Comment se défendre au tribunal de la famille face à un ex-conjoint agresseur

L’auteur et thérapeute renommé Lundy Bancroft parle d’autodéfense à des mères violentées lors de la 8e Battered Mothers Custody Conference (Conférence des mères violentées sur les enjeux de garde d’enfants) à Albany, New York, le 7 janvier 2011

Par Liora Farkovitz, Suite101.com

La 8e Conférence accueillait notamment, M. Lundy Bancroft, qui s’active depuis plus de dix ans dans des dossiers de mères victimes de violence conjugale ayant perdu la garde de leurs enfants face à leur agresseur au Tribunal de la famille. Bien connu comme co-fondateur du Battered Mothers Testimony Project (Projet de témoignage des mères violentées) au Massachusetts, M. Bancroft est également l’auteur de trois ouvrages sur la dynamique et les répercussions de la violence conjugale : Why Does He Do That ?, The Batterer as Parent et When Dad Hurts Mom. Il s’est mérité le Prix Pro Humanitate 2004, décerné par le North American Resource Center for Child Welfare, pour son livre The Batterer as Parent (L’agresseur comme parent).

Les mères violentées tiennent tête aux préjugés

Les sept conférences précédentes sur les enjeux de garde des mères violentées ont validé et quantifié une situation de crise émergente pour la justice et les droits de la personne dans nos tribunaux de la famille. Des juges livrent des enfants maltraités aux agresseurs mêmes auxquels leurs mères protectrices avaient de peine et de misère réussi à échapper. Mais pour la première fois dans l’histoire de la conférence, Bancroft a fait de l’autodéfense contre cette injustice le thème des rencontres et des allocutions de la conférence de cette année.

Un des mythes qui prévalent dans ce domaine veut qu’une fois sortie d’un mariage marqué par la violence, la mère est maintenant à l’abri de son agresseur. Mais la vérité est que 75% des femmes qui sont blessées ou tuées par leur agresseur vivent cette attaque dans les trente premiers jours après avoir quitté la relation [1]. Malgré leur divorce, de nombreuses femmes subissent des tourments incessants de la part de leur ex-conjoint e agresseur, du fait d’être reliés en permanence par leurs enfants communs.

Un agresseur qui traque, harcèle, menace et torture la mère, et violente leurs enfants pour lui faire du mal, constitue une réalité très courante. Les tribunaux ont l’impression que les demandes répétées de protection soumises par les mères ne sont que des vexations stratégiques et ils échouent souvent reconnaître une menace permanente pour la mère.

Paradoxalement, beaucoup de mères violentées se retrouvent dans la position peu enviable d’être forcées par les Services de protection de l’enfance à « quitter leur mari violent afin de protéger leurs enfants », malgré les probabilités statistiques de leur propre meurtre, et l’improbabilité que les forces de l’ordre leur accorderont des ordonnances de protection ou s’occuperont de les faire respecter . Une fois engagées dans les systèmes des tribunaux de la famille, les mères violentées sont marginalisées et accusées de mentir pour obtenir un avantage déloyal sur les pères violents.

Aucun effort de présentation des faits et des statistiques en cause ne semble suffisant à gagner un lieu sûr pour ces mères protectrices et pour leurs enfants. Les juges et les autres intervenant-es judiciaires remettent régulièrement les enfants à leurs agresseurs. Ce problème a des implications à la fois nationales et internationales au plan des droits des personnes, puisque plus de mille familles par semaine sont ainsi placées en situations de crise (aux États-Unis) . C’est dire que l’expertise de M. Bancroft est plus que jamais nécessaire [2].

Les femmes violentées tiennent tête aux tribunaux

Le premier choc qu’une mère protectrice doit surmonter est le fait que le système de justice ne s’applique pas à l’appareil de justice familiale. On véhicule pourtant à la télévision, dans nos établissements d’enseignement et dans nos bulletins de nouvelles, le mythe selon lequel notre système juridique est juste et équitable. Mais comme beaucoup de mères protectrices l’apprennent à leurs dépens et à ceux de leurs enfants, la vérité est que les règles qui s’appliquent dans un tribunal pénal ou dans les affaires civiles du monde commercial ne s’appliquent plus devant les tribunaux de la famille. Les règles de preuve et les conséquences d’une contestation du statu quo s’avèrent brutales et imprévisibles. Les juges disposent d’un pouvoir discrétionnaire unilatéral pour définir ce qui se passe, comment ça se passe et même pour décider si la mère a le droit d »informer qui que ce soit des ordonnances de la Cour.

Une mère protectrice dépouillée de ses enfants, est également déchue de son droit d’être parent, de son droit de liberté d’expression, de son droit à la protection et de son droit à protester contre ces injustices. Notre Charte des droits (U.S. Bill of Rights) est souvent ignorée, et le système judiciaire offre l’immunité juridique à l’ensemble des intervenant-es, y compris les juges, les évaluateurs de garde, les services de protection de l’enfance et les forces de l’ordre. S’ils se trompent, et que la mère violentée ou ses enfants en meurent, personne n’encourt de responsabilité. Êtes-vous prête à risquer une accusation d’outrage au tribunal pour avoir défié une ordonnance dans une tentative pour protéger vos enfants?

