Les acheteurs de sexe sont de plus en plus violents, de plus en plus influencés par ce qu’ils voient dans le porno

par une travailleuse de RUHAMA, dans THEJOURNAL.IE,  le 7 mai 2019

Il y a toute une génération de consommateurs de pornographie violente qui exigent de plus en plus d’actes extrêmes des femmes qui sont dans la prostitution, écrit une travailleuse sociale de l’organisme irlandais Ruhama.

ashley-judd-paris-france-23-nov-2018-390x285

 

La comédienne Ashley Judd, lors d’une conférence sur la violence dans la prostitution, à Paris, en nov. 2018

 

Je savais peu sur la prostitution lorsque j’ai commencé à travailler pour Ruhama il y a 17 ans.

Je savais qu’un acte avait lieu et que de l’argent changeait de mains, mais je savais peu d’autres choses sur les réalités de la vie des femmes.

Je ne savais rien non plus du genre d’hommes qui achetaient du sexe aux femmes. Quand j’y pense maintenant, j’avais mené une vie très protégée.

Quand j’ai commencé à travailler avec Ruhama, j’ai lu beaucoup de choses sur la prostitution pour en apprendre le plus possible – mais c’est dans notre camionnette que j’ai le plus appris.

Je me souviens de ma première soirée dans la camionnette – j’ai été tout à fait choquée. L’une des premières femmes que j’ai rencontrées était très enceinte et je n’arrivais pas à me faire à cette idée.

Elle était visiblement mal à l’aise et je me souviens m’être demandé : quel genre d’homme trouverait acceptable d’acheter du sexe à cette femme ?

Au fil du temps, j’ai appris davantage sur les liens entre la violence conjugale et la violence exercée dans la prostitution et j’ai commencé à avoir un aperçu réel de la vie de ces femmes.

J’ai commencé à discerner des modèles d’agressions, de pauvreté et de coercition et j’ai commencé à comprendre les liens entre la théorie que j’avais lue et les vies complexes des femmes que j’avais rencontrées.

Les femmes

Mon travail me met principalement en contact avec des femmes irlandaises, que ce soit en prostitution à l’intérieur ou dans la rue.

Presque toutes les femmes avec qui j’ai travaillé ont été victimes de violence dans leurs premières années.

Cela correspond aux antécédents des femmes dans le commerce du sexe à l’échelle mondiale.

La pauvreté est un moteur massif de la prostitution, tout comme la narcodépendance.

Si les femmes n’entrent pas dans la prostitution à cause d’une dépendance, elles finissent souvent par abuser d’alcool et d’autres drogues pour y faire face. Pour beaucoup d’entre elles, il serait impossible de vendre du sexe à jeun.

La violence conjugale et le contrôle coercitif sont des éléments centraux dans la vie de nombreuses femmes avec qui je travaille. Souvent, elles finissent par se prostituer parce que quelqu’un en qui elles avaient confiance – un copain, un ami, un membre de la famille – les a conditionnées ou contraintes à le faire.

Les acheteurs de sexe

Les acheteurs ne doivent pas se faire d’illusions – les femmes les méprisent.

Elles trouvent ces hommes ignobles. Elles ne veulent pas d’engagement sur le plan affectif avec eux, elles ne veulent ni les étreindre ni les embrasser.

Il est inquiétant de constater que les hommes deviennent de plus en plus violents. Les acheteurs sont de plus en plus influencés par ce qu’ils voient dans la pornographie. Il y a toute une génération de consommateurs violents de pornographes pour qui la violence dans les rapports sexuels est la norme.

Les hommes qui paient pour avoir des rapports sexuels se sentent encouragés à rechercher de plus en plus de choses extrêmes et à les pratiquer sur les femmes en situation de prostitution.

Ils pensent pouvoir réclamer n’importe quoi sous prétexte qu’ils paient.

Les femmes finissent par devoir accepter tous les types d’hommes, de tous les milieux, qui ne voient en elle que de simples vagins.

C’est incroyablement triste pour nous, comme société, que les femmes soient réduites à cela. Ces femmes essaient de s’accrocher à leur pouvoir dans la situation, mais dans leur monde, c’est l’homme qui détient le pouvoir.

Impact personnel

Le fait de travailler pour Ruhama a eu un impact énorme sur ma vie. J’ai dû travailler très fort pour me rappeler que tous les hommes ne sont pas comme ça.

Je pense à mon père et à mes frères qui ne feraient jamais ça. Je dois me rappeler que ces hommes qui achètent du sexe sont minoritaires.

Un vrai homme pourrait voir la prostitution telle qu’elle est et trouver l’idée d’exploiter sexuellement les femmes aussi odieuse que je le fais.

Il arrive que les récits des femmes soient difficiles à traiter. En tant que travailleuses, nous bénéficions d’une supervision interne et externe, y compris par des psychothérapeutes formés pour nous soutenir, car certains cas sont traumatisants à gérer.

