Jessica Eaton: « Arrêtez de me demander ‘Mais que faites-vous des hommes…?' » 

 

par Jessica Eaton

Les abonné·e·s de mon blog savent que mes meilleurs textes sont écrits sous l’influence d’une saine colère… ou d’un bon porto. Mais comme le temps de Noël est terminé, il n’y a plus de porto.

Eh bien, j’ai au moins encore de la colère. Alors revenons-y.

Je ressens ces jours-ci de plus en plus de colère face aux « Mais que faites-vous des hommes…? » que me lancent tous ceux qui tentent de changer le sujet chaque fois que j’écris ou que je parle des femmes ou des filles.

Si vous ne savez pas comment fonctionne cette feinte, qualifiée en anglais de « Whataboutery« , elle consiste à détourner la discussion d’un problème difficile à l’aide d’une contre-question, façon de faire dérailler la discussion initiale.

En voici un exemple :

Mai : Mes recherches portaient sur le meurtre de femmes au Yémen.

N’importe qui : Euh, c’est un peu sexiste. Que faites-vous du meurtre des hommes au Yémen ? Refusez-vous de vous soucier des hommes ?

Exemple 2 :

Pam : Je suis vraiment en colère contre toi pour avoir volé dans mon sac à main.

Mel : Que fais-tu de cette fois où tu as piqué quelque chose au magasin du coin ? Tu n’es pas innocente non plus, tu sais !

Pam : J’avais 9 ans !

(Haha)

Vous reconnaissez cette feinte, n’est-ce pas ? Je pensais bien qu’elle vous serait familière. C’est un de ces crocs-en-jambe que l’on fait constamment aux femmes pour les amener à douter d’elles-mêmes.

D’accord, alors revenons à ma colère. Une colère que je dois mettre en contexte pour que ce blog soit compréhensible.

Il y a près de 5 ans, mon beau-père est mort après que nous ayons tout essayé pour l’aider et supplié tous les organismes et services d’aide. Nous avons enfin reçu l’appel téléphonique tant redouté de la police pour nous dire qu’ils avaient trouvé un cadavre. C’était le sien. Nous avons dû aller l’identifier. C’était un adulte très vulnérable, aux prises avec la toxicomanie, l’itinérance et des antécédents de traumatismes très complexes.

À ses funérailles, mon mari et moi avons décidé de créer un organisme de bienfaisance pour la santé mentale et le bien-être des hommes et nous l’avons baptisé « The Eaton Foundation ».

(Quelqu’un a un jour ri de moi en me disant : « Vous ne trouvez pas un peu narcissique d’avoir donné votre nom à une fondation ? » Il a ensuite passé par toutes les nuances de rouge quand je lui ai expliqué que c’était le nom de mon défunt beau-père.)

Donc, en 2013, nous avons fondé cet organisme, dont je demeure la présidente. Cette Fondation n’appuie que des hommes adultes. Nous avons grandi de façon exponentielle, en passant de 10 clients à 150 en un an. Au cours de la deuxième année, j’ai réussi à obtenir plus de 270 000 livres de financement et à financer la rénovation d’un énorme bâtiment abandonné dont nous avons fait le premier centre de santé mentale et de bien-être pour hommes au Royaume-Uni.

Mon mari le gère au quotidien, avec son personnel et des bénévoles. Nous employons actuellement 6 personnes et avons 9 autres bénévoles. Nous assistons chaque année des centaines d’hommes qui bénéficient d’un soutien gratuit et permanent, y compris conseils psychologiques, avantages sociaux, colis alimentaires, soutien au plan du logement, conseils juridiques, services informatiques, musique et orchestre, clubs d’emploi et cours de formation, clubs de fitness, art-thérapie et ainsi de suite. Certains types viennent chez nous tous les jours depuis des années. Notre clientèle a entre 18 et 85 ans et provient tous les horizons que vous pouvez imaginer.

Pourquoi vous dis-je cela ?

Parce que durant ces 5 années, je n’ai JAMAIS reçu la quantité d’hostilité et de « Oui mais que faites-vous de… » que l’on me sert sans arrêt pour mon travail et mes recherches auprès des femmes et des filles.

