Au-delà des gentils et des méchants.

Trump et Weinstein

Par Robert Jensen

Je ne suis pas aussi violent que le producteur ciné Harvey Weinstein, ni aussi narcissique que l’animateur télé Bill O’Reilly. Je suis plus respectueux envers les femmes que le président Donald Trump, et pas aussi tordu que le politicien Anthony Weiner.

S’il faut en juger par les normes établies par ces hommes qui encourent aujourd’hui la réprobation générale, la plupart d’entre nous les hommes semblons presque être des saints, et là se situe un danger. La divulgation publique du comportement de ces hommes – qu’il s’agisse d’offenses routinières ou de crimes occasionnels – est une excellente chose, et toutes les personnes à avoir été harcelées ou violées devraient continuer à le dire haut et fort.

Mais nous ne devrions pas laisser les cas les plus flagrants faire déraper l’analyse de la façon dont un large éventail de comportements sexuels masculins intrusifs et violents envers les femmes (ainsi qu’envers les filles, les garçons et les hommes vulnérables) sont à ce point imbriqués dans le tissu quotidien de la vie dans une société patriarcale que ces intrusions et ces violences sont souvent invisible pour les hommes.

Pause pour l’avertissement obligé : Non, tous les hommes ne sont pas des violeurs. Reconnaître que la sexualité dans une culture de domination masculine institutionnalisée (une définition raccourcie utile du patriarcat) a lieu dans un cadre plus large de domination masculine et de sujétion féminine, ce n’est pas accuser tous les hommes de viol.

Autre avertissement requis : Tout rapport sexuel dans le patriarcat n’est pas du viol. Prendre au sérieux une critique féministe du patriarcat et de la violence masculine ne veut pas dire que les relations intimes ne peuvent jamais refléter la réciprocité et l’égalité.

Mais nous ne devrions pas fermer les yeux sur la façon dont nous les hommes sommes formés à nous percevoir et à voir les femmes. Dans une société où la masculinité est habituellement comprise comme la capacité de dominer (pensez à la façon dont l’expression « sois un homme » est habituellement un défi lancé à quelqu’un pour qu’il exerce du contrôle), et où notre sexualité est définie comme le plaisir que les hommes obtiennent des femmes, nous pourrions vouloir faire plus que dénoncer le comportement des hommes les plus violents, pour nous demander plutôt comment tous les garçons et les hommes sont socialisés dans cette masculinité et cette sexualité.

If I had a hammer

Donc, tous les hommes ne sont pas des violeurs. Tout rapport sexuel n’est pas un viol. La majorité des hommes ne violent pas. Beaucoup de couples ont des relations sexuelles amoureuses. Mais considérons ces autres catégories :

  • Les hommes qui ne violent pas mais seraient prêts à violer s’ils étaient certains de ne pas être punis.
  • Les hommes qui ne violent pas mais n’interviendront pas lorsqu’un autre homme viole.
  • Les hommes qui ne violent pas mais achètent du sexe à des femmes et croient que le paiement leur donne le droit de faire ce qu’ils veulent.
  • Les hommes qui ne violent pas mais qui sont sexuellement stimulés par de la pornographie mettant en scène des femmes dans des situations qui illustrent des actes assimilés au viol.
  • Les hommes qui ne violent pas mais qui trouvent l’idée du viol sexuellement excitante.
  • Les hommes qui ne violent pas mais dont l’excitation sexuelle dépend d’un sentiment de dominance et d’avoir du pouvoir sur une femme.

Je ne devrais pas avoir à me répéter, mais juste au cas où : Ces hommes ne sont pas des violeurs. Mais devrions-nous nous rassurer du fait que les hommes de ces catégories ne sont pas, en termes juridiques, coupables de viol ? Faisons-nous progresser la cause de mettre fin à la violence des hommes contre les femmes en nous concentrant uniquement sur les actes légalement définis comme du viol ?

Nous devons abandonner une illusion réconfortante – celle qu’il existe une ligne claire entre les hommes qui violent et les hommes qui ne violent pas, entre les méchants et les gentils.

Nous devons abandonner une illusion réconfortante – celle qu’il existe une ligne claire entre les hommes qui violent et les hommes qui ne violent pas, entre les méchants et les gentils. Cela ne signifie pas que tous les hommes sont mauvais, ou que nous ne pouvons pas distinguer entre des niveaux de mauvais comportement. Cela signifie que si nous voulons mettre fin à la violence des hommes contre les femmes, nous devons reconnaître les effets de la socialisation patriarcale, et cette autoréflexion critique est rarement une tâche agréable, individuellement ou collectivement.

Je serai heureux si Weinstein va en prison et si O’Reilly n’est jamais autorisé à revenir à la télévision. Je serai heureux si des femmes gagnent des procès contre Trump et si je ne lis jamais un autre reportage sur Weiner.

Mais aussi importantes que soient de telles conséquences pour les individus en cause, la cascade actuelle de comptes rendus de violences routinières devrait conduire conservateurs et libéraux à adopter une analyse féministe radicale de la violence masculine contre les femmes et une critique des industries basées sur l’exploitation sexuelle (prostitution, pornographie, strip-tease).

Unlearn sexism

Si notre culture évite les critiques féministes radicales de cette violence et de cette exploitation, serait-ce par crainte d’où nous conduit cette autoréflexion critique ? Vers la reconnaissance que le caractère si répandu des  agressions sexuelles et du harcèlement est un produit des préjugés que notre culture tient pour acquis en matière de sexe, de genre et de sexualité patriarcale?

Si nous décidons de ne pas parler de patriarcat parce que c’est trop gênant, alors arrêtons de prétendre que nous allons mettre fin à la violence et au harcèlement sexuels, et reconnaissons que tout ce que nous pouvons faire, au mieux, c’est gérer le problème. Si nous ne pouvons pas parler du patriarcat – si nous ne pouvons pas faire face aux multiples façons dont nous les hommes sommes socialisés à chercher la domination dans la sexualité et la vie quotidienne – alors admettons notre démission face à l’objectif d’un monde sans viol ni harcèlement.

End of patriarchy

Robert Jensen est professeur à l’École de journalisme de l’Université du Texas à Austin et auteur de The End of Patriarchy: Radical Feminism for Men. On peut le joindre à rjensen@austin.utexas.edu  ou sur son site Web, https://robertwjensen.org.  

Version originale publiée sur le site Feminist Current.

Traduction : TRADFEM

On trouve d’autres articles traduits de R, Jensen sur les sites Ressources Prostitution et TRADFEM.

⇒ Pour suivre notre blog et être informé.e par courriel de chaque nouveau texte mis en ligne, retournez à la page Accueil, déroulez jusqu’à la section « Articles récents » et inscrivez votre adresse courriel juste avant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.