ANTISPORTIF : Comment le transactivisme et l’obscurantisme détruisent le sport féminin.

RÉSUMÉ Par Linda Blade avec Barbara Kay, préfacé par Léa Quedeville

Site web : https://unsporting.com        

Lorsque le Comité international Olympique (CIO) a décidé en 2015 de permettre aux athlètes nés de sexe masculin de s’autodéclarer dans les compétitions féminines, c’est comme s’il avait complètement oublié que le sport est une chasse gardée basée sur la biologie. Un simple coup d’œil sur un tableau de records du monde dans n’importe quel sport olympique démontre la grande différence entre les capacités de performance masculines et féminines.

Cette descente aux enfers d’une politique sportive dévoyée ne s’est pas faite du jour au lendemain. ANTISPORTIF rappelle pour ses lectrices et lecteurs un itinéraire dystopique qui commence par des exemples concrets de « transfemmes » tout à fait conscientes de leur avantage inhérent sur leurs adversaires féminines et qui affichent leur plaisir à l’exercer.

Blade et Kay décrivent ensuite la coercition politique actuellement imposée au Canada, où certaines instances dirigeantes du sport font la promotion d’une forme d' »inclusion » si radicale qu’elle permettrait à un athlète masculin de jouer comme homme durant une saison et comme femme la saison suivante, sur la base d’autodéclarations qui ne peuvent être contestées. Pour les transactivistes, toute tentative des organisateurs de s’interroger à ce sujet est traitée comme contraire à l’éthique et haineuse.

Linda Blade et Barbara Kay illustrent la vaste différence de conséquences d’une campagne pour l’inclusion des transgenres dans le sport masculin (des conséquences nulles) et dans le sport féminin (des conséquences cataclysmiques). Pourtant, comme le soulignent les autrices, pratiquement tous les athlètes trans au Canada et ailleurs – qu’ils soient nés hommes ou femmes – se retrouvent comme par magie dans la catégorie des femmes, où ils ont les meilleures chances de réussite.

Il est facile de démontrer que cette répartition par défaut au nom d’une « inclusion » factice entraîne l’exclusion des athlètes féminines de leurs propres sports.

Bien sûr, cette situation n’est pas spécifique au Canada. ANTISPORTIF cite plusieurs témoignages sur la façon dont ce délire a pris corps dans le monde entier et à tous les niveaux du sport, simultanément.

ANTISPORTIF se termine sur une note positive en présentant au lecteur des personnes et des groupes qui s’opposent courageusement la désinformation caractéristique du programme d’inclusivité; il est à espérer que leurs efforts infatigables contribueront à ramener la raison et l’équité dans le monde du sport. L’ouvrage débouche sur une recommandation de politique alternative sensée.

Quelles qu’aient été ses intentions, la politique du CIO d’inclure les mâles biologiques dans le sport féminin est sans doute la décision la plus misogyne jamais prise dans l’histoire du sport.  Nous espérons qu’un écrit comme ANTISPORTIF convaincra participant.e.s et dirigeant.e.s de résister aux compromis idéologiques et politiques instables et, au contraire, d’appliquer un état d’esprit rationnel et un soutien énergique au renforcement des frontières fondées sur le sexe dans le sport.

ANTISPORTIF est distribué par Rebel News Network sur Amazon.

Une réflexion sur “ANTISPORTIF : Comment le transactivisme et l’obscurantisme détruisent le sport féminin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.