La plupart d’entre vous me connaissez pour mon travail auprès des femmes et des filles et de mon équipée controversée dans le domaine des abus sexuels sur mineurs. Ma thèse de doctorat porte sur le blâme des femmes et des filles dans la société et inclut l’une des plus importantes revues de littérature sur tous les facteurs de la société qui nourrissent ce blâme constant des femmes et des filles (et j’aborde tous les facteurs dont j’ai trouvé des traces, de la pornographie à l’hindouisme).

J’ai fait carrière dans la gestion de centres de viol et, pour le système de justice pénale, dans celle de programmes pour témoins vulnérables et intimidés. C’est là que j’ai acquis mon expérience et mes connaissances en matière de violence sexuelle, d’homicide, de trafic et d’autres crimes graves traités dans l’ensemble de mes tribunaux.

J’ai lancé une étude l’année dernière, pour explorer les différentes formes de blâme des victimes que peuvent subir les femmes et les filles. Plus de 700 personnes ont répondu à mon sondage. Mes autres études récentes ont inclus des interviews de femmes qui ont été blâmées pour des viols et des agressions, des interviews de thérapeutes et des travailleurs sociaux actifs auprès de femmes qui se blâment pour avoir été molestées ou attaquées, et une étude complexe dans laquelle j’ai créé et validé une nouvelle mesure psychométrique du blâme des victimes de sexe féminin.

Honnêtement, je ne peux pas vous exprimer la quantité de commentaires « Mais que faites-vous de… » auxquels j’ai constamment droit…

En voici quelques exemples concrets :

« Ne pensez-vous pas que vous êtes sexiste en parlant seulement des femmes dans cet article ? »

« Cet article est bon, mais où sont vos études sur les hommes ? »

« Je n’approuve aucunement le meurtre, mais ne pensez-vous pas que votre approche est biaisée en ne se souciant que des meurtres de femmes ? »

« On voit tout de suite que la psychologue qui a rédigé cette étude est une sale sexiste qui déteste les hommes. »

« Cette étude était ridicule. Tout ce qui vous intéresse, ce sont les femmes ! Et les hommes, alors ? »

« On devrait vous retirer votre doctorat. Ce texte est tellement discriminatoire. Votre recherche ne porte aucunement sur les hommes. »

« En vous souciant uniquement des femmes, vous dites essentiellement que tous les hommes sont des violeurs. »

« C’est génial, Jessica ! Mais je me demande si vous pouvez maintenant mener une telle étude pour les garçons et les hommes et me dire pourquoi ils n’ont pas été inclus au départ ? »

« Pourquoi ne vous occupez-vous que des femmes? Les hommes peuvent aussi être maltraités, vous savez ! »

« Et les hommes, espèce de connasse ? »

Honnêtement, je pourrais continuer indéfiniment à citer ce genre de commentaires.

En fait, une de mes recherches comportait une case ouverte à la fin et un énorme 9% des répondants ont choisi d’utiliser cette case pour me critiquer de ne pas faire de recherche sur les hommes. Je dis énorme parce que la case ouverte ne posait même pas de question à ce sujet mais 63 personnes ont tout de même réussi à l’utiliser pour me dire « Mais que faites-vous de… » Non seulement cela, mais 14% de plus des répondants (soit plus de 90 personnes) y ont inscrit des commentaires tout simplement désagréables ou agressifs. Un type m’a écrit que mon travail était de la merde et qu’il espérait que j’échoue mon doctorat. Et il a ensuite inscrit son nom complet et son poste. C’était un enseignant, inscrit à une université. Dans mon domaine. Il a même ajouté des bisous à sa remarque.

Et ce qui me rend perplexe à propos de tout cela, c’est que la gestion de la Fondation Eaton ne m’a habituée à rien de tel.

Je ne peux pas vous parler des centaines de messages ou de tweets que nous recevons pour nous demander « Que faites-vous des femmes ? » … parce que cela ne s’est jamais produit.

Je n’ai aucune anecdote au sujet de l’époque où nous avons reçu une tonne de messages agressifs lorsque nous avons mené des recherches auprès du grand public sur la stigmatisation des problèmes masculins de santé mentale… parce que cela ne s’est jamais produit.