Notre équipe est tissée de près et nous veillons au bien-être de chacune. J’ai quelques routines, comme la visualisation ou passer du temps avec mes chiens, qui m’aident aussi à tenir le coup après une journée difficile.

C’est tellement important de déballer ce vécu : nous devons prendre soin de notre santé mentale afin d’être en mesure de continuer à soutenir les femmes.

Quand je travaille avec une femme, ma priorité absolue est sa sécurité. C’est quand elle se sent en sécurité, qu’elle peut partager son récit.

Beaucoup de femmes vont même raconter leur histoire à la troisième personne, xomme s’il s’agissait de quelqu’un d’autre, de façon à se doter d’une certaine distance, d’une couche de protection.

logo scase

Rétablissement

Les gens ne parlent pas beaucoup de la prostitution. Je pense qu’ils ne veulent pas se pencher sur les bas-fonds de la société.

En tant qu’employées de Ruhama, nous y sommes exposées, tout comme nos bénévoles engagées.

Nous avons vu beaucoup de femmes en arriver à des résultats positifs, et c’est ce à quoi je m’accroche dans les cas les plus difficiles et traumatisants.

J’encourage toujours les femmes à découvrir le pouvoir qu’elles ont en elles.

La force est en elles, je les aide à construire leurs fondations et je leur dis de m’utiliser comme échafaudage jusqu’à ce que leurs fondations soient en place.

Les femmes arrivent à se remettre de l’exploitation sexuelle et cela me permet de continuer.

Je travaille avec des femmes incroyables et fortes et j’ai beaucoup appris de la vie auprès de celles que j’ai rencontrées au cours des 17 dernières années.

La signataire de ce texte, une travailleuse sociale de Ruhama a demandé à rester anonyme pour des raisons de confidentialité.  

run for ruhama

Ruhama demande instamment à toute personne qui se trouve dans une situation difficile dans le commerce du sexe en Irlande, ou qui s’inquiète pour quelqu’un qu’elle connaît, de contacter le service d’assistance au (01) 836 0292, ou d’envoyer gratuitement le mot REACH par SMS au 50100 pour un rappel téléphonique gratuit et confidentiel

Version originale : https://www.thejournal.ie/readme/opinion-i-support-women-in-prostitution-and-their-reality-is-one-of-poverty-abuse-and-coercion-4618933-May2019/

Les commentaires laissés sous le texte par quelque 144 lecteurs de l’article sont désolants de mauvaise foi.

Traduit par TRADFEM

3 réflexions sur “Les acheteurs de sexe sont de plus en plus violents, de plus en plus influencés par ce qu’ils voient dans le porno

  1. « Je pense à mes frères , mon père qui jamais …  » Qu’est-ce que tu en sais ? les hommes sont naturellement menteurs Observe ces gentils hommes quand ils sont entre eux , quel mec n’a pas une fois dans sa vie été au bordel ? participé a une virée avec les copains rigolé grossièrement des « gonzesses » Ils seraient tous des anges ! Ce type d’homme n’existe pas et moi je pense aux gentils garcons qui sont partis faire la guerre aux femmes dans le bled algérien , aux braves petits gars envoyés au Viet Nam . Assez d’entendre encore ce genre de discours naïf !  » le mien il est pas comme ça, il ferait pas ça  » Est le crédo de nombre de femmes heteros qui ne voit ou ne veulent pas voir une autre réalité que la leur, celle de leur couple(le mien,mon mec,mon mari)Nous lesbiennes radicales n’avons rien à foutre des états d’âme des bitars que certaines défendent au détriment de leur propre sécurité et en vain , ce temps perdu l’est surtout pour les millions de femmes partout dans le monde vous avez le nez sur le mur , réveillez vous . Il s’agit d’une guerre , êtes vous avec la résistance ou les boches ? Sans la distance , il est impossible de prendre conscience , c’est pourquoi la question de la non mixité est vitale .Et non ces hommes ne sont pas une minorité car la grande majorité est perverse narcissique La minorité c’est l’autre . Je m’étonne qu’une féministe de ce niveau ait encore une pensée de ce type , on voit là le chemin encore long à parcourir et qu’il reste un sacré boulot à faire y compris hélas auprés des féministes . Sororité .

    • Cette réflexion correspond, hélas, à mon expérience. La position des hommes, étayée par l’espoir des femmes, demeure encore si confortable que, même sans agir de façon ouvertement sexiste, nous bénéficions du sexisme de nos congénères qui « roulent pour nous », maintenant les femmes dans l’intimidation… Les dissidents sont très rares dans notre camp et ils sont si rapidement applaudis comme contre-exemples utiles par l’institution machiste qu’ils ne sont pas poussés à se démarquer plus efficacement et mettre réellement l’épaule à la roue.

  2. hélas oui! bien des hommes « bien sous tout rapport « violent et vont aux putes » et bien souvent le disent sans frémir mais pas à leur femme ni à leurs enfants bien sur . Triste monde !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.