Message aux hommes : le sexe n’est absolument pas un droit de l’homme

Les femmes, en revanche, ont le droit d’être protégées des préjudices.

par Julie Bindel

Dans un billet du Times publié aujourd’hui et intitulé « When sex with a prostitute is a human right » (Quand le sexe avec une prostituée constitue un droit de l’homme), la chroniqueuse Melanie Phillips fait l’éloge du juge britannique Anthony Hayden qui, dans un jugement rendu la semaine dernière, a déclaré qu’il serait légal pour des soignants de faciliter l’achat de sexe par un autiste de 27 ans, identifié comme « C ».

Madame Phillips affirme que Hayden a « fait preuve de compassion » et mentionne un article que j’ai écrit sur le sujet, en disant : « L’opposition de Julie Bindel à la prostitution est vigoureuse et convaincante. Cependant, elle n’a pas accepté que la décision du juge mette, à juste titre, au premier plan les intérêts d’une personne défavorisée. » (Mel Phillips, The Times)

C’est tout le contraire ; ma préoccupation pour les « personnes défavorisées » détermine ma position sur la prostitution – à savoir qu’elle devrait être abolie et que les femmes devraient être soutenues pour sortir du commerce du sexe.

Il est assez incroyable que les droits des femmes aient été largement ignorés, non seulement dans le jugement Hayden, mais aussi par plusieurs défenseurs des « droits de l’homme » qui ont commenté cette affaire.

La décision Hayden a souligné certains détails concernant l’effet de l’état de C sur son comportement : « C pouvait être extrêmement difficile ; son comportement était parfois agressif et dangereux. En 2011, il a fallu que C soit écarté du domicile familial. »

Or la violence contre les femmes prostituées aux mains des proxénètes et des prostitueurs est un problème amplement documenté. Mais l’implication de l’arrêt Hayden est que le sexe, dans ce cas avec une personne qui le fait pour l’argent et non par désir, permettra à C de se défouler.

L’article de Melanie Phillips suggère que le handicap d’un homme compromet en quelque sorte sa capacité à nouer des relations intimes. Cette affirmation est l’un des exemples les plus clairs de la manière dont les soi-disant « droits humains » des acheteurs de sexe ont été placés au-dessus de ceux des femmes en prostitution.

Cet argument est dangereux, car il renforce la croyance problématique selon laquelle les personnes handicapées sont incapables d’avoir des rapports sexuels consensuels et sont donc obligées de payer pour ces rapports. En outre, il suggère que les soignants des personnes handicapées sont responsables de la satisfaction sexuelle de leurs clients.

C’est déjà le cas au Danemark, où la prostitution a été légalisée en 1999. On s’attend désormais là-bas à ce que les soignants qui travaillent avec des couples de handicapés physiques facilitent sur demande les rapports sexuels entre eux.

Le juge Hayden a adopté en matière de prostitution une position qui n’a pas encore été tranchée par le gouvernement britannique. Il s’agit de savoir si nous allons criminaliser la demande de sexe tarifé, comme le font des pays tels que la Suède, la France, l’Irlande (NdT: et le Canada), ou si nous devons emprunter la voie désastreuse de la décriminalisation intégrale, qui a entraîné une augmentation documentée de la traite et de la violence à l’encontre des femmes.

Espérons que ce jugement sera annulé en appel et que les hommes, handicapés ou non, recevront le message que le sexe n’est pas un droit de l’homme. Les femmes, en revanche, sont en droit d’être protégées contre l’exploitation et les préjudices.

Julie BINDEL, The TIMES, 5 mai 2021

NOTA: Le même juge Hayden s’est illustré en avril 2019 par sa vigoureuse défense du droit « fondamental » d’un homme d’imposer des rapports sexuels à une épouse trop handicapée par un trouble du développement pour pouvoir légalement y consentir: https://www.thetimes.co.uk/article/mr-justice-hayden-causes-outrage-with-right-to-sex-comments-027k3bgzm

Traduit par TRADFEM

5 réflexions sur “Message aux hommes : le sexe n’est absolument pas un droit de l’homme

  1. Trop violent pour vivre en famille et suffisamment handicapé relationnellement pour avoir ‘droit’ au sexe tarifé ? De qui se moque-t-on ?
    Pense-t-on que les prostituées sont douées de super pouvoirs ? Que puisque la violence est leur lot quotidien, elles doivent en subir encore davantage ?
    Les ‘droits’ des animaux à ne pas être torturés sont mieux respectés que ceux des femmes et des adolescentes vendues pour du sexe.