Je peux passer au compte Twitter de la Fondation et écrire littéralement n’importe quoi sur les hommes et rien de désagréable n’arrivera jamais. Notre page Facebook compte des milliers d’abonnés et nous ne recevons jamais de menaces, de messages agressifs ou quoi que ce soit d’autre.

Mon fil Twitter compte actuellement environ 4,5K abonnés, mais la minuscule page Facebook où je parle des femmes, qui ne compte que quelques centaines d’abonnés, me vaut entre 10-20 messages et commentaires agressifs par semaine, qui sont presque exclusivement des commentaires sur mon souci des femmes et des filles : on me traite habituellement de « grosse conne féministe laide » ou d’autres insultes éloquentes de cet ordre.

Tout cela m’a récemment amenée à réfléchir.

Pourquoi est-ce que personne ne m’agresse quand je parle et écris sur les besoins des hommes et des garçons ? Pourquoi suis-je applaudie, au contraire ?

Pourquoi avons-nous gagné 6 prix caritatifs et plus de 300 000 £ dans nos 18 premiers mois de fonctionnement ?

Pourquoi me suis-je retrouvée en vedette sur chaque chaîne de télévision et radio au Royaume-Uni ? Pourquoi puis-je lancer des études, des campagnes, des vidéos et des appels aux dons pour la Fondation à propos de la santé mentale des hommes sans recevoir le moindre commentaire du genre « Mais que faites-vous de… »?

Et pourquoi se met-on à hurler pour me faire taire dès que j’ose afficher le moindre tweet sur la violence infligée aux femmes ou sur les statistiques de viols ou de meurtres de femmes par leurs conjoints?

Pourquoi est-ce que je reçois des centaines de messages et de tweets chaque semaine pour me demander : « Mais que faites-vous des hommes ? »

Et en fait, ce n’est pas sorcier. C’est inconfortable à entendre, mais c’est la réalité:

Les femmes sont socialisées dans leurs rôles de genre (les rôles de genre sont des caractéristiques stéréotypées nuisibles, étroites, qui sont assignées aux hommes et aux femmes pour les conformer à une norme sociale). On leur enseigne à ne pas avoir une miette du sentiment de bon droit dont disposent les hommes. Lorsque les femmes lisent la brochure d’une campagne au sujet de la santé mentale masculine ou de la maltraitance masculine ou des cancers masculins, elles n’y répondent pas en tweetant furieusement : « Et que faites-vous des femmes, espèce de conne?! » parce qu’elles ne pensaient pas à elles-mêmes en la lisant. Elles n’ont pas interprété cette campagne comme irrespectueuse envers les femmes.

Un exemple parfait : la campagne Movember

Avez-vous jamais vu de votre vie des femmes dénoncer comme sexiste la campagne Movember sur les cancers masculins ? Les avez-vous jamais entendues dire que cette campagne devrait inclure les femmes ? Ou que son accent sur le cancer des testicules était exclusionnaire ? Avez-vous, oui ou non, entendu pareille chose ?

Deuxième exemple parfait : les taux de suicide masculins

Nous savons que la principale cause de décès chez les jeunes hommes âgés de 18 à 35 ans est le suicide. C’est le symptôme le plus marqué d’une société patriarcale où des mâles qui ne reconnaissent pas leurs émotions luttent pour faire face aux traumatismes et aux sentiments, n’arrivent pas à s’ouvrir, ne se sentent pas à l’aise de s’exprimer et deviennent complètement dépassés par des émotions dont on leur a enseigné qu’elles étaient féminines – ce qui aggrave leurs sentiments de honte et de stigmatisation.

Je n’ai jamais vu de ma vie des femmes s’en prendre à ces campagnes de sensibilisation en hurlant : « Les femmes se suicident aussi, vous savez ! » Ou « Et les femmes, alors ? »

Voyons maintenant la situation inverse : Les marches des femmes. Les tuques en forme de chatte. La Journée internationale des luttes de femmes. Les décomptes de femmes tuées. Les stratégies de lutte contre les violences faites aux femmes. Les initiatives de dépistage de la santé des femmes. La santé reproductive des femmes. La santé mentale des femmes. Les campagnes anti- viol. Le mouvement #MoiAussi.

