Protégez les enfants

Ne les laissez pas subir une transition médicale

par la biologiste Heather Heying

L’enfance est une période de jeu et de découverte. C’est le moment d’essayer des choses et de les mettre à l’épreuve. Les humains ont l’enfance la plus longue de toutes les espèces qui ont évolué sur cette planète – un indicateur puissant que nous avons beaucoup à apprendre en tant qu’enfants pour devenir des adultes compétents. Les enfants explorent et expérimentent avec les croyances et l’identité. L’enfance ne devrait pas être une période où une expérience donnée scelle votre destin.

Dans notre lignée, nous avons deux sexes, avec des systèmes endocrinologiques qui régulent notre forme, notre fonction et notre développement, depuis des centaines de millions d’années. C’est un système à la fois ancien et complexe.

Mais les hormones sont maintenant poussées par les médecins et les compagnies pharmaceutiques – et approuvées par les parents – comme si nous n’avions pas du tout d’histoire avec elles.

Ces hormones comprennent les bloqueurs de puberté, notamment la GnRH (Gonadotropin Releasing Hormone), qui sont souvent utilisés au début de l’adolescence. Ils peuvent ensuite être suivis, au milieu de l’adolescence, par des hormones de l’autre sexe, plus précisément l’œstrogène et la testostérone. Notre histoire avec ces hormones est longue, et leurs effets sur nous sont complexes et en cascade, imbriqués dans une myriade de systèmes. Pourtant, nous faisons des expériences sur nos enfants comme si la puberté était une question de choix. Avoir de la moutarde ou de la mayonnaise sur son sandwich est un choix. Porter un pantalon ou une jupe, c’est un choix. Jouer au foot ou au basket avec ses amis, c’est un choix. La puberté n’est pas un choix.

La puberté est un moment critique, et le fait de jouer avec d’anciens systèmes hormonaux a de graves effets en aval qui ne disparaîtront jamais. Une grande partie de la recherche sur les effets d’hyper récentes interventions médicales est écrite par des personnes qui sont déjà investies dans la perturbation du développement des enfants, mais même dans ce cas, nous constatons que la masse osseuse est affectée négativement, de même que plusieurs paramètres physiologiques, dont le volume sanguin, le cholestérol et plusieurs autres hormones. De plus, l’administration de GnRH au début de la puberté affecte la fonction cognitive dans un modèle animal (mouton), en altérant la mémoire spatiale.

Il est également vrai que de nombreux jeunes qui effectuent une transition médicale détransitionnent, ou désistent, par la suite, pour des raisons aussi variées que le fait de se sentir plus à l’aise en s’identifiant à leur sexe d’origine, de se considérer comme lesbiennes, gays ou bisexuels et de s’inquiéter des complications médicales potentielles de la transition (voir notamment Littman 2021 et les références qui y figurent, ainsi que le Pique Resilience Project). De nombreuses personnes qui se désistent du processus déclarent également qu’ils « ne pas avoir reçu une évaluation adéquate de la part d’un médecin ou d’un professionnel de la santé mentale avant de commencer la transition ». Pour les jeunes qui s’identifient comme trans et qui désistent ensuite, certaines portes se seront définitivement fermées pour eux. vu les effets irréversibles des bloqueurs de puberté et des hormones sexuelles croisées : ils ne pourront jamais devenir ce qu’ils auraient pu être.

Certaines législatures d’État tentent de mettre un terme à la médicalisation expérimentale des enfants, mais elles sont rapidement qualifiées de « transphobes » et d' »antiscientifiques » par les médias et les politiciens désireux de marquer des points. Même les organisations professionnelles sont devenues la proie de cet aveuglement. Prenons, par exemple, la récente déclaration de la Society for Research in Child Development, qui plaide en faveur d’interventions médicales pour les enfants transgenres, sans jamais mentionner les effets que ces interventions auront sur les enfants non transgenres qui seraient ainsi modifiés à jamais. Ils semblent ne penser qu’à la minorité bruyante, sans jamais considérer les enfants moins visibles qui risquent de subir des dommages permanents du fait de ces politiques.

Le modèle de soins « affirmatifs » prétend que si un enfant dit qu’il est trans, alors il est trans, et toute discussion ou résistance est considérée comme préjudiciable à l’enfant. Ce modèle est de plus en plus la norme, voire même imposé dans de nombreux établissements de soins de santé. Le modèle de soins affirmatifs non seulement méconnaît terriblement l’enfance, mais il met également en danger une fraction bien plus importante d’enfants. Permettez-moi de m’expliquer.

