explique Mme Pibernat.

Elles estiment qu’il existe plus de 46 lois de cette nature en vigueur en Espagne, ainsi que des protocoles éducatifs et sanitaires sur la manière de les appliquer. Ces règlements persistent dans l’idée que « le sexe est fictif » et ne préviennent pas les jeunes des conséquences qu’un traitement hormonal peut avoir sur leur santé, ni de l’irréversibilité de ces traitements.

Un processus de recrutement
Le livre insiste également sur la thèse d’un « processus de recrutement » et d’un effet de contagion dans lequel une foule d’adolescent-es, avec les doutes inhérents à leur âge sur leur propre corps et leur sexualité, sont submergé-es dans un processus sans retour en arrière. Elles dénoncent le fait que le système actuel, avec des fondations telles que Chrysallis, qui sont « très bien financées » et subventionnées, rend presque impossible pour les adolescent-es d’avoir des visions alternatives sur les changements et les doutes qu’ils et elles vivent.

Citons l’exemple d’une jeune fille de 13 ans qui, en plein enfermement lié à la Covid-19, s’est mise à regarder des vidéos sur internet et a acquis la conviction qu’elle était un garçon piégé dans un corps féminin : « Sa mère l’a emmenée chez un psychologue qui, arguant qu’il ne s’agissait pas d’un problème de santé mentale, l’a immédiatement orientée vers Trànsit, l’unité de traitement de l’identité de genre du système de santé catalan ».

La « loi trans » de Madrid autorise également la détermination gratuite du sexe sans diagnostic médical.

Elle est repartie de cette première visite avec une ordonnance de testostérone et un document dont les deux premières pages indiquent que tout cela est inoffensif et réversible. Les deux autres pages suivantes énumèrent plus de 40 associations catalanes de « familles trans », subventionnées par la Generalitat, dit Mme Carrasco pour expliquer comment les théories transgenristes sont devenues dominantes, malgré les doutes de plusieurs psychologues, pédiatres et enseignant-es au sujet de cette discipline.

Prothèses sexuelles pour enfants
Dans le livre, les autrices expliquent également comment ces théories trans ont conduit à une prolifération de la vente de prothèses sexuelles pour enfants. Il s’agit d’un phénomène de plus en plus répandu : « Cette sexualisation est mise en parallèle avec la commercialisation sur Internet de prothèses génitales et d’attributs sexuels en silicone de taille enfantine. Il s’agit de prothèses de pénis pour les filles censées être des garçons trans, à attacher à leur taille et à travers lesquelles uriner, et de prothèses de seins ressemblant à des soutiens-gorge pour les garçons censés être des filles trans. »

À titre d’exemple, elles citent l’offre commerciale de la société Transkids.biz, dédiée aux « fournitures d’affirmation de genre pour votre enfant », qui « affiche un répertoire sans équivoque, reflétant une association entre enfance, sexualité et identité trans« . À cet égard, les autrices établissent un lien entre la foire du « gymkhana sexuel » pour enfants qui a eu lieu à Vilassar de Mar (Barcelone) et la promotion de ces jouets sexuels associés à la doctrine queer.

La Suède et le Royaume-Uni font marche arrière
L’un des objectifs de ce nouveau livre, qui sera mis en vente en novembre, est de sensibiliser les responsables politiques à la nécessité d’abroger ce type de politique. Les autrices signalent que dans des pays comme la Suède et le Royaume-Uni, pionniers dans ce type de loi trans, les responsables font aujourd’hui marche arrière en en « réalisant les conséquences désastreuses ».

Elles insistent sur le fait que l’actuel projet de « loi trans » du gouvernement est « fondé sur un mensonge antiscientifique » et veulent affirmer que l’opposition aux théories trans n’est pas un « machisme révolu » mais un moyen de « protéger les femmes et les enfants ».

Version originale: https://theobjective.com/espana/2022-10-31/profesoras-trans-escuela/

Traduction: TRADFEM

https://octaedro.com/libro/la-coeducacion-secuestrada/?fbclid=IwAR0dCXWkVzAylgtkbWJv9qIYUt01Ums42acUBRLakAzg5GLoEO5xcEzGorU

    On trouve des explications (en espagnol) sur le site Web de DoFemCo: https://www.facebook.com/watch/DoFemCo/

    Une réflexion sur “Espagne Un groupe d’enseignantes met en garde contre les « effets graves » de la « loi trans » dans les écoles.

    1. « l’opposition aux théories QUEER n’est pas un « machisme révolu » mais un moyen de « protéger les femmes et les enfants ». »

      CORRECTION à faire dans la dernière ligne de ce texte intéressant

      J’aime

    Votre commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

    Connexion à %s

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.