Dans chacun de ces cas, il y a TOUJOURS quelqu’un pour gémir : « Mais que faites-vous des hommes? ». C’est aussi inévitable que les impôts et la mort.

On pourrait en faire un nouveau proverbe déprimant : « Il n’y a que trois choses dont vous pouvez être certaine dans la vie : les impôts, la mort et quelqu’un pour crier ‘Et les hommes alors ?’ chaque fois que vous parlez des problèmes des femmes. »

Le cliché « Mais que faites-vous de… » reflète une stratégie misogyne. C’est une technique de diversion, arrogante, utilisée pour disqualifier toute campagne, vidéo, recherche, intervention, organisation ou communication ; son message est « Je me fous des femmes ; parlez des hommes ! »

Car, pour moi, les faits parlent d’eux-mêmes. Parce que quand je fais toutes ces choses en mettant l’accent sur les garçons et les hommes, on me traite en héros. Mais quand je fais toutes ces choses en mettant l’accent sur les filles et les femmes, je deviens une « grosse conne féministe laide ».

Donc j’ai besoin d’expliquer autre chose. Ce n’est pas une question d’égalité. Le truc du « Mais que faites-vous de… » n’a rien à voir avec l’égalité. Il ne s’agit pas de nous rappeler que les hommes souffrent aussi. Les problèmes sociaux ne sont pas nécessairement égaux.

Quand j’écris un tweet sur le fait que des femmes sont assassinées ou violées, je n’ai pas oublié les hommes. Je n’ai pas oublié qu’ils pourraient être assassinés ou violés. Je ne les ai pas accidentellement échappés de mon tweet. J’ai simplement CHOISI de parler des expériences des femmes. Il n’est ni utile, ni intelligent, ni une façon de promouvoir « l’égalité » que d’écrire à une chercheuse spécialisée dans les études sur les femmes pour l’admonester en trois paragraphes sur ce pourquoi elle devrait se concentrer sur les hommes.

Il n’est pas utile de lui adresser « un doux rappel que les hommes peuvent aussi se faire violer, vous savez ».

Si vous lisez ceci et que vous savez que vous l’avez fait à quelqu’un, veuillez y réfléchir à deux fois avant de recommencer. Ce n’est pas utile. C’est une tactique de diversion.

Nous n’avons pas besoin de placer les hommes au centre de toutes les conversations que nous avons. Les femmes et les filles sont des entités valides, indépendantes des hommes.

Nous devons arriver à un point où nous pouvons parler des problèmes des femmes et obtenir le même niveau de respect lorsque nous parlons des problèmes des hommes.

D’ici là, vos « Mais que faites-vous de… » ne sont pas les bienvenus.

Jessica Eaton est sur Twitter au @JessicaE13Eaton
On trouve ses vidéos gratuites sur http://www.victimfocus.org.uk
Elle a publié un nouvel ouvrage en septembre 2018 – allez sur http://www.victimfocus.org.uk/thelittleorangebook pour en lire le teaser!

Version originale de cet essai sur son blog : https://victimfocus.wordpress.com/2018/01/03/stop-asking-me-what-about-men/amp/?__twitter_impression=true

Traduction : TRADFEM, avec l’accord de l’autrice.

⇒ Pour suivre notre blog et être informé.e par courriel de chaque nouveau texte mis en ligne, retournez à la page Accueil, déroulez jusqu’à la section « Articles récents » et inscrivez votre adresse courriel juste avant.

Publicités

3 réflexions sur “Jessica Eaton: « Arrêtez de me demander ‘Mais que faites-vous des hommes…?' » 

  1. c’est tellement vrai! les femmes n’ont aucune légitimité, ni pour parler d’elles mêmes ni pour parler du monde tel qu’il est. Nous devons toujours et encore nous battre pour la reconnaissance de nos droits à l’existence et à l’expression.

    • Tout à fait. Et comme le démontre bien madame Eaton, même quand on en fait autant qu’elle pour aider les hommes, les masculinistes ne sont pas encore contents…
      Ce qu’ils veulent c’est clairement qu’on cesse d’appuyer les femmes contre eux!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.