Publication simultanée de deux traductions d’un des premiers essais d’Andrea Dworkin

En même temps que M.Éditeur pour le Québec, les Éditions des femmes viennent de publier un des deux premiers essais d’Andrea Dworkin, soit NOTRE SANG.

Une occasion exceptionnelle de comparer nos choix de formules percutantes de part et d’autre de l’Océan Atlantique.

Bonnes lectures!

Trad.: Yeun L-Y et Martin Dufresne Trad.: Camille Chaplain et Harmony Devillard

Figure de proue du féminisme américain, Andrea Dworkin a été prise pour cible de la haine antiféministe. Le milieu de l’édition américaine lui reproche le manque de « féminité » de son écriture, directe et sans compromis, qui choque et décille les consciences. Pour survivre, elle se tourne vers l’art oratoire et se déplace de campus en associations, où elle suscite l’admiration, la colère et le débat.

Publié en 1976 aux États-Unis, enrichi en 1981 d’une nouvelle préface, ce recueil rassemble neuf de ses discours. L’autrice y aborde des problématiques aussi diverses que l’art, le rapport des filles à leur mère, la chasse aux sorcières, le lesbianisme, la non-violence et l’histoire « amérikaine ». Toutes visent le même objectif : un appel à la sororité afin de galvaniser les femmes dans la lutte contre la domination masculine, jusqu’à son abolition totale.

  • La Presse en parle

Notre sang d’Andréa Dworkin, livre pionnier du féminisme américain, résonne encore aujourd’hui à plus d’un titre. […] Entre slogans et fulgurances, c’est aussi une langue qui s’impose, âpre, radicale, combattante, résolument moderne. Sophie Bernard, Le Monde des livres, 24 décembre 2021

Andrea Dworkin appelle à ne pas rester invisibles à nous-mêmes, à refuser d’être prises pour victimes. «Le féminisme est une exploration, et elle a tout juste commencé », invite-t-elle au Boston College en 1975. Clara Magazine, février 2022

Souvent provoquants, ses discours viennent rappeler que des débats actuels sont en fait bien plus anciens. Office universitaire de recherche socialiste, février 2022

Le riche plaidoyer argumentatif, vibrant et courageux témoignage qu’est Notre sang, est précurseur de l’actuel mouvement MeToo. Andrea Dworkin a été, est, et sera toujours la porte-parole des femmes et des humains meurtris par la domination, le mépris, la haine, la violence. L’Écritoire des Muses, 31 janvier 2022

Andrea Dworkin dresse un constat terrifiant dans sa continuité. Elle ouvre des portes, propose des solutions pour transformer la société… Double Marge, 30 décembre 2021

C’est puissant, c’est magnifique et c’est une œuvre d’écrivaine, ce qu’elle voulait être. Cet ouvrage est indispensable pour se constituer une culture féministe. Hypathie, 4 janvier 2022

L’aspect le plus révo­lu­tion­naire de la pen­sée d’Andrea Dwor­kin consiste à inter­ro­ger le prin­cipe de réa­lité, le condi­tion­ne­ment humain, et le pour­quoi y adhé­rer et y obéir, et bien entendu l’a priori de la dis­cri­mi­na­tion sexuelle. Lelitteraire.com, novembre 2021

Profondément pertinents, ces discours radicaux ont été nécessaires au féminisme, autant qu’un Malcolm X le fut à l’antiracisme. D’ailleurs et d’ici, novembre 2021

Source: https://www.desfemmes.fr/essai/notre-sang/


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.