    J'aime

  2. On voit encore une fois la stratégie constante des masculinistes : mettre les handicapés en première ligne dans leur lutte contre le féminisme, comme ils mettent les personnes disphoriques de genre (la propagande transactiviste aime particulièrement montrer des enfants disphoriques), pour lutter contre le féminisme.
    Ce sont des méthodes de lâches. En tout cas ils ont bien compris que la bienveillance pour autrui était l’une des « faiblesses » du mouvement féministe. Et ils l’utilisent donc contre lui.

    J'aime

    • Peut être apprendre des mouvements de gauche là-dessus ? Eux aussi ont eu des attaques du même type « vous n’êtes pas gentils (avec les patrons), vous n’êtes donc pas de gauche, bande d’hypocrites ». Généralement, ça ne fonctionne pas très bien, puisque quand il s’agit d’hommes il est socialement admis que la politique est violente.

      Là, l’attaque masculiniste pro-prostitution est renforcée par le conditionnement que subissent les femmes elles-mêmes, et donc qu’on subit les féministes depuis leur enfance : il faut être gentille, bienveillante, surtout envers les hommes. Si en plus il est handicapé, alors là. La classe des femmes a appris que la gentillesse, et même le sacrifice d’elle-même pour le plaisir des hommes et de « leurs » enfants, caractérisait « la femme ». C’est un dévoiement de la gentillesse, qui en devient auto-destructrice. Gentillesse qui est une qualité humaine, mais qui s’avère une faiblesse quand on parle de lutte politique face à un dominant qui n’a aucune intention de lâcher ses avantages illégitimes. Les hommes n’ont pas cette injonction. Il me semble que Stephan Sweig avait écrit un roman sur le danger d’un homme qui s’apitoierait trop sur une femme handicapée, La Pitié dangereuse. Le titre donne le la.

      Les femmes féministes peuvent donc être sensibles à cette injonction à la bienveillance, à cause de leur conditionnement précoce. Et cela peut en mener certaines à l’auto-destruction quand il s’agit de transactivisme ou à la prostitution des handicapés : elles voient avant tout la souffrance de l’autre, des hommes, pas celles de leurs sœurs de classe, et donc la leur.
      Il est socialement admis qu’un homme lutte avant tout pour ses intérêts. Une femme, elle doit être attentive aux droits des hommes, toujours. La société résiste à ce que les femmes aient (juste) le droit de se revendiquer comme mouvement autonome de libération. Alors qu’elle l’accepte sans broncher pour d’autres mouvements. Qu’un Noir lutte contre le racisme, sans être systématiquement tenu de se dire publiquement féministe et soutien des luttes féministes. Qu’un pauvre lutte contre le capitalisme, sans devoir faire allégeance à l’anti-racisme ou au féminisme.

      J'aime

      • Tout à fait d’accord!
        Et c’ets quand la bieveillance est requise des femmes à l’égard de dominants parce qu’ils se disent opprimés ou « en détresse » que l’on entre dans le domaine du chantage pur et simple.
        Une image iconique de ce chantage est la scène désolante du film « La Couleur Pourpre » ou, Madame Millie, la patronne du personnage principal, Sofia, arrache celle-ci prématurément a sa famille en prétextant la détresse au volant de son automobile.

        J'aime

  3. Tout devient prétexte aux misogynes (parfois même des femmes le sont, en tirent un profit spécial et individuel) pour renforcer le pouvoir des hommes sur le corps des femmes, notamment des plus jeunes et des plus précaires. Les clichés sur les ‘prostituées au grand cœur’ (la maman bienveillante) sont l’envers du stigmate de la prostituée vénale qui aime ‘ça’ (la pute dans l’âme).

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.