On nous dit que les personnes qui se révèlent être trans à l’âge adulte – une fraction minuscule mais réelle de l’humanité – ont tendance à le savoir quand elles sont jeunes et à le dire. C’est sans doute vrai.

Mais qu’en est-il du grand nombre d’enfants qui disent des choses similaires quand ils sont jeunes, mais qui ne deviennent pas trans ? Il n’y aura pas de données à ce sujet, mais tous les parents savent que les enfants disent des choses impossibles. Ils explorent, ils fantasment, ils testent parfois les adultes pour voir ce qui fonctionne, ce qui fait réagir les parents, ce qui attire leur attention. Cela sans parler des enfants maltraités qui sont encore plus susceptibles de se réfugier dans la fantaisie pour se créer une identité stable, et qui seront encore plus mal servis par le modèle de soins affirmatifs.

Un enfant peut se déclarer licorne un jour, et tortue le lendemain. Contrairement aux hormones, les préférences, qu’il s’agisse de nourriture, de couleurs ou d’amis, sont transitoires et peuvent facilement être échangées lorsque l’enfant essaie de nouvelles façons d’être. C’est comme si, en tant que société, nous avions oublié la distinction entre simulation et métaphore, ou peut-être prétendons-nous que les enfants connaissent la différence depuis toujours et qu’ils sont toujours précis dans leur langage. Mais jusqu’à hier, nous savions tous que « Je me sens comme un garçon » est différent de « Je suis un garçon ».

Compte tenu de ce qu’est l’enfance, et du nombre de choses fantastiques et fausses qui sortent de la bouche des enfants, « tout ce que disent les enfants est littéralement vrai » est une prémisse absurde et dangereuse sur laquelle fonder les soins médicaux.

Par ailleurs, on nous dit que si l’on n’intervient pas, sur le plan hormonal et médical, auprès des enfants qui se déclarent trans, ils risquent de ne pas devenir leur véritable moi. Ce serait, nous dit-on, une grave erreur.

Mais qu’en est-il de l’autre erreur possible ?

Intervenir à un âge précoce avec des pratiques médicales expérimentales et perturbatrices pour tous les enfants qui se déclarent trans risque de nuire àvir à un très grand nombre de personnes non trans.

Comparez les deux risques côte à côte :

    ne pas intervenir à un âge précoce, de sorte qu’un nombre infime de personnes réellement trans commencent leur transition physique plus tard et finissent par moins bien ressembler à leur sexe perçu intérieurement ; ou

    perturber de façon permanente le développement normal des enfants qui ne faisaient qu’explorer leur identité.

Quelle erreur la société préfère-t-elle commettre ?

Dans le langage des statistiques, nous pouvons formuler la décision de la manière suivante : L’hypothèse nulle est que vous n’êtes pas trans. Cette présomption est basée sur le fait qu’une déconnexion persistante et profondément ressentie entre votre sexe réel et votre sexe perçu est extraordinairement rare chez les humains. Ça doit l’être, du point de vue de l’évolution. On ne connaît aucun mammifère qui ait jamais changé de sexe. Ni aucun oiseau, d’ailleurs – des oiseaux qui, comme nous, ont des chromosomes sexuels qui déterminent leur sexe. Ainsi, pour ceux d’entre nous qui appartenons à des classes dont les individus n’ont jamais changé de sexe, le sentiment profond que vous n’êtes pas du même sexe que vous êtes en réalité sera extrêmement rare.

L’hypothèse alternative – que vous êtes trans – ne peut remplacer l’hypothèse nulle – que vous ne l’êtes pas – qu’avec des preuves convaincantes. Et les affirmations d’un enfant ne suffisent tout simplement pas à remplir ce critère.

En tant que société, préférons-nous privilégier les faux positifs (erreurs de type I), dans lesquels nous supposons par erreur que certaines personnes sont trans alors qu’elles ne le sont pas, ou préférons-nous privilégier les faux négatifs (erreurs de type II), dans lesquels nous prenons par erreur certaines personnes pour des non-trans, alors qu’elles le sont ?

Préférer la première option revient à encourager largement la transition. Cela signifie la transition même pour ceux qui ne la justifient pas ou ne la souhaitent pas, avec tous les effets en aval qui en découlent : dysfonctionnement physique, mental et sexuel dans toute une série de systèmes, dont beaucoup ne sont pas encore connus. Là encore, il s’agit du modèle de « soins positifs« .

