La cour Suprême espagnole ordonne à l’État de dédommager la mère d’une enfant assassinée par son père lors d’une visite non surveillée

Cour suprême d’Espagne: les décisions individuelles du Conseil des droits de l’homme sont juridiquement contraignantes
Publié le 1er août 2018 sur le site de l’European Journal of International Law
Auteur: Koldo Casla

La Cour suprême espagnole a établi que les opinions exprimées par les organes des traités des droits de l’homme des Nations unies dans les plaintes individuelles lient l’État. La Cour a condamné l’Espagne à verser une indemnité de 600 000 euros à Ángela González pour la responsabilité des autorités espagnoles à l’égard du décès de sa fille. Sa fille a été assassinée par son père lors d’une visite non supervisée autorisée par un juge. Les tribunaux nationaux ont rejeté le cas d’Ángela, mais le Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (Comité CEDAW) a constaté une violation de ses droits humains. La Cour suprême espagnole a maintenant affirmé que l’Etat doit se conformer à la décision du Comité. Cet article traite de la signification de l’affaire et du principe établi par celle-ci.

Ángela González: de la violence conjugale aux Nations Unies (1996-2014)

Andrea, la fille d’Ángela, est née en 1996. Le partenaire d’Ángela l’a soumise à de fréquentes violences physiques et psychologiques. Ángela a déposé pas moins de 30 plaintes à la police et au tribunal. Son partenaire a été reconnu coupable d’une infraction mineure et a été condamné à payer une petite amende pour harcèlement. Une seule ordonnance judiciaire a protégé la mineure et a duré deux mois.

La séparation conjugale a été ordonnée en novembre 2001. Le juge n’a pas mentionné la violence comme cause de la séparation. L’ordre autorisait des visites non supervisées entre père et fille, et le père avait droit à l’utilisation de l’habitation familiale. Ángela a interjeté appel de la décision mais a échoué. Andrea avait exprimé à plusieurs reprises son désir de ne pas voir son père. En avril 2003, le père a tué la fillette de 7 ans et s’est suicidé lors d’une visite non surveillée.

Après des mois de deuil, Ángela a déposé une demande d’indemnisation pour erreur judiciaire. Le ministère de la Justice a rejeté la demande en 2005. Des appels administratifs et judiciaires ont suivi jusqu’à la Cour suprême, en 2010, et la Cour constitutionnelle, en 2011, a rejeté la demande.

Ángela a alors déposé une plainte auprès du Comité CEDAW des Nations Unies en 2012 après avoir épuisé tous les recours internes. Dans sa décision finale sur le fond de 2014 (affaire 47/2012), le Comité a conclu que «la décision d’autoriser des visites non supervisées avait été prise sans les garanties nécessaires et sans tenir compte (…) de la violence domestique qui caractérisait les relations familiales pendant des années « (paragraphe 9.5); Ángela « a subi un préjudice de la plus grande gravité et un préjudice irréparable à la suite de la perte de sa fille et des violations décrites » (paragraphe 9.8). L’Espagne n’a pas agi avec la diligence voulue dans un cas particulièrement tragique de violence sexiste et cela équivaut à de la discrimination et à la violation des droits humains d’Ángela.

La Cour a ordonné au gouvernement de verser à Ángela une indemnité de 600 000 euros. Mais le jugement a réussi plus que cela. Selon les mots d’Ángela, « après quinze ans, le système de justice me rend finalement ma dignité. J’espère que cette décision de la Cour suprême aidera le système judiciaire à ne plus jamais confier l’un de nos fils et filles à un père violent. »

Commentaire et conclusion

C’est une décision révolutionnaire non seulement pour l’Espagne, mais aussi pour le droit constitutionnel comparé et pour le droit international des droits de la personne.

Deux mises en garde sont en ordre. Premièrement, c’est la première décision de ce genre. Malheureusement, la patience d’un plus grand nombre de parties demandeuses devra être testée pour qu’un principe jurisprudentiel soit établi. Deuxièmement, et de manière plus significative, le Comité CEDAW (paragraphe 10) a établi une distinction entre les recommandations concernant Ángela et celles du droit et de la politique générale. En fait, il s’agit d’une pratique courante parmi les organes de traités. La Cour suprême espagnole a maintenant statué que des compensations économiques sont nécessaires si les autorités publiques ne respectent pas les recommandations concernant l’autrice de la communication. C’est un développement majeur. Pourtant, la Cour n’a fait aucune référence à l’applicabilité juridique des recommandations de loi et de politique, qui sont fréquemment formulées en termes génériques et leur mise en œuvre nécessiterait la participation d’une variété d’acteurs à différents niveaux. Exiger que les États se conforment juridiquement à des recommandations générales ne serait pas pratique dans de nombreux cas, et cela dépasserait probablement les objectifs des mécanismes internationaux de plaintes individuelles.

Cela dit, il serait très encourageant que d’autres juridictions nationales suivent le principe judiciaire qui a émergé à Madrid. Les gouvernements du monde entier peuvent et doivent faire plus pour prendre le système des organes conventionnels des Nations Unies plus au sérieux. Seules 42% des décisions dans lesquelles le Comité contre la torture a constaté une violation ont reçu une réponse satisfaisante ou partiellement satisfaisante de la part de l’État (rapport de 2018, paragraphe 87). Le Comité des droits de l’homme fait état de 22% de réponses «satisfaisantes» et de 32% de réponses «partiellement satisfaisantes» de la part des États (rapport de suivi sur les plaintes individuelles de 2017). Augmenter le poids juridique des décisions des Nations Unies concernant les plaintes individuelles pourrait conduire à une plus grande utilisation de ce mécanisme de recours. Selon l’Universal Rights Group (2017), 23% des États parties au Pacte international relatif aux droits civils et politiques et 46% à la Convention contre la torture n’ont jamais fait l’objet d’une décision recevable. Pour les traités de création plus récente, les chiffres atteignent 81% pour la CEDAW, 87% pour la Convention relative aux droits des personnes handicapées et pour la Convention relative aux droits de l’enfant, et 91% pour le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (données mises à jour par l’auteur à partir de la base de données du HCDH).

Le statu quo jurisprudentiel donne aux États la possibilité de s’opposer à la compétence des organes conventionnels. Le gouvernement britannique, par exemple, a justifié son rejet de plusieurs recommandations de l’EPU concernant les protocoles facultatifs en notant que «le processus des Nations Unies n’est pas un mécanisme d’appel, il ne peut annuler les décisions des tribunaux nationaux et ne peut donner lieu à indemnisation du demandeur »(ministère de la Justice du Royaume-Uni, réponse aux recommandations de l’EPU, août 2017, page 12). Ils auraient pu ajouter que le mécanisme est peu utilisé par les demandeurs, puisque seulement six cas ont atteint la table des deux comités de l’ONU, dont la juridiction a été acceptée par le Royaume-Uni (trois pour la CEDAW et trois de plus pour la CRPD). Ils ont été déclarés irrecevables.

Un changement d’orientation jurisprudentielle contournerait cette excuse des gouvernements et pourrait mener à davantage d’affaires internationales d’avocats et de demandeurs. La question de savoir si le Secrétariat des Nations Unies serait prêt à faire face à une augmentation significative du nombre de plaintes est une question différente.

Version originale: https://www.ejiltalk.org/supreme-court-of-spain-un-treaty-body-individual-decisions-are-legally-binding/comment-page-1/#comment-261297

Organisme-ressource: Réseau International des Mères en Lutte
@reseauiml
Pour les contacter que ce soit pour outiller vos procédures ou pour déposer votre histoire leur adresse mail est : reseauiml@netcourrier.com

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.