La lutte des femmes violentées contre la maltraitance des enfants

Souvent, l’agresseur commence à délibérément aliéner la mère protectrice de ses enfants : il dit aux enfants qu’elle les a abandonné-es, ne voulait pas les materner ; il ment au sujet de sa violence ou omet d’en prendre soin efficacement. L’enfant commence à douter de sa propre capacité à percevoir la réalité. Les enfants peuvent ressentir un sentiment forcé de loyauté à l’égard de leur agresseur. Si les enfants ne vont pas jusqu’à suivre son exemple et maltraiter leur mère eux aussi, quelles sont les autres conséquences physiques et psychologiques qu’ils subissent de la part des pères agresseurs?

Bancroft conseille aux mères protectrices et aux personnes qui les appuient de rappeler que le but du combat est de demeurer aussi près que possible de vos enfants. Calmez le jeu, rappelez-leur que vous les aimez. Plutôt que de débattre de quel parent «a raison» dans une bataille sans fin pour le droit d’exister sans l’influence de l’agresseur – demandez à votre enfant : «Qu’est-ce que TOI tu penses » Protégez la capacité de l’enfant à lire la situation, à l’évaluer et à en venir à une conclusion autonome. Lorsque l’agresseur ment au sujet des sentiments d’une mère ou de ses actions, corrigez le mensonge, et encouragez l’enfant à se fier à son expérience personnelle avec sa mère.

Les mères violentées tiennent tête à l’isolement

Beaucoup d’Américain-es croient à tort que la dynamique des tribunaux de la famille est identique aux normes de preuve des autres tribunaux du pays. Ces personnes en viennent donc à la conclusion qu’une mère qui perd la garde dans une procédure civile doit avoir fait quelque chose pour mériter cette perte. La stigmatisation de perdre ainsi son enfant est une expérience d’isolement. La mère violentée trouve souvent cette expérience si pénible qu’elle abandonne toute tentative d’expliquer ce qui lui est arrivé.

Pour lutter contre la stigmatisation, les mères violentées peuvent assister à des événements comme la Battered Mothers Custody Conference, se joindre à des pages Facebook Causes et des sites Web connexes de soutien au rétablissement et de lutte contre la violence conjugale; communiquer avec d’autres personnes ayant vécu des expériences similaires, et mener des recherches ce qui se passe ailleurs au pays. Des livres comme ceux publiés par des auteur-es Lundy Bancroft, Mo Thérèse Hannah, Barry Goldstein, Amy Neuman, Michael Lesher, Wendy Murphy, Karin Huffer et d’autres peuvent fournir des stratégies spécifiques de soutien juridique, émotionnel et politique en vue d’instaurer des changements.

Les mères violentées tiennent tête aux dénis de droits de la personne

Les initiatives politiques se reflètent dans l’évolution de causes types en matière de droits des personnes. Suivez les résultats d’affaires telles que Ruth Jessica Gonzales c. États-Unis, ainsi que d’autres dossiers internationaux de violence conjugale soumis à la Commission interaméricaine des droits de l’homme. La Cour suprême américaine a confirmé le refus du service de police de Castle Rock, Colorado d’exécuter une ordonnance de protection contre Simon Gonzales, qui a abouti à l’assassinat de leurs trois enfants. Mme Gonzales (maintenant Lanahan) protester contre la violation de ses droits.

Autre affaire : Première citoyenne américaine à avoir obtenu l’asile politique aux Pays-Bas, Holly Collins – et ses trois enfants – ont fui les États-Unis en 1994 pour se mettre à l’abri de la violence familiale après avoir échoué à obtenir la protection des tribunaux de la famille. Mme Collins envisage aujourd’hui de retourner vivre aux États-Unis, maintenant que son plus jeune enfant a atteint l’âge adulte. La façon dont notre pays répondra à la prise de conscience qu’une mère a été contrainte de fuir son propre pays pour sa protection sera un baromètre important de nos progrès à ce chapitre.

Liora Farkovitz

___________________________________________________________________

[1] Indiana Law School Protective Order Project, “What is Domestic Violence?” site Web consulté le 12 janvier 2011. http://www.law.indiana.edu/pop/domestic_violence/

[2] Silberg, Joyanna, « How Many Children Are Court -Ordered Into Unsupervised Contact With an Abusive Parent After Divorce? », The Leadership Council on Child Abuse & Interpersonal Violence, Communiqué de presse, 22 septembre 2008, http://www.leadershipcouncil.org/1/med/PR3.html, consulté le 12 janvier 2011.

Texte original : Author Lundy Bancroft Teaches Battered Mothers to Fight Back, par Liora Farkovitz: http://www.suite101.com/content/author-lundy-bancroft-teaches-battered-mothers-to-fight-back-a331711#ixzz1AxX1WQsB 

Traduction: TRADFEM

©Tous droits réservés à Liora Farkovitz

cov why does he do that  cov Batterer as parentcov Mothers on trial.jpg

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.