Préférer le second modèle (celui des faux négatifs), en revanche, c’est reconnaître que si nous n’intervenons pas tôt, certains adultes transgenres correspondront un peu moins bien à leur sexe perçu intérieurement qu’ils n’auraient pu le faire. En retardant le traitement jusqu’à l’âge adulte, l’adulte portera davantage les marques de la puberté sexuée qui correspond à son sexe d’origine.

Je le répète :

    Les erreurs de type I créent des faux positifs, dans lesquels les personnes qui ne sont pas trans sont traitées comme si elles l’étaient.

    Les erreurs de type II créent de faux négatifs, c’est-à-dire que les personnes trans sont traitées comme si elles ne l’étaient pas.

Étant donné que le taux de base des personnes trans est extrêmement faible, il est de notre responsabilité humaine et sociétale de minimiser les erreurs de type I dans ce cas, afin d’approcher le plus possible de zéro le nombre d’enfants en bonne santé lésés par une intervention médicale. Et ce, pour deux raisons. Premièrement, le nombre de personnes qui seront lésées par des erreurs de type I plutôt que de type II est beaucoup plus élevé. Deuxièmement, l’intervention dans un système ancien et fonctionnel, alors qu’aucune démonstration de la sécurité de ces interventions n’a été faite et que nous connaissons déjà certains des inconvénients de l’intervention, va à l’encontre de tout ce qui est droit, moral et juste.

Les traitements destinés aux personnes transgenres – bloqueurs de puberté, hormones transsexuelles et chirurgie – ont des coûts permanents, ne vous y trompez pas. Pour la grande majorité des enfants et des jeunes qui ne font qu’explorer leur identité et leurs croyances, en faisant ce que font les enfants, ces coûts sont inacceptables. Nous devons protéger l’enfance, et nous devons protéger les enfants[1].

Enfin, j’enjoins les lecteurs à considérer la possibilité d’incitations financières qui jouent dans l’augmentation des bloqueurs de puberté et des hormones sexuelles croisées. On nous dit que les personnes transgenres subiront un préjudice si l’accès est retardé jusqu’à la maturité. Dans certains cas, cela peut être vrai. Mais qui profite de l’acceptation et de la prescription toujours plus larges de ces médicaments ? Ce sont les entreprises qui fabriquent ces médicaments. Si vous étiez une telle entreprise et que vous aviez un produit dont personne ne savait qu’il voulait ou avait besoin, ou même qu’il existait, comment pourriez-vous générer une demande pour votre produit ? Convainquez les consommateurs potentiels qu’ils sont incomplets et malheureux sans ce produit. De plus, convainquez ces consommateurs potentiels de vos produits que ceux qui veulent les empêcher de consommer ces médicaments essaient de les tuer.

Chez les adolescents, les tentatives de suicide sont plus nombreuses chez ceux qui s’identifient comme trans que chez ceux qui ne le font pas. Le taux élevé d’idées et de comportements suicidaires chez les personnes transgenres a été déformé par les activistes, dont certains affirment que le fait d’empêcher ces personnes de transitionner est un risque – sinon une invitation – au suicide. C’est de la propagande. S’il y a des intervenants qui tuent réellement des gens, ce sont les entreprises, les organisations et, oui, les transactivistes qui incitent les enfants à prendre des médicaments. On vend à ces enfants et à ces jeunes adultes un récit qui leur permet de se sentir vus et acceptés pendant un bref instant, avant d’être abandonnés aux effets indésirables causés par la perturbation de leur système, sans programme de suivi ni échappatoire.

Une de ces entreprises fait de la publicité pour son bloqueur de puberté en affirmant qu’elle offre « une enfance perpétuelle ». C’est un fantasme à la Peter Pan, mais sans ses avantages. Les enfants peuvent s’imaginer une vie insouciante de fées et sans responsabilités, et peut-être les parents croient-ils qu’ils auront leurs petits avec eux pour toujours, sans changement.

Les enfants ont une excuse : ils sont des enfants. Nous ne pouvons pas en dire autant des adultes. Nous regarderons cette époque avec horreur, une époque où nous avons joué à Dieu avec des systèmes complexes qui ont évolué sur des centaines de millions d’années. Nous avons toute l’arrogance de Zeus, mais pas sa sagesse.


[1] Il est difficile de savoir exactement quels sont les chiffres pour les divers facteurs pertinents : Combien de personnes se sont historiquement identifiées comme trans ? Combien y en a-t-il actuellement ? Est-ce que cela varie selon les marqueurs démographiques, et si oui, lesquels ? Le site Internet StatsForGender.org, fait un excellent travail de compilation des recherches pertinentes.

Version originale: https://bit.ly/3c2dMxI

Traduction: Diane Breton

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.