Minuit dans la forêt du porno féroce

Par Lluís Rabell, le 16 février 2020

« Nous devons abolir la pornographie! » La voix de la chercheuse historique et militante féministe Sheila Jeffreys a résonné avec force à la clôture du 1er Forum international sur le féminisme et la pornographie , qui s’est tenu les 13, 14 et 15 février à Santa Coloma de Gramenet, sous les auspices du conseil municipal – et l’engagement personnel du maire socialiste Núria Parlón . Un pari courageux, sans aucun doute. Le sujet est tabou: il suffit de l’évoquer pour que surgisse une légion de défenseurs en colère du droit sans restriction de chacun de jouir de ses fantasmes. Même dans les rangs de la gauche elle-même, des allégations de morale victorienne ou de pudibonderie surgissent immédiatement.

Mais la pornographie aujourd’hui massivement diffusée sur Internet, au grand jour, n’a rien à voir avec une transgression libératrice. Au final, pas même avec le sexe lui-même – bien qu’il apparaisse comme le vecteur de son récit. Non. La pornographie est devenue une école mondiale de la haine envers les femmes. L’industrie du porno s’inscrit pleinement dans les cadres du technocapitalisme. Il suffit de noter qu’aux États-Unis seulement, la pornographie et l’ensemble des activités commerciales qui y sont associées ont généré un chiffre d’affaires de 6 milliards de dollars en 2019. Imaginez donc son poids dans le monde entier … et la puissance que confère à cette industrie son haut degré de concentration: huit des dix principaux portails dédiés à la pornographie forment un oligopole commercial. L’un des plus populaires, Pornhub, a publié 683 millions de vidéos au cours de la dernière année: pour un visionnement complet, il faudrait rester à l’écran pendant 169 ans.

Ce sont des figures qui produisent le vertige. Lourdes Muñoz , directrice de la Barcelona Open Data Initiative, et Maribel Cárdenas, directrice des politiques d’égalité et LGTBI de la ville de Santa Coloma, les ont bombardées dans une présentation documentée. Et le contenu de ces produits provoque des frissons. De son côté, la jeune chercheuse Monica Alario , établissant le transit entre la construction symbolique de la pornographie et la demande croissante de prostitution, a passé en revue les nombreuses offres thématiques. Rien à voir avec ce qu’on pouvait voir il y a quelques années dans certains cinémas spécialisés – aujourd’hui disparus. Aucun argument, dialogue ou simulation. C’est immédiatement du sexe « hard », des pratiques humiliantes, des viols et de la torture réelle. Le discours porno propose une érotisation de la douleur féminine, apprend à être excité par la violence exercée sur les femmes et les filles. Là, la femme n’a aucun désir, elle n’est pas un sujet. Au contraire : ce n’est qu’à travers les souffrances et les humiliations infligées par les hommes qu’il lui est possible de se réaliser. Cette déshumanisation, cette réification totale et impitoyable des femmes, rend la pornographie indissociable, dans son histoire et dans sa pratique, de la prostitution ou de la location d’utérus.

Rosa Cobo , professeur de sociologie à l’Université de La Coruña, a déclaré qu’en période de grands changements, le patriarcat se demande toujours comment les femmes devraient être. Nous sommes confrontés à une crise de civilisation. Le féminisme, avec sa lutte tenace et ses conquêtes, a remis en cause la masculinité. Le capitalisme informationnel exige une marchandisation massive des corps féminins. En ce sens, la pornographie dessine les normativités féminines et masculines, les redéfinissant par une exaltation de la violence. « Un discours de haine enveloppé dans un libertinage imaginaire », dirait l’écrivaine américaine Andrea Dworkin . « Une proposition radicale de souveraineté masculine », explique Rosa Cobo . Parce qu’il y a des « fuites » dans le système. Il faut établir une nouvelle fratrie parmi les hommes; les nouvelles générations doivent s’y intégrer… et les jeunes femmes doivent être indiquées, les effrayant si possible, à quelle place elles appartiennent dans cet ordre. Mais le nouveau pacte viril déborde le périmètre du patriarcat que nous avions connu jusqu’à présent: la pornographie est déjà une excuse intense de l’inceste et de la pédophilie. Et dans ses expressions les plus extrêmes, conclusion logique de cette affirmation systématique de l’infrahumanité des femmes, son meurtre. Dans le menu des offres pornographiques infinies, il est facile de trouver des vidéos où il n’y a pas de pratique sexuelle, seulement de la torture. La redéfinition du patriarcat et les nouvelles configurations du capitalisme nous précipitent ainsi vers «la société sans limites» dont parlait l’anthropologue Beatriz Ranea .

Ce sont les contenus auxquels des milliers d’adolescents accèdent chaque jour – et des enfants de plus de 8 ans – en tapant simplement un mot dans le moteur de recherche, comme l’explique Lluís Ballester, professeur à l’Université des Îles Baléares. Au point que la pornographie devient leur source d’éducation affective et sexuelle, et formate leur comportement. Les discours sur l’égalité et le respect sont peu utiles lorsque la pornographie propose des modèles basés sur la domination et naturalise toutes sortes de pratiques qui ignorent le désir féminin. Comment éduquer à la prévention des maladies sexuellement transmissibles lorsque le préservatif est interdit dans ces représentations? La pornographie devient ainsi une menace sans palliatifs pour la santé publique. Et un formidable orateur pour la culture du viol. Cela a été souligné par la journaliste Graciela Atencio , directrice de Feminicidio.Net . Ce n’est pas en vain que l’enregistrement de la violation collective commise par « La Manada », posté sur Internet, a reçu un très grand nombre de visites.

Nous ne sommes donc pas confrontés à un problème qui peut être frivolisé. L’éminente philosophe Amelia Valcárcel l’a dit lors de la conférence inaugurale de ces jours denses dont les travaux, bientôt disponibles, méritent d’être étudiés avec la plus grande attention. Avec tout ce que cela implique, fer de lance de l’expansion des industries du sexe, le « porno féroce » – selon l’expression inventée par le journaliste et sociologue Gabriel Núñez Hervás qui a donné le titre à la rencontre – menace les fondements de la démocratie elle-même , annonçant l’arrivée des «  nouveaux barbares ». Et plus que quiconque devrait réfléchir à tout cela, la gauche alternative, sensible aux chants sirènes du postmodernisme, imprégnée de parler de « travail du sexe ». Valcárcel a rappelé que, dans toutes les sociétés patriarcales, de la Rome classique à nos jours, la prostitution a toujours été réglementée par les pouvoirs publics) et la pornographie contemolée d’un bon œil. (Laura Pérez , conseillère de la mairie de Barcelone, a salué le dernier salon érotique tenu dans la ville, arguant que le porno pouvait bien devenir un allié du féminisme et contribuer à l’éducation sexuelle des jeunes. La proximité de débats aussi importants que celui concernant la traite à des fins d’exploitation sexuelle ou la soi-disant «loi trans» , qui auront bientôt lieu au Congrès, rend une telle réflexion insoutenable.

Lluís Rabell

photo Lluis RabellJosep Lluís Franco Rabell, né le 17 février 1954 à Barcelone, plus connu sous le nom de Lluís Rabell, est un traducteur, militant et homme politique espagnol. Il est député au Parlement de Catalogne et président du groupe parlementaire Catalogne oui c’est possible, depuis octobre 2015.

Sources : https://acciofeminista26n.wordpress.com/ et https://lluisrabell.com/2020/02/16/medianoche-en-el-bosque-del-porno-feroz/

Traduction: TRADFEM et Plataforma Catalana pel Dret a No Ser Prostituïdes, avec l’accord de l’auteur.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.